Les suites d’Humanlit : Hubic – HUmanités digitales et BIbliothèques, des Compétences à identifier

En attendant les futurs résultats de l’enquête, la publication des ouvrages et d’articles liés au projet Humanlit, je me dois de vous annoncer que le projet va connaitre une première suite, qui constitue plutôt une focale sur un point particulier : celles des compétences et littératies mobilisées en bibliothèques et services documentaires au sein des projets en Humanités Digitales. Ainsi, je vais travailler avec plusieurs collègues bordelais et lyonnais (Enssib) et d’autres collègues francophones, notamment autour du projet Hubic. Je joins ci-dessous une version raccourci du projet. Le projet ne dispose pas de moyens financiers considérables, mais nous accueillons avec plaisir toute contribution ou apport personnel pour faire avancer le projet. Le nom du projet est bien sûr une référence à un ouvrage de Philippe K. Dick.

Titre du projet 

Hubic. HUmanités digitales et BIbliothèques, des Compétences à identifier

 

1-     Description du projet :

Problématiques et objectifs

 

Le projet cherche à identifier et recenser les compétences nécessaires pour les professionnels des bibliothèques impliqués ou voulant s’impliquer dans des projets de type Humanités digitales. L’objectif est de pouvoir établir une liste des compétences prioritaires méritant des formations dédiées et plus particulièrement pouvant être transmises dans le cadre d’un cours en ligne ou MOOC.

 

Le développement des humanités digitales requiert une meilleure identification des compétences et des littératies mobilisées pour mieux en appréhender les potentialités et pouvoir développer les formations adéquates. Le projet s’inscrit dans ce cadre et dans la lignée du projet Peps Iscc Humanlit[1] qui a cherché à mettre avant les principales compétences et littératies présentes dans les humanités numériques chez les chercheurs. Désormais, il s’agit de s’intéresser à l’ensemble des participants potentiels et plus particulièrement les professionnels des bibliothèques. Le projet vise donc à opérer un recensement  pour les professionnels des bibliothèques dans leur implication au sein de projets en Humanités digitales au travers d’une enquête réalisée conjointement avec l’École Nationale Supérieure des Sciences de l’Information et des bibliothèques.

Ce besoin a émergé lors de l’atelier Bibliothèques et humanités numériques qui a eu lieu au Thatcamp Saint Malo [2]en octobre, évènement important sur les humanités numériques, dont le porteur de projet était co-organisateur. L’atelier mêlait chercheurs et bibliothécaires qui ont cherché à mieux mettre en évidence les apports des professionnels des bibliothèques et de la documentation dans les projets et réalisations en humanités digitales.

Il s’agit également de décliner l’enquête de façon à travailler également sur les représentations des chercheurs sur les bibliothécaires et vice versa.  L’enjeu est de parvenir à améliorer la collaboration entre les différents métiers et surtout en envisageant d’emblée, la prise en compte de question bibliothéconomique et archivistique dans les projets. En effet, il faut déplorer que trop souvent les questions de conservation et de diffusion des données inquiètent les chercheurs en fin de projet quand il s’agit de donner une pérennité à leur travail.

 

Cette question est nouvelle dans la mesure où la question des humanités digitales demeure relativement récente, même s’il existe bien évidemment des travaux et des questionnements antérieurs liés notamment à l’introduction de l’informatique dans les structures documentaires et aux problématiques posées par la numérisation. L’apparition de logiciels dédiés comme Omeka par exemple, notamment utilisé dans le projet 1886[3] ou bien encore le travail d’interopérabilité des données afin qu’elles puissent être moissonnées ou recensées dans des moteurs de recherche scientifique comme Isidore, figurent parmi les points saillants actuels que doit connaitre et maitriser un professionnel des bibliothèques.

 

Contexte

 

Les humanités numériques concernent particulièrement les possibilités d’intégration des potentialités du numérique pour traiter notamment des corpus dans le domaine des SHS. Des questions d’essence documentaire sont clairement posées, car l’objectif des DH est aussi d’envisager de nouveaux moyens pour produire des données, d’assurer leur échange, leur valorisation et leur conservation. Il s’agit aussi de développer de nouveaux dispositifs scientifiques.

Un nouveau régime documentaire se construit et se prépare :

« Les enjeux du développement des humanités digitales ne se réduisent donc pas à préparer ou accompagner les chercheurs à l’usage des instruments informatiques et des documents numériques, ni à valoriser des analyses particulières, ils résident aussi dans la capacité des humanités à comprendre les transformations majeures qui nous entraînent irréversiblement dans un nouveau régime documentaire.[4] »

C’est donc dans ce régime documentaire qu’il faut inscrire les formations et envisager les nouveaux métiers associés. Les professionnels vont devoir travailler de plus en plus sur des unités petites, des données dont l’intérêt sera qu’elles soient interopérables et interprétables correctement.(…)

Il faut donc rapprocher les outils de réalisation depuis les imprimantes 3d jusqu’à des logiciels de programmation, de modélisation, de visualisation avec la documentation associée.  Les digital humanities procèdent en ce sens d’une véritable délivrance.  Délivrance aussi au niveau de la vision des bibliothèques quant aux profils souhaités. En clair, il faut non seulement que les bibliothécaires comme les chercheurs acquièrent de nouvelles compétences, mais il faut ouvrir la bibliothèque à d’autres métiers. Il faut des bibliothécaires hybrides qui participent et collaborent aux projets de recherche de façon mieux intégrée et pas seulement en tant que simple prestataire de service. Il faut aussi intégrer de nouvelles professions, des informaticiens, des spécialistes de la visualisation et de la cartographie par exemple, des ingénieurs en 3D et des spécialistes des imprimantes 3D justement. L’évolution des bibliothèques vers des fabbibs (fablab en bibliothèques) mériterait aussi d’être expérimentée.

C’est dans ce cadre prospectif que nous souhaitons interroger les compétences et besoins nécessaires.

 

 

Méthodes

Une enquête en ligne, bilingue sera effectuée auprès des professionnels des bibliothèques sur une plateforme type limesurvey. Il s’agira de distinguer la connaissance de la profession vis-à-vis des humanités digitales et de recenser les compétences acquises, mais aussi celles qui semblent nécessaires et qui font défaut.

En fonction des résultats, un travail de priorisation des besoins de formation sera établi.

(…)

 

 

Résultats attendus :

–       Recensement de compétences de différents types notamment (organisationnelles, informationnelles, techniques et informatiques)

–       Priorisation des besoins identifiés en matière de formation

–       Identification de contenus de formation pouvant déboucher sur un cours en ligne de type MOOC

–       Mise en avant de projets exemplaires avec études de cas

–       Identification d’experts pour le futur cours en ligne

–       Amorce de cahier des charges pour le développement d’un fablab en bibliothèque

–       Préconisations et prospective au travers d’une journée d’études suivi d’une publication dédiée.

Calendrier des évènements principaux:

Premier trimestre 2014 : Mise en place et rédaction de l’enquête en ligne.

Second trimestre : Ouverture de l’enquête en ligne et lancement de l’enquête qualitative.

Troisième trimestre: Journée d’études sur les Humanités digitales en bibliothèque

Septembre 2014 : Analyse des résultats.

Octobre : Publication des résultats et présentation au congrès documentaire de Montréal.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


[4]  Bertrand, Müller. « Documentation et sciences sociales : des musées laboratoires aux humanités digitales ». In Ina Expert, les e-dossiers de l’audiovisuel. Juin  2012<http://www.ina-sup.com/node/2835>

Voir aussi : Bertrand, P. (2012). Les digital humanities sont-elles solubles dans le Steampunk ? Conférence inaugurale du Thatcamp Paris 2012. <https://books.openedition.org/editionsmsh/327?lang=en>

 


Une réflexion sur « Les suites d’Humanlit : Hubic – HUmanités digitales et BIbliothèques, des Compétences à identifier »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *