Digital Humanities en bibliothèque : un vrai défi?

Compte-rendu synthétique de l’article : Posner, Miriam, No Half Measures : Overcoming common challenges to Doing Digital Humanities in the Library, Vol53, p43-52, Journal of Library Administration, CrossRef, 2013

Les  aspects administratifs et institutionnels en ce qui concerne le champ des humanités digitales  semblent insuffisamment pris en considération. Cela constitue une des sources de  frustration pour les professionnels des bibliothèques. En effet, tout l’enjeu réside dans le fait de cerner les nouveaux rôles de la bibliothèque, dont les métiers doivent être repensés avec l’arrivée du numérique. L’introduction des humanités digitales au sein de ces structures implique l’appropriation de nouvelles compétences par les professionnels. De plus, il s’agit également de se concentrer sur  les moyens techniques ainsi que les infrastructures à démarcher pour assumer un tel bouleversement.

De nombreuses initiatives dans le but d’introduire les humanités digitales en bibliothèques sont encore au stade de développement. Certains résultats intéressants sont issus de la bonne volonté de certaines bibliothèques, qui parviennent à dépasser les contraintes internes, comme la délégation de programmes en humanités digitale à un seul professionnel, dont les compétences ne sont pas adaptées au projet. En effet, les discussions se concentrent trop souvent sur ce que les bibliothécaires peuvent apporter de façon individuelle, au lieu de prendre en compte les soutiens institutionnels indispensables à l’aboutissement des projets en humanités digitales.

Les bibliothèques doivent fournir l’infrastructure (accès aux outils de numérisation et serveurs, par exemple) à l’appui des humanités digitales, en faisant des bibliothécaires de véritables collaborateurs du mouvement, plus que de simples partisans.  La TEI est d’ailleurs issue d’un programme d’édition électronique qui est né en bibliothèque. De plus, L’enjeu consisterait davantage à faire valoir les besoins des professionnels, c’est à dire, que leur travail soit considéré comme un travail intellectuel, en démontrant que leurs efforts au sein des incubateurs de la bibliothèque (ou « skunkworks ») peuvent offrir des opportunités inestimables pour la communauté universitaire dans son ensemble, grâce à un « transfert de technologie ». Encore faudrait-il que cet apport soit reconnu et récompensé au sein des structures.

L’objectif est donc double, et pour le moins paradoxal, car on assiste à la fois à un problème d’uniformisation, notamment en terme de formation, mais également de différenciation des compétences, dans la répartition des tâches à effectuer par chacun. Aujourd’hui, les bibliothécaires sont dépassés par le nombres de compétences à acquérir et d’outils à connaitre. Quels sont ceux qu’il est urgent de maîtriser? L’autoformation est-elle envisageable sur de tels aspects ? Car pour diriger et mener à bien un projet dans les humanités digitales, il faut non seulement posséder des qualités de réflexion – compétences dites « soft »-  mais aussi des compétences techniques, ou « hard ».  Il faut également changer les mentalités des professionnels des bibliothèques, plus attentifs à ce qui est strictement bénéfique pour l’infrastructure, contrairement au champ des humanités numériques, dont la philosophie propose simplement de répondre de façon pertinente à une question intéressante sans se fixer d’objectifs restrictifs.

Les Humanités Digitales demandent donc la (ré)invention, l’identification des compétences afin de les repartir au mieux et éviter le sentiment de « surcharge » éprouvé par les professionnels. En revanche,  qui sera à même de diriger les projets en Humanités Digitales en bibliothèque ? Entamer une discussion sur l’autorité, ainsi que sur l’ouverture plus flexible des infrastructures est à entamer. Le fait que les projets dans les humanités digitales soient encore balbutiant est dû au manque de bénéfices pour les bibliothécaires eux-mêmes. Cet absence de bénéfice est lié au fait qu’il n’existe pas d’équité entre professeurs membres de la faculté, autorisés à publier des ouvrages de recherche, et bibliothécaires, qui eux, doivent obtenir l’autorisation d’un supérieur, ou d’un département juridique. Autre entrave à la difficile implantation des humanités digitales : les relations entre bibliothèques et universités, souvent trop hermétiques.

 La bibliothèque est encore trop perçue comme un simple »service » à disposition du professeur universitaire. Changer le mode opératoire des bibliothèques, c’est également  harmoniser ces relations, les rendre cohérentes, avec des professeurs formés et aptes à apporter une aide concrète aux bibliothèques. Michael Furlough pose tout de même la question : la recherche représente-t-elle le cœur des prérogatives des bibliothèques ? Sont-elles destinées a quitter un mode de fonctionnement traditionnel pour prendre le « risque » d’intégrer les humanités digitales? Souhaitent-elles véritablement emprunter cette voie? Quelques exemples prouvent que oui.

L’Université de Maryland à permis à ses bibliothécaires de participer à un semestre dédié aux humanités digitales. Grâce à une longue série d’ateliers consacré au développement de la recherche, ceux-ci ont eu l’occasion de manipuler des données, participer au développement de projets et à la rédaction de propositions de financement. Le centre de recherche dans les Humanités Digitales de l’Université de Nebraska, en partenariat avec l’université Nebraska-Lincoln, entretient des liens forts avec les bibliothèques, tout en maintenant sa stricte indépendance. Le Scholar Labs de l’Université de Virginie travaille davantage sur des projets de longue durée, sans fonder son processus de recherche sur l’obtention de résultats probants. Enfin, le  Library Labs d’Harvard met en oeuvre des projets innovants qui contribuent à l’amélioration des services en bibliothèques (les universités, les élèves sont invités à être force d’initiatives). Les projets, s’ils sont validés, bénéficient d’un financement de trois mois ou plus, tout dépend des résultats applicables par la suite (Cf: Projet Highbrow textual Browser and Spectacle). Les Humanités digitales en bibliothèques sont donc envisageables : mais difficiles à mettre en place.

Précisions sur l’auteur de l’article

Miriam Posner – @miriamkp

Issue de l’université de Yale, Miriam Posner est coordinatrice et enseignante à l’UCLA‘s Digital Humanities Program. Lorsqu’elle n’enseigne pas, elle aide le développement du programme, travaille avec les étudiants, tout en continuant d’écrire un livre sur les effets bénéfiques des films pour l’univers de la médecine.

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *