Tous les articles par Coline BLOT

L’exemple du New York Public Library Labs : des projets innovants

Compte-rendu de l’article : Vershbown, Ben :  NYPL Labs ; Hacking the Library, in Journal of Library AdministrationRoutledge Taylor and Francis Group, 2013, 53: p 79–96.

L’article est un résumé détaillé des récents projets mis en place par la New York Public Library (NYPL). En effet, un des projet mis en place par le NYPL Labs entre 2000 et 2008 fut le « DLP » (Digital Library Program), dont l’objectif était de créer une équipe de curation, scan des données  et de développement de logiciels. A travers ce programme,  l’équipe a numérisé une large portion de ses matériaux de visualisation et a mis en ligne les collections les plus prisées de la NYPL, en accès-libre. Huit cent mille images sont a disposition du public, un des plus grand héritage de culture du genre affichées sur un site qui n’a pas tellement changé pour l’occasion. De fait, le programme DLP songe à aller encore plus loin en alliant ses efforts avec la Digital Gallery, selon qui la NYPL représente le plus grand effort vers l’accès de la culture pour tous.  

Un autre projet a vu le jour : celui du »Map Warper« , lancé par un bibliothécaire intéressé par le domaine géospatial. Ayant nécessité la formation d’une équipe spécialisée, il a rendu possible  l’exploration d’une interface graphique représentant une carte, dont les évolutions sont observables à travers le temps. Cette visualisation obéit au principe du « go back in time », mais n’est pas assimilable avec le service de localisation/visualisation numérique Google Maps. Une fois la carte scannée, les usagers peuvent superposer une carte récente sur une ancienne, en alignant les pixels, afin de les comparer. Ce procédé, nommé « rubbersheeting », crée de nouvelles données de recherche. Après avoir récolter leurs cartes, les usagers peuvent les assembler selon un assemblage de couches cohérentes, produisant en somme un filtre unique. Cette visualisation est une nouvelle donnée pour la bibliothèque, qui pourra ensuite être téléchargé et exploré avec d’autres programmes comme Google Earth ou Quantum GIS. Développé par la firme géospatiale externe Topomancy, l’outil Map Warper est un logiciel open-source. Il représente ainsi une alternative afin de lutter contre les logiciels payants tel qu’ArcGIS, utilisé pour récolter, créer et analyser les données.  Désormais le New York Public Library Labs et Topomancy travaillent de concert afin de réaliser un index-géographique de l’histoire de New-York, nommé « NYC Chronology of Place »  et qui prend appui sur plusieurs logiciels. Les laboratoires de recherche doivent cependant intensifier leurs efforts pour rendre cet index encore plus accessible.

Issu d’une donation de données privées, le « Menu Archive » est un autre projet mis en place en accès libre. Celui-ci contient plus de 45 mille articles, allant de 1840 au 20ème siècle. Ressource privilégiée, il est utilisé par des historiens – qui le consulte dans le but d’obtenir des détails sur une période –  des cuisiniers – souhaitant faire revivre les préférences gastronomique du passé – ou encore par des écrivains. L‘OCR est un des outils les plus utilisé pour conserver toutes ces données, cependant,  la plupart des articles écrit à la main sont quasiment impossible à digitaliser. L’objectif serait de mettre a disposition du public un menu structuré, dont le plus gros du travail serait effectué par les médias sociaux. C’est ainsi que le projet « What’s on the menu? » a pris forme. Son accès ne nécessite pas d’inscription, contrairement a Map Warper.

Le projet « Stereogranimator » inventé par l’artiste Joshua Heineman, a également pu être développé au sein de la  NYPL. Il propose une immersion dans une image (issu d’un domaine quelconque),  suivant le principe du Gif animé. Sa mise en ligne par la NYPL a obtenue un large succès et profite d’améliorations, d’idées nouvelles grâce à une plateforme cloud, dans l’esprit, encore une fois, d’ouvrir l’accès à la culture  en contournant les lois. La NYPL souhaiterait mettre en place une bibliothèque virtuelle, où des projets tels que ceux présentés ci-dessus seraient alimenté par le public, par le biais d’un dashboard commun.  D’autres projets sont en cours au sein du NYPL Labs : plateforme d’archives ouvertes, applications collaboratives, plateformes vidéos…  en partenariat avec d’autres infrastructures, comme la Library Dance Division

A propos de l’auteur de l’article commenté :

Ben Vershbow @subsublibrary

Ben Vershbow est le fondateur et le manager du NYPL Labs. Il s’agit d’une unité d’innovation numérique associée à NYPL,  largement impliquée dans l’idée de mettre en ligne les documents historiques et les archives. Le Labs fonctionne comme une entité technologique a part entière (sorte de « startup »), et  travaille en collaboration avec des bibliothécaires et des curateurs dans la mise en place des projets alliant de nouveaux modes d’interactions afin de mieux exploiter les collections des bibliothèques. Il fait également appel à l’aide du public pour obtenir des informations rares, de vieux documents, susceptibles de créer  de nouvelles données, et d’inspirer de nouveaux outils d’exploitation et de visualisation. Avant d’arriver à la NYPL, Ben Vershbow a travaillé quatre ans avec Bob Stein, fondateur de l’Institut pour le futur du livre à New York. Il a également étudié le théâtre à l’Université de Yale. Membre du « Group Theory« , c’est aussi un écrivain, un directeur et un artiste original dont l’activité s’étend au-delà de New York.

Digital Humanities en bibliothèque : un vrai défi?

Compte-rendu synthétique de l’article : Posner, Miriam, No Half Measures : Overcoming common challenges to Doing Digital Humanities in the Library, Vol53, p43-52, Journal of Library Administration, CrossRef, 2013

Les  aspects administratifs et institutionnels en ce qui concerne le champ des humanités digitales  semblent insuffisamment pris en considération. Cela constitue une des sources de  frustration pour les professionnels des bibliothèques. En effet, tout l’enjeu réside dans le fait de cerner les nouveaux rôles de la bibliothèque, dont les métiers doivent être repensés avec l’arrivée du numérique. L’introduction des humanités digitales au sein de ces structures implique l’appropriation de nouvelles compétences par les professionnels. De plus, il s’agit également de se concentrer sur  les moyens techniques ainsi que les infrastructures à démarcher pour assumer un tel bouleversement.

De nombreuses initiatives dans le but d’introduire les humanités digitales en bibliothèques sont encore au stade de développement. Certains résultats intéressants sont issus de la bonne volonté de certaines bibliothèques, qui parviennent à dépasser les contraintes internes, comme la délégation de programmes en humanités digitale à un seul professionnel, dont les compétences ne sont pas adaptées au projet. En effet, les discussions se concentrent trop souvent sur ce que les bibliothécaires peuvent apporter de façon individuelle, au lieu de prendre en compte les soutiens institutionnels indispensables à l’aboutissement des projets en humanités digitales.

Les bibliothèques doivent fournir l’infrastructure (accès aux outils de numérisation et serveurs, par exemple) à l’appui des humanités digitales, en faisant des bibliothécaires de véritables collaborateurs du mouvement, plus que de simples partisans.  La TEI est d’ailleurs issue d’un programme d’édition électronique qui est né en bibliothèque. De plus, L’enjeu consisterait davantage à faire valoir les besoins des professionnels, c’est à dire, que leur travail soit considéré comme un travail intellectuel, en démontrant que leurs efforts au sein des incubateurs de la bibliothèque (ou « skunkworks ») peuvent offrir des opportunités inestimables pour la communauté universitaire dans son ensemble, grâce à un « transfert de technologie ». Encore faudrait-il que cet apport soit reconnu et récompensé au sein des structures.

L’objectif est donc double, et pour le moins paradoxal, car on assiste à la fois à un problème d’uniformisation, notamment en terme de formation, mais également de différenciation des compétences, dans la répartition des tâches à effectuer par chacun. Aujourd’hui, les bibliothécaires sont dépassés par le nombres de compétences à acquérir et d’outils à connaitre. Quels sont ceux qu’il est urgent de maîtriser? L’autoformation est-elle envisageable sur de tels aspects ? Car pour diriger et mener à bien un projet dans les humanités digitales, il faut non seulement posséder des qualités de réflexion – compétences dites « soft »-  mais aussi des compétences techniques, ou « hard ».  Il faut également changer les mentalités des professionnels des bibliothèques, plus attentifs à ce qui est strictement bénéfique pour l’infrastructure, contrairement au champ des humanités numériques, dont la philosophie propose simplement de répondre de façon pertinente à une question intéressante sans se fixer d’objectifs restrictifs.

Les Humanités Digitales demandent donc la (ré)invention, l’identification des compétences afin de les repartir au mieux et éviter le sentiment de « surcharge » éprouvé par les professionnels. En revanche,  qui sera à même de diriger les projets en Humanités Digitales en bibliothèque ? Entamer une discussion sur l’autorité, ainsi que sur l’ouverture plus flexible des infrastructures est à entamer. Le fait que les projets dans les humanités digitales soient encore balbutiant est dû au manque de bénéfices pour les bibliothécaires eux-mêmes. Cet absence de bénéfice est lié au fait qu’il n’existe pas d’équité entre professeurs membres de la faculté, autorisés à publier des ouvrages de recherche, et bibliothécaires, qui eux, doivent obtenir l’autorisation d’un supérieur, ou d’un département juridique. Autre entrave à la difficile implantation des humanités digitales : les relations entre bibliothèques et universités, souvent trop hermétiques.

 La bibliothèque est encore trop perçue comme un simple »service » à disposition du professeur universitaire. Changer le mode opératoire des bibliothèques, c’est également  harmoniser ces relations, les rendre cohérentes, avec des professeurs formés et aptes à apporter une aide concrète aux bibliothèques. Michael Furlough pose tout de même la question : la recherche représente-t-elle le cœur des prérogatives des bibliothèques ? Sont-elles destinées a quitter un mode de fonctionnement traditionnel pour prendre le « risque » d’intégrer les humanités digitales? Souhaitent-elles véritablement emprunter cette voie? Quelques exemples prouvent que oui.

L’Université de Maryland à permis à ses bibliothécaires de participer à un semestre dédié aux humanités digitales. Grâce à une longue série d’ateliers consacré au développement de la recherche, ceux-ci ont eu l’occasion de manipuler des données, participer au développement de projets et à la rédaction de propositions de financement. Le centre de recherche dans les Humanités Digitales de l’Université de Nebraska, en partenariat avec l’université Nebraska-Lincoln, entretient des liens forts avec les bibliothèques, tout en maintenant sa stricte indépendance. Le Scholar Labs de l’Université de Virginie travaille davantage sur des projets de longue durée, sans fonder son processus de recherche sur l’obtention de résultats probants. Enfin, le  Library Labs d’Harvard met en oeuvre des projets innovants qui contribuent à l’amélioration des services en bibliothèques (les universités, les élèves sont invités à être force d’initiatives). Les projets, s’ils sont validés, bénéficient d’un financement de trois mois ou plus, tout dépend des résultats applicables par la suite (Cf: Projet Highbrow textual Browser and Spectacle). Les Humanités digitales en bibliothèques sont donc envisageables : mais difficiles à mettre en place.

Précisions sur l’auteur de l’article

Miriam Posner – @miriamkp

Issue de l’université de Yale, Miriam Posner est coordinatrice et enseignante à l’UCLA‘s Digital Humanities Program. Lorsqu’elle n’enseigne pas, elle aide le développement du programme, travaille avec les étudiants, tout en continuant d’écrire un livre sur les effets bénéfiques des films pour l’univers de la médecine.

 

 

 

 

Digital Humanities et bibliothèques: vers un soutien mutuel?

Compte rendu de l’article Vandegrif, Micah, Warner, Stewart Evolving in common , Creating mutually supportive relationship between libraries and the Digital Humanities, Library Faculty PublicationsUniversity Libraries, The Florida State University, 2013, 10p

« Libraries and the humanities have always had a great deal in common […] They help us to remember the past, understand the present and build the future. »

« You decide your own level of involvement » (Nowviskie’s reference to Fight Club)

L’avancée technologique, et les critiques extérieures qui l’accompagnent, remettent en cause les valeurs dites « traditionnelles » des bibliothèques. En effet, « la mort » des humanités classiques, et avec elle l’idée d’une obsolescence des bibliothèques est souvent évoquée. Pourtant, les conséquences de l’appropriation des outils numériques par les humanistes numériques sont indéniables, tant dans le milieu recherche et que dans l’enseignement. Les humanités digitales désignent une discipline qui se trouve au croisement de tous les domaines de la connaissance en prenant en considération du numérique.  L’engagement des humanités classiques à travers cette évolution est de plus en plus visible. Les rôles et les responsabilités des professionnels des bibliothèques s’intensifient donc pour inclure plusieurs objectifs :  formation, recherche, mais également intégration de nouveaux outils et modèles de services. Le monde de la recherche soutient l’idée d’un large accès a la connaissance, qui prendrait en compte les bénéfices de chacun :  pour le public, les bibliothèques, mais aussi le savoir collectif lui-même. L’objectif des humanités digitales, selon Lisa Spiro, est de privilégier un accès à l’information culturelle, d’entreprendre des manipulations de données, de transformer le domaine de la communication, de mettre en place des formations et des apprentissages, et de provoquer un impact concret sur le public. C’est d’ailleurs en cela qu’humanités digitales et bibliothèques se complètent et se ressemblent, alliance d’ailleurs renforcée par la mise en oeuvre les projets d’archives ouvertes, qui permettent de créer des partenariats entre bibliothèques et universités.

L’intégration des technologies numériques en bibliothèque  incite différentes infrastructures à travailler en étroite collaboration avec elles. Selon K. Fitzpatrick, ne pas rendre le résultat du travail commun entre bibliothèques et humanités digitales accessible au public s’avérerait fatal pour les bibliothèques car cela engendrerait son indifférence. Humanités numériques et bibliothèques peuvent agir ensemble pour deux raisons : d’une part parce que les bibliothécaires connaissent la loi concernant le libre accès, la gestion et l’usabilité de l’information.  D’autre part, parce que les humanités numériques peuvent donner l’occasion aux bibliothèques de sortir de leur carcan habituel en ouvrant le champ des possibles (cf : alt-Acs), dans une perspective de préservation des données issues de la recherche du domaine. Désormais, selon Wayne Wiegand, la question n’est plus de « considérer l’usager dans la vie de la bibliothèque, mais de repenser la bibliothèque dans la vie de l’usager. »

En conséquence, de nouveaux modes de lecture font leur apparition, tel que le « browsing » ou survol, qui est  une méthode possible pour récolter l’information. Au lieu de prendre connaissance d’un seul ouvrage à conseiller au public, le bibliothécaire va consulter une « liste » susceptible d’alimenter le choix de l’usager. Ce procédé s’inscrit dans la logique des Digital Humanities : la présentation d’un service complet, et différent. Les bibliothèques se doivent de suivre le concept du « Screwmeneutical Imperative » i.e, le maximum de ressources proposables/ explorables à/par l’usager. Les bibliothèques sont garantes de cette production, de création de données, contrairement aux projets menés par les Digital Humanities, qui eux, se focalisent sur un seul sujet de recherche. Micah Vandegrif énumère ensuite une série de conseils à suivre par les bibliothécaires, comme par exemple, les nouveaux mode d’investissement personnels et professionnels (utilisation des médias sociaux) dont doivent faire preuve les bibliothécaires. Ceux ci doivent entre autre se tenir au courant des recherches en cours dans le domaine des Humanités Digitales (via Twitter, THTATCamp), les outils utilisés aujourd’hui, etc. L’auteur défend l’idée d’un nouveau modèle de bibliothèque : une bibliothèque hybride, lieu d’innovation, allié au champ des humanités digitales. Ceci ne va pas sans inquiéter les bibliothécaires les plus traditionnels, mais pourrait cependant constituer  l’occasion d’un nouvel enthousiasme pour la profession. Un nouveau statut, celui d' »hybrarians« , des bibliothécaires au profil technologique, découle de l’évolution des pratiques et des usages du numérique par les professionnels. Les humanités digitales entraînent un changement radical sur l’auto-perception des bibliothécaires, ainsi que sur leur manière d’être perçu. Selon l’auteur, les compétences que ces derniers acquièrent dans l’évolution de la profession rejoint l’essence même du profil du bibliothécaire, originellement « curieux, adaptable, et intelligent ».

Focus sur l’auteur : Micah Vandegrif

blog : http://micahvandegrift.wordpress.com/

Micah Vandegrif est un professionnel de l’information. Ses compétences recouvrent plusieurs disciplines : droit, gestion, communication, rédaction. Intéressé par plusieurs champs liés à la technologie : digital humanities, open access, archivisme des sous domaines de la culture,  éducation IS, publication numérique des savoirs académiques), il est également passionné de  musique, et de cinéma. Il est responsable de la communication entre professionnels, des services d’entreprises, du rayonnement de l’accès libre et de l’éducation. Il a commencé sa carrière en tant que bibliothécaire à l’université de Floride. Son intérêt se tourne également vers le domaine des études académiques et de la culture populaire. C’est un des fondateurs et membre du blog  Hack Library School  dédiés aux ressources numériques de la bibliothèque de l’université Floride , fondé par et pour les étudiants. Membre du THATCamp Cuncil, il entretient des liens forts avec la Library Publishing Coalition. Il agit en tant que coordinateur au Comité de COAPI (Coalition of Open Access Policy Institution), et est éditeur pour « In the Library with the Lead Pipe » et pour le « Journal Of Librarianship and Scholarly Communication ».

 

 

Digital Humanities : un nouvel engagement pour les bibliothécaires

Compte rendu  de l’article suivant Rockenbach, Barbara, Digital Humanities in Librairies : New models for scholarly Engagement ,  Journal of Library Administration,vol53, issue 1, 2013 (article introductif au numéro)

Nous entrons dans ce que nous pourrions nommer « le temps des bibliothèques digitales » en référence à l’essai de Mathew Gold « The digital Humanities moment » présent dans l’ouvrage Debates in Digital Humanities. De nombreuses bibliothèques intègrent les humanités digitales dans leurs services. Si l’on devait établir une définition des humanités digitales, elles désigneraient le point nodal entre le champ de la recherche, de la technologie et des bibliothèques.

Les humanités digitales pourraient permettre une redéfinition des rôles des bibliothécaires. A cet égard, ce numéro du Journal of Library Administration comporte plusieurs articles, dont les auteurs viennent d’univers différents (recherche universitaire, recherche privée, bibliothèques publiques). Ceci prouve a quel point les Digital Humanities brassent un large panorama de domaines. Ces articles, commentés par l’auteur projettent au centre du débat, bibliothèques et bibliothécaires, au lieu de les mettre à la marge. Certains aspects doivent donc être pris en compte au regard de ce changement. Tout d’abord, le contexte général entourant les humanités digitales dans les bibliothèques et le soutien des bibliothèques dans ces activités  parait primordial notamment pour mieux appréhender  les ressources humaines et les relations qui en découlent,  au-delà même de la technologie qui se trouve être au cœur du champ des humanités digitales. Mais rien n’est simple du fait de la tension entre la perception traditionnelle de la bibliothèque et les nouveaux utilisateurs de ses services,.Enfin, il apparaît que les humanités digitales sont un champ qui a grandi plus vite que les structures pouvant les accueillir. Le champ des humanités digitales et les bibliothèques partagent la valeur commune d’une création plus approfondie, de l’accessibilité et de la préservation du savoir.

Chris Allen Sula, dans Digital Humanities and Libraries : a conceptual model souligne que la nature changeante de la bibliothèque (par essence, interdisciplinaire et neutre) situe les bibliothécaires en position favorable pour soutenir de nouvelles tendances telles que les humanités digitales. Dans les articles du Journal of Library Administration, tous les auteurs soutiennent l’idée d’une prise de conscience nécessaire concernant l’opportunité que représente le champ des humanités digitales, indépendamment de leurs structures institutionnelles, des personnes recrutées en leur sein, et de leurs ressources. Quant aux chercheurs, ceux-ci doivent changer de comportement en préconisant un travail collaboratif et interdisciplinaire, en utilisant des matériaux numériques performants, de nouveaux outils et de nouvelles méthodes. Les auteurs réaffirment le fait que les compétences des bibliothécaires sont le terreau des projets en humanités digitales.

Mettre en place des études afin de cibler les services à améliorer en bibliothèques, l’élargissement des compétences du métier (les outils des chercheurs devenant ceux des bibliothécaires), les formations, ou encore les tuteurs pour les assurer, sont autant de sujets à considérer pour intégrer et adapter le mouvement aux modèles existants. Il semblerait pourtant, selon les exemples des Universités du Nebraska et du Maryland, que les bibliothécaires soient attachés à leurs compétences « soft » faisant d’eux de simples partisans, « partenaires »  ou « consultants » des humanités digitales, au lieu d’en être de véritables acteurs. Comment adapter alors les professions des bibliothèques au champ des humanités digitales ?

La relation « chercheur-bibliothécaire » est elle même en train de changer, puisque jusqu’à maintenant, ce dernier servait littéralement la cause du chercheur, en tant que collaborateur ou partenaire. La tendance revient parfois à affirmer qu’une trop forte présence du bibliothécaire pourrait détourner le chercheur de son but premier, comme l’énonce par exemple Bethany Nowviskie. La question à été débattue à l’occasion de la Conférence de la Fédération des Bibliothèques Numériques, en 2012.  Mais les humanités digitales ont non seulement besoin de de soutiens, mais aussi des collaborateurs que sont les bibliothécaires, amenés de plus en plus à « faire », à « construire » les humanités digitales plus qu’a les soutenir de manière superficielle. Ces résolutions rencontrent certains obstacles : formations et engagement institutionnel insuffisant, manque de temps,  infrastructures inflexibles… L’encouragement pour les projets dans les humanités digitales reste trop faible. L’heure est donc à une redéfinition du rôle des bibliothèques, en acceptant le fait que les structures et les perceptions traditionnelles doivent impérativement simplement changer.

Il est primordial qu’elles deviennent le centre d’une réflexion sur la redéfinition de ses services, de ses ressources humaines et techniques.

Focus sur l’auteur :

Barbara Rockenbach — @Wilderbach

Directrice du « Humanities and History Libraries » à l’Université de Colombia, elle dirige également un groupe expérimenté et entièrement dédié a l’exploration des chemins novateurs pour soutenir les poursuites d’études des étudiants et des universités, en élaborant des services inspirés de la recherche dans tous les domaines des humanités. Elle dirige le développement du Digital Humanities Center et occupe plusieurs rôles a l’Université de Yale, dont directeur de l’Undergraduate and Library Research Education, bibliothécaire aux services pédagogiques de la Bibliothèque des Arts.