Tous les articles par Olivier Le Deuff

Résultats de l’enquête Hubic

Voici les résultats de l’enquête Hubic. Vous pouvez consulter à cet effet le document en pdf qui présente l’essentiel des résultats sous forme de tableaux.

Les résultats sont librement réutilisables. Un Fichier Hubic anonymisé est  disponible. Des analyses plus poussées seront faites sur le carnet de recherche et sous forme de publications que nous ne manquerons pas de vous signaler.
Pour les plus pressés, une infographie sur piktochart a été réalisée. La version en anglais sera disponible en septembre.

Le fichier de l’infographie en une image téléchargeable.Humanités digitales et bibliothèquesrésultatshubic

Lancement de l’enquête HUBIC

Après plusieurs mois de corrections et de divers contretemps, nous sommes enfin en mesure de lancer l’enquête qui concerne les bibliothèques et les professionnels de l’information dans les humanités digitales.

Les résultats seront disponibles dans quelques mois et comme d’habitude sous une licence creative commons. Probablement, la CC0 pour permettre toutes les réutilisations possibles.

L’objectif est bien évidemment de mieux cerner ce qui se joue en ce moment dans les humanités digitales pour les bibliothèques et donc d’envisager par la suite des formations mieux ciblées et surtout de mieux faire connaître l’importance des bibliothèques, des archives et de toutes les compétences des professionnels de l’information dans ce type de projets et d’expériences. A lire également, ce billet qui évoque certaines pistes de réflexions et qui fait écho à certains aspects que nous avons évoqués dans le temps des humanités digitales. La thématique est également abordée par Elydia Barret dans un billet sur le site de l’Enssib, qui est d’ailleurs partenaire du projet.

J’invite donc les professionnels de l’information, des bibliothèques, de la documentation et des archives à répondre à cette enquête.

La version française est ici :

http://www.megatopie.info/limesurvey/index.php/survey/index/sid/932826/newtest/Y/lang/fr

La version anglaise ici :

http://www.megatopie.info/limesurvey/index.php/survey/index/sid/932826/newtest/Y/lang/en

N’hésitez pas à faire circuler l’information. Les résultats seront publiés avant juillet.

 

Parution du Temps des Humanités digitales

Le voilà, enfin ! Le temps des humanités digitales vient de paraître chez Fyp éditions. Cet ouvrage met fin au programme Humanlit, puisqu’il en constituait la pièce finale. Dorénavant, la suite se déroule autour du projet Hubic et au travers de nouvelles perspectives.

Au menu, un ouvrage destiné à un public plus large que la communauté des initiés et une volonté de toucher le public de l’ensemble des enseignants, des étudiants, des décideurs et des amateurs intéressés par ces questions.

Le temps des humanités digitales

Le sommaire

Préface : Milad Doueihi

Introduction : Olivier Le Deuff

 Première partie : Histoire et frontières d’un concept en vogue

Petite histoire des humanités digitales. Olivier Le Deuff, Frédéric Clavert

Vers de nouveaux modes de lecture des sources. Frédéric Clavert

L’historien et l’algorithme. Frédéric Kaplan, Mélanie Fournier, Marc-Antoine Nuessli

Deuxième partie : Réalisations et potentialités

Les chercheurs en SHS rêvent-ils de code informatique ? Jean-Christophe Plantin

En deçà des images. Logique informatique et recherches en esthétique. Nicolas Thély

Le long, le bref et le truchement numérique. René Audet

Les digital humanities ont-elles existé ?Stéphane Pouyllau

Troisième partie : Enjeux, débats et transformations

L e temps des changements.Olivier Le Deuff

Humanités digitales et (ré)organisation du savoir. Franck Cormerais

Bibliothèques et lieux de production de savoirs. Olivier Le Deuff

Quelle place pour les bibliothèques dans les digital humanities ? L’exemple de Bordeaux Montaigne. Sylvain Machefert

 

Conclusion : L’humain dans les humanités digitales. Olivier Le Deuff

 

Publication de l’article : Translittératie et transmédia. Quelles compétences pour de nouvelles productions « délivrées » ?

Je vous informe de la publication de l’article « Translittératie et transmédia. Quelles compétences pour de nouvelles productions « délivrées » ? » dans le dernier numéro des Cahiers du Numérique, numéro coordonné par Claire Clivaz et Dominique Vinck qui fait d’ailleurs suite au colloque sur les humanités délivrées de Lausanne l’année dernière.

Cet article est issu des recherches menées dans le cadre du projet Humanlit. Il est donc disponible sur Cairn et je peux vous le transmettre si vous m’en faites la demande.

Le but de cet article est d’examiner les compétences en jeu dans les humanités digitales dans le cadre de productions « délivrées ». Les enjeux autour du développement d’une translittératie sont examinés, notamment en imaginant une évolution de l’article scientifique puisant aux logiques du transmédia pour en faire un article davantage ouvert, sous la forme d’une Application Programming Interface (API).

English

Transliteray and transmediality The purpose of this article is to examine the skills involved in digital humanities projects. Transliteracy and transmedia can be interesting concepts to understand the evolution of scientific communications. We show some results of a survey about literacies and scholars in Digital Humanities. Finally, we try to imagine a new kind of scientific article with an API system.

 

Humanlit survey’s results

It’s my pleasure to present to you the results of the Humanlit’s survey, which has been conducted in 2013, between June, 3rd and October, 30th. These results kept you waiting but here they are.

 I would like to take this opportunity to thank Coline Blot for making this publication possible!  The results are available in a document under CC license, which brings this survey closer to the public domain.

The report with the main results tables can be downloaded in pdf format. We have conducted a French and an English version.

You can download these results under CC0 licence, Excel or csv format. I can provide other formats from limesurvey, if necessary.

As for the impatient ones, the main results are available in the form of an infography (for a better resolution, go on Piktochart.)

 Presenta board report Copy (5)

Résultats de l’enquête Humanlit

C’est avec plaisir que j’annonce les résultats de l’enquête Humanlit qui s’est déroulée l’été dernier. Les résultats se sont faits attendre, mais ils sont là.

J’en profite pour remercier Coline Blot sans qui les résultats ne seraient pas encore publiés! Les résultats sont disponibles dans un document sous licence CC zéro ce qui la rapproche le plus du domaine public. Cette licence avait été annoncée aux participants de l’enquête, nous restons donc sur notre position initiale.

Le compte rendu avec les principaux tableaux de résultats est téléchargeable sous format pdf. Nous avons réalisé une version française ici et une version anglaise humanlitresults.

Les résultats sont téléchargeables sous licence CC0 sous format excel ou csv. je peux vous fournir d’autres formats si besoin à partir de Limesurvey.

Pour les plus pressés, les principaux résultats sont consultables sous la forme d’une infographie. (Pour une meilleure résolution, il faut aller sur Piktochart)

Humanlit
résultats de l’enquête Humanlit

Transdiscipline et littératies

Je mets en ligne le support que j’ai utilisé durant la table ronde consacré aux compétences dans les humanités digitales durant la quatrième journée des humanités digitales de Bordeaux.

 

J’en ai profité pour rajouter mon couplet sur l’enjeu d’envisager l’article scientifique sous forme d’API. Quelques résultats de l’enquête humanlit sont également proposés.

Les suites d’Humanlit : Hubic – HUmanités digitales et BIbliothèques, des Compétences à identifier

En attendant les futurs résultats de l’enquête, la publication des ouvrages et d’articles liés au projet Humanlit, je me dois de vous annoncer que le projet va connaitre une première suite, qui constitue plutôt une focale sur un point particulier : celles des compétences et littératies mobilisées en bibliothèques et services documentaires au sein des projets en Humanités Digitales. Ainsi, je vais travailler avec plusieurs collègues bordelais et lyonnais (Enssib) et d’autres collègues francophones, notamment autour du projet Hubic. Je joins ci-dessous une version raccourci du projet. Le projet ne dispose pas de moyens financiers considérables, mais nous accueillons avec plaisir toute contribution ou apport personnel pour faire avancer le projet. Le nom du projet est bien sûr une référence à un ouvrage de Philippe K. Dick.

Titre du projet 

Hubic. HUmanités digitales et BIbliothèques, des Compétences à identifier

 

1-     Description du projet :

Problématiques et objectifs

 

Le projet cherche à identifier et recenser les compétences nécessaires pour les professionnels des bibliothèques impliqués ou voulant s’impliquer dans des projets de type Humanités digitales. L’objectif est de pouvoir établir une liste des compétences prioritaires méritant des formations dédiées et plus particulièrement pouvant être transmises dans le cadre d’un cours en ligne ou MOOC.

 

Le développement des humanités digitales requiert une meilleure identification des compétences et des littératies mobilisées pour mieux en appréhender les potentialités et pouvoir développer les formations adéquates. Le projet s’inscrit dans ce cadre et dans la lignée du projet Peps Iscc Humanlit[1] qui a cherché à mettre avant les principales compétences et littératies présentes dans les humanités numériques chez les chercheurs. Désormais, il s’agit de s’intéresser à l’ensemble des participants potentiels et plus particulièrement les professionnels des bibliothèques. Le projet vise donc à opérer un recensement  pour les professionnels des bibliothèques dans leur implication au sein de projets en Humanités digitales au travers d’une enquête réalisée conjointement avec l’École Nationale Supérieure des Sciences de l’Information et des bibliothèques.

Ce besoin a émergé lors de l’atelier Bibliothèques et humanités numériques qui a eu lieu au Thatcamp Saint Malo [2]en octobre, évènement important sur les humanités numériques, dont le porteur de projet était co-organisateur. L’atelier mêlait chercheurs et bibliothécaires qui ont cherché à mieux mettre en évidence les apports des professionnels des bibliothèques et de la documentation dans les projets et réalisations en humanités digitales.

Il s’agit également de décliner l’enquête de façon à travailler également sur les représentations des chercheurs sur les bibliothécaires et vice versa.  L’enjeu est de parvenir à améliorer la collaboration entre les différents métiers et surtout en envisageant d’emblée, la prise en compte de question bibliothéconomique et archivistique dans les projets. En effet, il faut déplorer que trop souvent les questions de conservation et de diffusion des données inquiètent les chercheurs en fin de projet quand il s’agit de donner une pérennité à leur travail.

 

Cette question est nouvelle dans la mesure où la question des humanités digitales demeure relativement récente, même s’il existe bien évidemment des travaux et des questionnements antérieurs liés notamment à l’introduction de l’informatique dans les structures documentaires et aux problématiques posées par la numérisation. L’apparition de logiciels dédiés comme Omeka par exemple, notamment utilisé dans le projet 1886[3] ou bien encore le travail d’interopérabilité des données afin qu’elles puissent être moissonnées ou recensées dans des moteurs de recherche scientifique comme Isidore, figurent parmi les points saillants actuels que doit connaitre et maitriser un professionnel des bibliothèques.

 

Contexte

 

Les humanités numériques concernent particulièrement les possibilités d’intégration des potentialités du numérique pour traiter notamment des corpus dans le domaine des SHS. Des questions d’essence documentaire sont clairement posées, car l’objectif des DH est aussi d’envisager de nouveaux moyens pour produire des données, d’assurer leur échange, leur valorisation et leur conservation. Il s’agit aussi de développer de nouveaux dispositifs scientifiques.

Un nouveau régime documentaire se construit et se prépare :

« Les enjeux du développement des humanités digitales ne se réduisent donc pas à préparer ou accompagner les chercheurs à l’usage des instruments informatiques et des documents numériques, ni à valoriser des analyses particulières, ils résident aussi dans la capacité des humanités à comprendre les transformations majeures qui nous entraînent irréversiblement dans un nouveau régime documentaire.[4] »

C’est donc dans ce régime documentaire qu’il faut inscrire les formations et envisager les nouveaux métiers associés. Les professionnels vont devoir travailler de plus en plus sur des unités petites, des données dont l’intérêt sera qu’elles soient interopérables et interprétables correctement.(…)

Il faut donc rapprocher les outils de réalisation depuis les imprimantes 3d jusqu’à des logiciels de programmation, de modélisation, de visualisation avec la documentation associée.  Les digital humanities procèdent en ce sens d’une véritable délivrance.  Délivrance aussi au niveau de la vision des bibliothèques quant aux profils souhaités. En clair, il faut non seulement que les bibliothécaires comme les chercheurs acquièrent de nouvelles compétences, mais il faut ouvrir la bibliothèque à d’autres métiers. Il faut des bibliothécaires hybrides qui participent et collaborent aux projets de recherche de façon mieux intégrée et pas seulement en tant que simple prestataire de service. Il faut aussi intégrer de nouvelles professions, des informaticiens, des spécialistes de la visualisation et de la cartographie par exemple, des ingénieurs en 3D et des spécialistes des imprimantes 3D justement. L’évolution des bibliothèques vers des fabbibs (fablab en bibliothèques) mériterait aussi d’être expérimentée.

C’est dans ce cadre prospectif que nous souhaitons interroger les compétences et besoins nécessaires.

 

 

Méthodes

Une enquête en ligne, bilingue sera effectuée auprès des professionnels des bibliothèques sur une plateforme type limesurvey. Il s’agira de distinguer la connaissance de la profession vis-à-vis des humanités digitales et de recenser les compétences acquises, mais aussi celles qui semblent nécessaires et qui font défaut.

En fonction des résultats, un travail de priorisation des besoins de formation sera établi.

(…)

 

 

Résultats attendus :

–       Recensement de compétences de différents types notamment (organisationnelles, informationnelles, techniques et informatiques)

–       Priorisation des besoins identifiés en matière de formation

–       Identification de contenus de formation pouvant déboucher sur un cours en ligne de type MOOC

–       Mise en avant de projets exemplaires avec études de cas

–       Identification d’experts pour le futur cours en ligne

–       Amorce de cahier des charges pour le développement d’un fablab en bibliothèque

–       Préconisations et prospective au travers d’une journée d’études suivi d’une publication dédiée.

Calendrier des évènements principaux:

Premier trimestre 2014 : Mise en place et rédaction de l’enquête en ligne.

Second trimestre : Ouverture de l’enquête en ligne et lancement de l’enquête qualitative.

Troisième trimestre: Journée d’études sur les Humanités digitales en bibliothèque

Septembre 2014 : Analyse des résultats.

Octobre : Publication des résultats et présentation au congrès documentaire de Montréal.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


[4]  Bertrand, Müller. « Documentation et sciences sociales : des musées laboratoires aux humanités digitales ». In Ina Expert, les e-dossiers de l’audiovisuel. Juin  2012<http://www.ina-sup.com/node/2835>

Voir aussi : Bertrand, P. (2012). Les digital humanities sont-elles solubles dans le Steampunk ? Conférence inaugurale du Thatcamp Paris 2012. <https://books.openedition.org/editionsmsh/327?lang=en>

 

Programme des Ateliers Humanités digitales de l’école doctorale de Bordeaux Montaigne

Il est temps de vous annoncer le programme de nos ateliers Humanités Digitales. Des précisions seront ajoutées pour chaque séance.

Programme proposé par Franck Cormerais et Olivier Le Deuff

 

·        1ere séance  (12 décembre) :    « Introduction aux humanités digitales  et à la culture numérique » [vidéos et sons bientôt en ligne)

 

Objectif : Approcher des Humanités Digitales en relation avec les  « cultures numériques » et les sciences  humaines et sociales. Définir les HD dans une  acception large et une acception restreinte. Territorialiser les émergences et l’évolution des mots  « humanités » et «  culture ».  Deux approches complémentaires  des HD seront  ainsi abordées : le  point de vue  internaliste  et le  point  de  vue externaliste pour  apprécier les modifications  des sciences des SHS.

 

·        2eme séance  (23 janvier) :  « Translittératie  et construction des savoirs »

 

Objectif : Approcher la translittératie dans sa relation à la construction et la reconfiguration des savoirs en rapport avec les dynamiques de l’écriture et de la lecture. Aborder l’importance de la littératie  et  sa  signification dans un environnement numérique.  Traiter de la question de la translittératie, ainsi que de l’organisation des savoirs, en relation avec les  modèles  techno-cognitifs et  une approche élargie  du  texte.

·        3eme séance   (20 février) :   Conditionnalité de l’université et  disciplines aujourd’hui

 

Objectif : Examiner les productions de connaissances à l’Université dans un environnement numérique. Evoquer la transformation de l’éducation au 21eme siècle et des disciplines à partir des  opérateurs « inter », « post », « trans ».  La question d’un savoir partagé,   et de  son épistémologie comprise à partir d’un environnement  numérique,  sera abordée dans un dialogue disciplinaire. C’est l’avenir de  nos établissements,  et plus spécialement de l’enseignement à  distance, qui sera discuté.

 

·        4eme séance  (20 mars) Projet  numérique  (méthodes et applications)

Objectifs : Dresser un panorama des méthodes des Humanités Digitales  à partir des institutions, des  pratiques et des objets.  Exposer les différents  types de démarche  en HD. Effectuer  un retour critique  sur les  résultats, les  méthodes, les problèmes non résolus. Montrer les  différents  angles  de traitement des  corpus pour  souligner  les  variations  méthodologiques  mises en application (fouille, de  texte , data visualisation, graphe, etc.)

Support du premier atelier sur les humanités digitales

En attendant une future mise en ligne des vidéos et des supports audios, voici le support que j’ai utilisé hier soir.

Sans pour autant prendre parti définitivement, j’ai néanmoins défendu l’intérêt de l’expression d’humanités digitales au delà de la perception qui n’y voit qu’un anglicisme. Paradoxalement, on s’est plutôt interrogé si par un retour historique et notamment au latin, on ne se situait pas à l’inverse dans une position européenne.

J’ai fait notamment référence au manifeste du thatcamp Paris 2010, mais aussi à d’autres textes.

Ateliers « Humanités Digitales », première séance le 12 décembre

J’ai le plaisir d’animer avec Franck Cormerais des ateliers sur les humanités digitales à l’université Bordeaux 3, qu’il convient désormais d’appeler Université Bordeaux Montaigne. Plusieurs séances vont ainsi s’étalonner autour de présentations, travaux sur textes et discussions. Vous êtes évidemment les bienvenus. Ces ateliers font partie de l’offre de formation de l’école doctorale de l’Université de  Bordeaux Montaigne.

La première séance introductive tentera de poser les jalons définitionnels autour des humanités digitales ou/ et numériques.

Dans la lignée des travaux précédents et notamment des journées d’études sur les humanités digitales, nous avons gardé la formule d’accoler le digital aux humanités. On procédera donc aussi par petites doses dans la logique du pharmakon pour que le digital soit curatif.

Il s’agit également de toucher du doigt et de désigner ce qu’il convient de comprendre autour de ces enjeux. C’est pourquoi la formule est celle d’ateliers dans la mesure où les participants sont amenés aussi à pouvoir participer aux discussions. Un corpus de documents…imprimés sera distribué pour faciliter la prise en main, mais aussi de fait l’entrée dans des domaines parfois peu connus ou totalement nouveaux. L’atelier se veut en cela autant une initiation qu’une démystification, comme une main tendue qu’il convient de saisir.

Au menu de la première séance, on s’attachera inévitablement à décortiquer les enjeux portés par le manifeste des Digital Humanities , dont on rappellera à dessein le contexte « thatcamp ». Les participants découvriront en avant-première un extrait de chapitre d’un ouvrage sur les humanités digitales qui va sortir en 2014. Un extrait de Pour un Humanisme numérique sera également dégusté.

Autant que possible, on essaiera d’assurer un livetweet et surtout une captation audio en mode débrouillardise sera effectuée.  Quelque part,  on essaiera d’insuffler l’esprit thatcamp porté par la vague malouine du dernier Thatcamp chez Michel de Montaigne. Le hashtag sera #abhd (pour ateliers bordeaux humanités digitales)

L’intitulé exact de la séance :

·        « Introduction aux humanités digitales  et à la culture numérique »

 

Objectif : Approcher des Humanités Digitales en relation avec les  « cultures numériques » et les sciences  humaines et sociales. Définir les HD dans une  acception large et une acception restreinte. Territorialiser les émergences et l’évolution des mots  « humanités » et  «  culture ».  Deux approches complémentaires  des HD seront  ainsi abordées : le  point de vue  internaliste  et le  point  de  vue externaliste pour  apprécier les modifications  des sciences des SHS.

 Lieu des réjouissances :

Université Bordeaux Montaigne. Pessac. (ex Bordeaux 3)

Tram B. (arrêt Montaigne)

Salle E202 à 17H, le jeudi 12 décembre

Transmedia,translittératie et transdiscipline

Avec beaucoup de retard, je mets en ligne le support de mon intervention à Lausanne dont voici le résumé :

Transmedia et translittératie : quelles compétences pour de nouvelles productions « délivrées » ?

Notre proposition s’appuie sur plusieurs projets menés actuellement. Le premier cherche à distinguer les compétences et les littératies mobilisées par les chercheurs dans les projets en humanités  digitales. A cet effet, nous présentons  quelques résultats d’une enquête menée en mai et juin 2013 et nous expliquerons une cartographie des littératies mobilisées. Notre intervention vise à montrer en quoi ses nouvelles compétences notamment informationnelles et numériques s’exercent sur une variété de médias et de supports (la translittératie) et qu’elles impliquent une évolution de la production scientifique et des formes de communication. La production transmedia de nouvelles formes scientifiques nous mobilise au sein d’un nouveau projet qui vise à étudier et à imaginer les nouvelles potentialités de communication scientifique.

En effet, l’article dans sa forme traditionnelle issue du papier évolue dans son passage au numérique mais la marque de cette « délivrance » tarde à se faire sentir pleinement. Tandis que des formes issues de l’édition papier au travers de format pdf sont encore dominantes, de nouvelles potentialités voient le jour au travers de dispositifs comme ceux de revues.org.

Notre proposition cherche donc à étudier et analyser toutes les potentialités numériques de la publication à travers l’examen du concept de transmedia (Jenkins, 2006). Le transmedia consiste en l’enrichissement et en la diffusion d’une narration en la déployant sur plusieurs plateformes médiatiques. Dans un contexte où les humanités numériques interrogent nos modes de production scientifique, il convient de saisir les enjeux d’une nécessaire évolution de l’article scientifique vers des formes numériques plus évoluées et notamment augmentées par d’autres écritures, notamment audiovisuelles. Cela implique nécessairement le développement de nouvelles compétences et nouvelles littératies, notamment la translittératie qui désigne , « l’habileté à lire, écrire et interagir par le biais d’une variété de plateformes(…) » (Thomas, 2006).

Une des hypothèses serait la possible évolution de l’article scientifique vers une forme d’API (Application Programm Interface) qui agrégerait différents types de données et offrirait un cadre de diffusion de la connaissance élargie au travers notamment des vidéos, des images, de la visualisation et des graphes interactifs. L’article scientifique ne profite pas pleinement des possibilités d’une convergence numérique. Pourtant, comment exprimer toutes les facettes d’une recherche qui utilisent de plus en plus des moyens et des médias numériques ?

Jenkins Henry (2006) Convergence Culture. Where old and new media collide, New York University Press.

Le Deuff, Olivier (2012) Humanisme numérique et littératies, Semen n° 34p.117-134.

Thomas, Sue et al. «Transliteracy: Crossing divides. » First Monday, Volume 12 Number 12 – 3 December 2007, disp. Sur :<http://firstmonday.org/htbin/cgiwrap/bin/ojs/index.php/fm/article/viewArticle/2060/1908>

 

Le support.

Enquête : on prolonge. Survey on DH and literacies

Vous avez encore jusqu’à septembre pour répondre à l’enquête sur les DH et les littératies… faites circuler l’information

Le questionnaire dans sa version française :

http://www.megatopie.info/limesurvey/index.php/998655/lang-fr

Et dans sa version anglaise :

http://www.megatopie.info/limesurvey/index.php/998655/lang-en

Survey about digital humanities and literacies

Following the results of the survey « Who are you digital humanists ? », it’s time to announce that our survey is online now. The survey is conducted in the context of the research project Humanlit (Digital Humanities and Literacies) funded by the ISCC.

You have one month to answer. The survey will be closed at 3rd of July.

Our goal is to examine the literacies and the skills needed in digital humanities project.

The results will be published on license CC0.

This survey is for scholars. Another survey is planned for librarians.

The survey in English version :

http://www.megatopie.info/limesurvey/index.php/998655/lang-en

And in French :


http://www.megatopie.info/limesurvey/index.php/998655/lang-fr