Archives de catégorie : Billets

Résultats de l’enquête Hubic

Voici les résultats de l’enquête Hubic. Vous pouvez consulter à cet effet le document en pdf qui présente l’essentiel des résultats sous forme de tableaux.

Les résultats sont librement réutilisables. Un Fichier Hubic anonymisé est  disponible. Des analyses plus poussées seront faites sur le carnet de recherche et sous forme de publications que nous ne manquerons pas de vous signaler.
Pour les plus pressés, une infographie sur piktochart a été réalisée. La version en anglais sera disponible en septembre.

Le fichier de l’infographie en une image téléchargeable.Humanités digitales et bibliothèquesrésultatshubic

L’exemple du New York Public Library Labs : des projets innovants

Compte-rendu de l’article : Vershbown, Ben :  NYPL Labs ; Hacking the Library, in Journal of Library AdministrationRoutledge Taylor and Francis Group, 2013, 53: p 79–96.

L’article est un résumé détaillé des récents projets mis en place par la New York Public Library (NYPL). En effet, un des projet mis en place par le NYPL Labs entre 2000 et 2008 fut le « DLP » (Digital Library Program), dont l’objectif était de créer une équipe de curation, scan des données  et de développement de logiciels. A travers ce programme,  l’équipe a numérisé une large portion de ses matériaux de visualisation et a mis en ligne les collections les plus prisées de la NYPL, en accès-libre. Huit cent mille images sont a disposition du public, un des plus grand héritage de culture du genre affichées sur un site qui n’a pas tellement changé pour l’occasion. De fait, le programme DLP songe à aller encore plus loin en alliant ses efforts avec la Digital Gallery, selon qui la NYPL représente le plus grand effort vers l’accès de la culture pour tous.  

Un autre projet a vu le jour : celui du »Map Warper« , lancé par un bibliothécaire intéressé par le domaine géospatial. Ayant nécessité la formation d’une équipe spécialisée, il a rendu possible  l’exploration d’une interface graphique représentant une carte, dont les évolutions sont observables à travers le temps. Cette visualisation obéit au principe du « go back in time », mais n’est pas assimilable avec le service de localisation/visualisation numérique Google Maps. Une fois la carte scannée, les usagers peuvent superposer une carte récente sur une ancienne, en alignant les pixels, afin de les comparer. Ce procédé, nommé « rubbersheeting », crée de nouvelles données de recherche. Après avoir récolter leurs cartes, les usagers peuvent les assembler selon un assemblage de couches cohérentes, produisant en somme un filtre unique. Cette visualisation est une nouvelle donnée pour la bibliothèque, qui pourra ensuite être téléchargé et exploré avec d’autres programmes comme Google Earth ou Quantum GIS. Développé par la firme géospatiale externe Topomancy, l’outil Map Warper est un logiciel open-source. Il représente ainsi une alternative afin de lutter contre les logiciels payants tel qu’ArcGIS, utilisé pour récolter, créer et analyser les données.  Désormais le New York Public Library Labs et Topomancy travaillent de concert afin de réaliser un index-géographique de l’histoire de New-York, nommé « NYC Chronology of Place »  et qui prend appui sur plusieurs logiciels. Les laboratoires de recherche doivent cependant intensifier leurs efforts pour rendre cet index encore plus accessible.

Issu d’une donation de données privées, le « Menu Archive » est un autre projet mis en place en accès libre. Celui-ci contient plus de 45 mille articles, allant de 1840 au 20ème siècle. Ressource privilégiée, il est utilisé par des historiens – qui le consulte dans le but d’obtenir des détails sur une période –  des cuisiniers – souhaitant faire revivre les préférences gastronomique du passé – ou encore par des écrivains. L‘OCR est un des outils les plus utilisé pour conserver toutes ces données, cependant,  la plupart des articles écrit à la main sont quasiment impossible à digitaliser. L’objectif serait de mettre a disposition du public un menu structuré, dont le plus gros du travail serait effectué par les médias sociaux. C’est ainsi que le projet « What’s on the menu? » a pris forme. Son accès ne nécessite pas d’inscription, contrairement a Map Warper.

Le projet « Stereogranimator » inventé par l’artiste Joshua Heineman, a également pu être développé au sein de la  NYPL. Il propose une immersion dans une image (issu d’un domaine quelconque),  suivant le principe du Gif animé. Sa mise en ligne par la NYPL a obtenue un large succès et profite d’améliorations, d’idées nouvelles grâce à une plateforme cloud, dans l’esprit, encore une fois, d’ouvrir l’accès à la culture  en contournant les lois. La NYPL souhaiterait mettre en place une bibliothèque virtuelle, où des projets tels que ceux présentés ci-dessus seraient alimenté par le public, par le biais d’un dashboard commun.  D’autres projets sont en cours au sein du NYPL Labs : plateforme d’archives ouvertes, applications collaboratives, plateformes vidéos…  en partenariat avec d’autres infrastructures, comme la Library Dance Division

A propos de l’auteur de l’article commenté :

Ben Vershbow @subsublibrary

Ben Vershbow est le fondateur et le manager du NYPL Labs. Il s’agit d’une unité d’innovation numérique associée à NYPL,  largement impliquée dans l’idée de mettre en ligne les documents historiques et les archives. Le Labs fonctionne comme une entité technologique a part entière (sorte de « startup »), et  travaille en collaboration avec des bibliothécaires et des curateurs dans la mise en place des projets alliant de nouveaux modes d’interactions afin de mieux exploiter les collections des bibliothèques. Il fait également appel à l’aide du public pour obtenir des informations rares, de vieux documents, susceptibles de créer  de nouvelles données, et d’inspirer de nouveaux outils d’exploitation et de visualisation. Avant d’arriver à la NYPL, Ben Vershbow a travaillé quatre ans avec Bob Stein, fondateur de l’Institut pour le futur du livre à New York. Il a également étudié le théâtre à l’Université de Yale. Membre du « Group Theory« , c’est aussi un écrivain, un directeur et un artiste original dont l’activité s’étend au-delà de New York.

Parution du Temps des Humanités digitales

Le voilà, enfin ! Le temps des humanités digitales vient de paraître chez Fyp éditions. Cet ouvrage met fin au programme Humanlit, puisqu’il en constituait la pièce finale. Dorénavant, la suite se déroule autour du projet Hubic et au travers de nouvelles perspectives.

Au menu, un ouvrage destiné à un public plus large que la communauté des initiés et une volonté de toucher le public de l’ensemble des enseignants, des étudiants, des décideurs et des amateurs intéressés par ces questions.

Le temps des humanités digitales

Le sommaire

Préface : Milad Doueihi

Introduction : Olivier Le Deuff

 Première partie : Histoire et frontières d’un concept en vogue

Petite histoire des humanités digitales. Olivier Le Deuff, Frédéric Clavert

Vers de nouveaux modes de lecture des sources. Frédéric Clavert

L’historien et l’algorithme. Frédéric Kaplan, Mélanie Fournier, Marc-Antoine Nuessli

Deuxième partie : Réalisations et potentialités

Les chercheurs en SHS rêvent-ils de code informatique ? Jean-Christophe Plantin

En deçà des images. Logique informatique et recherches en esthétique. Nicolas Thély

Le long, le bref et le truchement numérique. René Audet

Les digital humanities ont-elles existé ?Stéphane Pouyllau

Troisième partie : Enjeux, débats et transformations

L e temps des changements.Olivier Le Deuff

Humanités digitales et (ré)organisation du savoir. Franck Cormerais

Bibliothèques et lieux de production de savoirs. Olivier Le Deuff

Quelle place pour les bibliothèques dans les digital humanities ? L’exemple de Bordeaux Montaigne. Sylvain Machefert

 

Conclusion : L’humain dans les humanités digitales. Olivier Le Deuff

 

Digital Humanities en bibliothèque : un vrai défi?

Compte-rendu synthétique de l’article : Posner, Miriam, No Half Measures : Overcoming common challenges to Doing Digital Humanities in the Library, Vol53, p43-52, Journal of Library Administration, CrossRef, 2013

Les  aspects administratifs et institutionnels en ce qui concerne le champ des humanités digitales  semblent insuffisamment pris en considération. Cela constitue une des sources de  frustration pour les professionnels des bibliothèques. En effet, tout l’enjeu réside dans le fait de cerner les nouveaux rôles de la bibliothèque, dont les métiers doivent être repensés avec l’arrivée du numérique. L’introduction des humanités digitales au sein de ces structures implique l’appropriation de nouvelles compétences par les professionnels. De plus, il s’agit également de se concentrer sur  les moyens techniques ainsi que les infrastructures à démarcher pour assumer un tel bouleversement.

De nombreuses initiatives dans le but d’introduire les humanités digitales en bibliothèques sont encore au stade de développement. Certains résultats intéressants sont issus de la bonne volonté de certaines bibliothèques, qui parviennent à dépasser les contraintes internes, comme la délégation de programmes en humanités digitale à un seul professionnel, dont les compétences ne sont pas adaptées au projet. En effet, les discussions se concentrent trop souvent sur ce que les bibliothécaires peuvent apporter de façon individuelle, au lieu de prendre en compte les soutiens institutionnels indispensables à l’aboutissement des projets en humanités digitales.

Les bibliothèques doivent fournir l’infrastructure (accès aux outils de numérisation et serveurs, par exemple) à l’appui des humanités digitales, en faisant des bibliothécaires de véritables collaborateurs du mouvement, plus que de simples partisans.  La TEI est d’ailleurs issue d’un programme d’édition électronique qui est né en bibliothèque. De plus, L’enjeu consisterait davantage à faire valoir les besoins des professionnels, c’est à dire, que leur travail soit considéré comme un travail intellectuel, en démontrant que leurs efforts au sein des incubateurs de la bibliothèque (ou « skunkworks ») peuvent offrir des opportunités inestimables pour la communauté universitaire dans son ensemble, grâce à un « transfert de technologie ». Encore faudrait-il que cet apport soit reconnu et récompensé au sein des structures.

L’objectif est donc double, et pour le moins paradoxal, car on assiste à la fois à un problème d’uniformisation, notamment en terme de formation, mais également de différenciation des compétences, dans la répartition des tâches à effectuer par chacun. Aujourd’hui, les bibliothécaires sont dépassés par le nombres de compétences à acquérir et d’outils à connaitre. Quels sont ceux qu’il est urgent de maîtriser? L’autoformation est-elle envisageable sur de tels aspects ? Car pour diriger et mener à bien un projet dans les humanités digitales, il faut non seulement posséder des qualités de réflexion – compétences dites « soft »-  mais aussi des compétences techniques, ou « hard ».  Il faut également changer les mentalités des professionnels des bibliothèques, plus attentifs à ce qui est strictement bénéfique pour l’infrastructure, contrairement au champ des humanités numériques, dont la philosophie propose simplement de répondre de façon pertinente à une question intéressante sans se fixer d’objectifs restrictifs.

Les Humanités Digitales demandent donc la (ré)invention, l’identification des compétences afin de les repartir au mieux et éviter le sentiment de « surcharge » éprouvé par les professionnels. En revanche,  qui sera à même de diriger les projets en Humanités Digitales en bibliothèque ? Entamer une discussion sur l’autorité, ainsi que sur l’ouverture plus flexible des infrastructures est à entamer. Le fait que les projets dans les humanités digitales soient encore balbutiant est dû au manque de bénéfices pour les bibliothécaires eux-mêmes. Cet absence de bénéfice est lié au fait qu’il n’existe pas d’équité entre professeurs membres de la faculté, autorisés à publier des ouvrages de recherche, et bibliothécaires, qui eux, doivent obtenir l’autorisation d’un supérieur, ou d’un département juridique. Autre entrave à la difficile implantation des humanités digitales : les relations entre bibliothèques et universités, souvent trop hermétiques.

 La bibliothèque est encore trop perçue comme un simple »service » à disposition du professeur universitaire. Changer le mode opératoire des bibliothèques, c’est également  harmoniser ces relations, les rendre cohérentes, avec des professeurs formés et aptes à apporter une aide concrète aux bibliothèques. Michael Furlough pose tout de même la question : la recherche représente-t-elle le cœur des prérogatives des bibliothèques ? Sont-elles destinées a quitter un mode de fonctionnement traditionnel pour prendre le « risque » d’intégrer les humanités digitales? Souhaitent-elles véritablement emprunter cette voie? Quelques exemples prouvent que oui.

L’Université de Maryland à permis à ses bibliothécaires de participer à un semestre dédié aux humanités digitales. Grâce à une longue série d’ateliers consacré au développement de la recherche, ceux-ci ont eu l’occasion de manipuler des données, participer au développement de projets et à la rédaction de propositions de financement. Le centre de recherche dans les Humanités Digitales de l’Université de Nebraska, en partenariat avec l’université Nebraska-Lincoln, entretient des liens forts avec les bibliothèques, tout en maintenant sa stricte indépendance. Le Scholar Labs de l’Université de Virginie travaille davantage sur des projets de longue durée, sans fonder son processus de recherche sur l’obtention de résultats probants. Enfin, le  Library Labs d’Harvard met en oeuvre des projets innovants qui contribuent à l’amélioration des services en bibliothèques (les universités, les élèves sont invités à être force d’initiatives). Les projets, s’ils sont validés, bénéficient d’un financement de trois mois ou plus, tout dépend des résultats applicables par la suite (Cf: Projet Highbrow textual Browser and Spectacle). Les Humanités digitales en bibliothèques sont donc envisageables : mais difficiles à mettre en place.

Précisions sur l’auteur de l’article

Miriam Posner – @miriamkp

Issue de l’université de Yale, Miriam Posner est coordinatrice et enseignante à l’UCLA‘s Digital Humanities Program. Lorsqu’elle n’enseigne pas, elle aide le développement du programme, travaille avec les étudiants, tout en continuant d’écrire un livre sur les effets bénéfiques des films pour l’univers de la médecine.

 

 

 

 

Humanlit survey’s results

It’s my pleasure to present to you the results of the Humanlit’s survey, which has been conducted in 2013, between June, 3rd and October, 30th. These results kept you waiting but here they are.

 I would like to take this opportunity to thank Coline Blot for making this publication possible!  The results are available in a document under CC license, which brings this survey closer to the public domain.

The report with the main results tables can be downloaded in pdf format. We have conducted a French and an English version.

You can download these results under CC0 licence, Excel or csv format. I can provide other formats from limesurvey, if necessary.

As for the impatient ones, the main results are available in the form of an infography (for a better resolution, go on Piktochart.)

 Presenta board report Copy (5)

Résultats de l’enquête Humanlit

C’est avec plaisir que j’annonce les résultats de l’enquête Humanlit qui s’est déroulée l’été dernier. Les résultats se sont faits attendre, mais ils sont là.

J’en profite pour remercier Coline Blot sans qui les résultats ne seraient pas encore publiés! Les résultats sont disponibles dans un document sous licence CC zéro ce qui la rapproche le plus du domaine public. Cette licence avait été annoncée aux participants de l’enquête, nous restons donc sur notre position initiale.

Le compte rendu avec les principaux tableaux de résultats est téléchargeable sous format pdf. Nous avons réalisé une version française ici et une version anglaise humanlitresults.

Les résultats sont téléchargeables sous licence CC0 sous format excel ou csv. je peux vous fournir d’autres formats si besoin à partir de Limesurvey.

Pour les plus pressés, les principaux résultats sont consultables sous la forme d’une infographie. (Pour une meilleure résolution, il faut aller sur Piktochart)

Humanlit
résultats de l’enquête Humanlit

How we think, Katherine Hayle dans la « technogenèse » contemporaine

Katherine Hayles fait partie de ses intellectuelles américaines qu’on retrouve régulièrement dans les travaux et débats autour des humanités numériques, de la littérature électronique, de la translittérie et de la littérature électronique. Impossible donc d’en faire l’impasse.

Son ouvrage, How we think, digital media and contemporary genesis, entreprend donc la tâche de décrire une métamorphose à l’œuvre avec les nouveaux médias numériques. Le titre est évidemment le même que celui de John Dewey mais avec une vision davantage contemporaine. Impossible aussi de ne pas songer à l’article de Vannevar Bush, as we may think qui entrevoyait déjà les potentialités de la lecture augmentée par des mécanismes hypertextuels. Les filiations sont nombreuses notamment au niveau de l’étude des médias. Katherine Hayles pose dès le premier chapitre l’importance des médias dans la constitution de la pensée. Mais l’objectif est de penser le changement que cela opère particulièrement pour les sciences humaines et sociales.

Face à ce « memex » numérique qui fait partie du quotidien du chercheur, katherine Hayles fait référence évidemment aux fameux texte de Nicholas Carr, the shallows, souvent critiqué mais qui est en fait une excellente réflexion sur les transformations et les pertes d’attentions et de capacité de lecture profonde qu’entraine la pratique assidue du web. Katherine Hayle rappelle que nos possibilités de lecture ne sont pas illimitées, ce qui ne peut que nous interroger dans notre production sans cesse grandissante d’articles. En effet, une grande partie des articles publiés en sciences humaines et sociales ne sont pas cités une seule fois. Leur fonction semble davantage orientée dans une logique de carrière plutôt que dans une réelle stratégie de communication scientifique.

De plus, les potentialités du numérique obligent et encouragent à de nouvelles logiques de création et de productions. Mais ce que note Hayles, c’est que cette logique oblige rapidement à la reconnaissance de ses propres limites; ce qui  en appelle nécessairement à un besoin de collaboration. Katherine Hayles ne se contente pas de sa propre expérience pour décrire ces mutations mais s’appuie sur des rencontres et entretiens avec des chercheurs (dont Alan Liu, Tara McPherson ou bien encore Jeffrey Schnapp) qui ont amorcé le même raisonnement et qui ont entrepris des projets collaboratifs.

Et une de leurs conclusions est la suivante :

« They clearly understand that digital techologies, in broad view, imply transformation not only of the humanities but of the entire educational system. They are also keenly aware of difficulties to be negotiated within the humanities as traditionaly print-based disciplines fracture into diverse contingents, with some scholar still firmly within the regime of print while others are racing into the digital domain. » (p.5)

Plusieurs difficultés sont mentionnées mais Hayles note que même chez les chercheurs demeurés orientés sur une logique de l’imprimé, la culture numérique s’est immiscée dans leurs pratiques car ils utilisent des outils numériques et distillent des fichiers et des articles sous cette forme. Cette technogenèse est en marche sous la forme d’un effet Baldwin (du nom du biologiste James Mark Baldwin qui avait démontré qu’un effet génétique peut s’accroitre lorsque les espèces modifient leur environnement pour faciliter davantage la mutation). On sent ici nettement les dialogues féconds entre Hayles et Alan Liu. Ce dernier décrit souvent les digital humanities comme un alien.

Intéressante aussi est la manière (la définition) que nous donne Hayles des digital humanities :

« Digital humanities are not a monolithic field but rather a collection of dynamic evolving practices, with internal disputes, an emerging set of theoretical concerns interwoven with diverse practices, and contextual solutions to specific institutional configurations. »(p.10)

Hayles considère que le numérique entraîne des bouleversements de type neurogénétique notamment chez les plus jeunes. Mais ce sont surtout les aspects autour de l’accroissement des besoins en littératie qui sont soulignés par l’auteur. Elle déplore aussi qu’il demeure toujours une césure entre les compétences acquises dans la sphère domestique et le peu de réinvestissements possibles parfois dans la sphère académique et vice-versa. Cet enjeu intéresse particulièrement le projet Humanlit. Les formes « d’enclosures literaciques » méritent d’être étudiées de façon plus précises car c’est bien l’enjeu de la transmission qui est interrogée. Il nous semble aussi que les humanités numériques auront à s’interroger sur les compétences qu’elles nécessitent et comment parvenir à produire des formes accessibles, mais aussi intéresser un public plus large que celui des seuls chercheurs.

Difficile de résumer un tel ouvrage, si ce n’est que la partie sur les transformations neurologiques nous a  moins intéressé, bien qu’il faille apprécier l’effort de la chercheuse de réaliser ici un effort de vulgarisation et une tentative de prendre en compte des transformations à l’œuvre pour mieux en appréhender les conséquences actuelles et futures sur le monde de la recherche et de l’enseignement. On a parfois l’impression d’assister à la genèse d’un nouvel individu enseignant-chercheur. Il faut dire que Simondon mais aussi Bernard Stiegler sont régulièrement cités tout comme Bruno Latour parmi les chercheurs français.

L’ouvrage répond et met en scène un grand nombre de débats autour des humanités numériques. On y retrouve aussi un ton positif et enjoué dans la mesure où katherine Hayles semble avoir déjà bien vécu cette évolution. Incontestablement, l’ouvrage incite les sciences sociales et humaines à se saisir de nouvelles opportunités et à ne pas dénigrer des mutations qui peuvent apparaitre parfois inquiétantes notamment la question des attentions partagées voire dégradées. Nous ne sommes peut-être qu’au début d’une métamorphose.

Humanlit aux journées des humanités digitales de Bordeaux : Jean-Christophe Plantin et Nicolas Thély

Les troisièmes journées des humanités digitales de Bordeaux se sont déroulées les 3 et 4 avril 2013. En attendant, les vidéos de cet événement, nous mettons en ligne deux courtes interviews de deux protagonistes sur des questions qui nous intéressent particulièrement dans le projet Humanlit : les problèmes définitionnels et les questions des compétences.

Nous avons interrogé tout d’abord, Jean Christophe Plantin, docteur en sciences de l’information et de la communication et auteur du carnet de recherche cartonomics

Puis nous avons interrogé, Nicolas Thély, professeur à l’université de Rennes 2 en n art, esthétique et humanités numériques.

On retrouvera aussi ces deux intervenants dans un ouvrage à paraître en fin d’année sur la question des humanités digitales.

J’en profite pour lancer un appel à tous ceux qui voudraient se faire interviewer dans ce cadre en live ou par skype.

L’évolution de l’article scientifique : vers le modèle de l’API parmi les biens communs de la science

Le projet Humanlit cherche à montrer les compétences nouvelles à développer pour les chercheurs notamment dans les projets en humanités numériques. Mais il est impossible de réaliser ce travail sans s’interroger sur l’évolution des pratiques et des méthodes de production scientifique.
On le sait déjà, mais l’article dans sa forme classique a vécu. Il est dorénavant insuffisant et suit des logiques anciennes qui sont celles du circuit du livre ou des revues. L’article papier est donc à des kilomètres des perspectives offertes par le numérique. Mais les productions numériques sont donc encore loin des exigences qu’on pourrait espérer à l’avenir.
Olivier Ertzscheid avait tracé la perspective de l’API ouverte :

Et puis littéralement, l’article du futur sera une API. Une interface de programmation (voir le remarquable article d’InternetActu), rendant différentes applications possibles. Un vrai boulot d’éditeur que de réfléchir à ce que seront ces API. Que l’on regarde ce qui se passe du côté du livre numérique. L’édition savante va devoir faire rapidement la preuve de son érudition informatique et logicielle. A moins qu’elle ne préfère réinventer la roue ou l’article d’hier en l’appelant celui de demain.

C’est en effet une des pistes les plus séduisantes. Il reste à s’interroger sur les compétences requises pour les chercheurs notamment au niveau de la capacité en culture numérique pour s’inscrire dans cette nouvelle logique éditoriale qui requiert une connaissance ou tout moins une compréhension des codes et des langages de publication web. Il faudra sans doute encore faire évoluer les outils comme revues.org et les interfacer avec d’autres projets de conservation et de description de données. L’avenir est donc à l’interface de revues.org, d’archivesic, d’hypothèses, d’Isidore… et d’un futur réseau social de la recherche !

Je crois qu’il s’agit aussi d’en profiter pour repositionner le successeur de l’article autour de plusieurs axes autour d’une hiérarchie des actions visées (scientifiques, sociales et pédagogiques). Il est impensable que les humanités numériques ne saisissent pas l’opportunité non pas de seulement de penser ou de comprendre le monde, mais bien de le faire changer…
Autre point, la production scientifique qui ne cesse de croître doit désormais clairement se positionner dans une lignée qui est celle de l’héritage documentaire pour s’inscrire dans un espace de biens communs des savoirs et de la science. Plus simplement, il s’agit d’imaginer :

  • Une science ouverte pour les pairs
  • Une science ouverte sur le monde
  • Une science ouverte pour la transmission

Voici le schéma en cours de réalisation et qui évoluera en fonction de vos remarques sur cette hybride en train de naître, « l’article scientifique transmedia ».

Article transmedia. Humanlit. 2012. v.1 Licence CC by nc

On s’aperçoit que sur le schéma que j’ai réalisé, il y a beaucoup de travail encore à faire pour parvenir à un tel objectif car il s’agit surtout de permettre une diversité de lectures = autant humaines que par les machines. Il s’agit aussi autant de permettre la lecture attentive que des lectures sociales et plus spécifiques.
Cela suppose autant un nouveau design éditorial, qu’une nouvelle économie et la nécessité de former de nouvelles expertises. De là à dire qu’il faut des HUMANLIT LABS, il n’y a qu’un pas.
J’en appelle d’ailleurs à vos commentaires pour l’améliorer.

La double transformation : une formation trans(versale) et une transformation en marche

Le projet humanlit est parti d’une hypothèse : celle que les humanités numériques constituent une double transformation, ou une transformation à deux visages voire en deux temps.

La première transformation est clairement celui d’une trans-formation en tant que formation interdisciplinaire et vraisemblablement d’ailleurs transdisciplinaire (voir billet précédent). Il reste à savoir à quel niveau placer désormais des modules de formation afin de développer des compétences pour la mise en place de projets en humanités numériques dans les universités. Une propédeutique doctorale apparaît un minimum, le niveau master pouvant présenter également des atouts.

Mais ce n’est sans doute pas suffisant tant les humanités numériques apparaissent comme une transformation non seulement de la recherche, mais également de la pédagogie mais aussi des universités dans leur ensemble.

trans-formations
Les transformations impactées par les humanités numériques

C’est donc bien plus tôt qu’il faut envisager la formation. On abordera dans d’autres billets et au travers d’expérimentations de nouvelles pistes à ce sujet à des échelons bien plus larges. Mais dans un premier temps, il parait plus qu’urgent d’opérer ce basculement pédagogique de façon bien plus précoce dans le cursus notamment pour développer de nouvelles littératies, c’est-à-dire aussi de nouvelles façons de lire et d’analyser des corpus.

La lecture analytique (close reading) mérite d’être associée plus étroitement à d’autres modes comme des lectures transcorpus et transmedia (hyperreading). Katherine Hayles évoque la nécessité de développer et de former également à ce nouveau type de lecture. On peut ainsi imaginer des comparaisons sur des usages d’un même mot ou d’un même concept au travers des écrits de plusieurs auteurs en littérature comparative. On peut également encourager les étudiants à produire de nouvelles formes de données ré-exploitables et valorisables. Pourquoi se contenter en effet des traditionnels exposés oraux alors qu’il pourrait être intéressant d’exiger pour chaque travail un rendu numérique de l’exposé sous forme de bases de données, d’infographies, de documents à valeur pédagogique, etc.

Il y a tout une philosophie de l’enseignement et de la recherche à modifier. Cela aurait le mérite d’élargir la somme des compétences à transmettre et à acquérir, mais aussi de s’inscrire bien plus tôt dans des démarches collaboratives et d’intelligence collective. C’est aussi le moyen de placer cette production de données, d’images, de textes et de documents enrichis dans une perspective type open data ou sous l’égide de biens communs de la connaissance.

On a souvent évoqué régulièrement l’opportunité d’utiliser wikipédia dans ce cadre. En effet, des projets de productions type exposé mériteraient d’avoir leur version « wikipédiatisée ». Trop souvent c’est l’inverse, les étudiants utilisent wikipédia. Ils seraient bons qu’ils soient incités à enrichir le projet de leur côté.

Cette transformation portée par les humanités numériques ne s’arrêtera donc pas au niveau de la recherche. Pour reprendre la métaphore d’Alan Liu, l’alien est en place et il continuera à se développer en modifiant l’ensemble de son écosystème. Dans son ADN, il apparaît clairement qu’une des premières  étapes est celle de la réconciliation entre numératie et littératie.

De toute manière, ces transformations sont aussi les lieux de reformation qui vont impacter beaucoup d’autres domaines.

On en reparlera ici.

Références :

Hayles, N. K. (2012). How We Think: Digital Media and Contemporary Technogenesis. University of Chicago Press.
 Hayles, N.K. (2007, November 26). Hyper and Deep Attention: The Generational Divide in Cognitive Modes. research-article. Retrieved March 28, 2009, from http://www.mlajournals.org/doi/abs/10.1632/prof.2007.2007.1.187?journalCode=prof

Liu A., 2009, “Digital Humanities and Academic Change” “English Language Notes”, 47, (Spring-Summer 2009), Spring-Summer 2009, 17-35.

 

Pour citer ce billet : Le Deuff, Olivier « La double transformation : une formation trans(versale) et une transformation en marche », Humanlit, 5 décembre 2012. [En ligne] http://humanlit.hypotheses.org/21

 

HUMANLIT

Le carnet accompagne le projet Humanlit sur les littératies et compétences en humanités numériques. Ce projet a reçu une subvention de l’ISCC.
Le projet a pour but l’identification des compétences, des savoirs et des concepts qui sont nécessaires aux chercheurs dans l’utilisation et l’exploitation de plateformes numériques à vocation scientifique. Il s’agit de tenter d’identifier les littératies indispensables dans le cadre de projets de types humanités numériques afin d’envisager les contenus transdisciplinaires d’une éventuelle ingénierie ou propédeutique doctorale. Ce travail d’identification se base sur l’analyse des corpus ayant trait aux articles scientifiques ainsi que sur les projets ayant été menés dans ce domaine. Le carnet a pour but de relayer les études et les résultats du projet.
Une enquête qualitative sur des personnes impliquées dans des projets d’humanités numériques sera effectué en parallèle afin d’établir les besoins en compétences exprimés et celles qui ont été mobilisées avec efficacité. Le carnet sera lieu de dépôt des résultats et d’analyse de cette enquête.