Archives de catégorie : Lectures / Readings

Digital Humanities et bibliothèques: vers un soutien mutuel?

Compte rendu de l’article Vandegrif, Micah, Warner, Stewart Evolving in common , Creating mutually supportive relationship between libraries and the Digital Humanities, Library Faculty PublicationsUniversity Libraries, The Florida State University, 2013, 10p

« Libraries and the humanities have always had a great deal in common […] They help us to remember the past, understand the present and build the future. »

« You decide your own level of involvement » (Nowviskie’s reference to Fight Club)

L’avancée technologique, et les critiques extérieures qui l’accompagnent, remettent en cause les valeurs dites « traditionnelles » des bibliothèques. En effet, « la mort » des humanités classiques, et avec elle l’idée d’une obsolescence des bibliothèques est souvent évoquée. Pourtant, les conséquences de l’appropriation des outils numériques par les humanistes numériques sont indéniables, tant dans le milieu recherche et que dans l’enseignement. Les humanités digitales désignent une discipline qui se trouve au croisement de tous les domaines de la connaissance en prenant en considération du numérique.  L’engagement des humanités classiques à travers cette évolution est de plus en plus visible. Les rôles et les responsabilités des professionnels des bibliothèques s’intensifient donc pour inclure plusieurs objectifs :  formation, recherche, mais également intégration de nouveaux outils et modèles de services. Le monde de la recherche soutient l’idée d’un large accès a la connaissance, qui prendrait en compte les bénéfices de chacun :  pour le public, les bibliothèques, mais aussi le savoir collectif lui-même. L’objectif des humanités digitales, selon Lisa Spiro, est de privilégier un accès à l’information culturelle, d’entreprendre des manipulations de données, de transformer le domaine de la communication, de mettre en place des formations et des apprentissages, et de provoquer un impact concret sur le public. C’est d’ailleurs en cela qu’humanités digitales et bibliothèques se complètent et se ressemblent, alliance d’ailleurs renforcée par la mise en oeuvre les projets d’archives ouvertes, qui permettent de créer des partenariats entre bibliothèques et universités.

L’intégration des technologies numériques en bibliothèque  incite différentes infrastructures à travailler en étroite collaboration avec elles. Selon K. Fitzpatrick, ne pas rendre le résultat du travail commun entre bibliothèques et humanités digitales accessible au public s’avérerait fatal pour les bibliothèques car cela engendrerait son indifférence. Humanités numériques et bibliothèques peuvent agir ensemble pour deux raisons : d’une part parce que les bibliothécaires connaissent la loi concernant le libre accès, la gestion et l’usabilité de l’information.  D’autre part, parce que les humanités numériques peuvent donner l’occasion aux bibliothèques de sortir de leur carcan habituel en ouvrant le champ des possibles (cf : alt-Acs), dans une perspective de préservation des données issues de la recherche du domaine. Désormais, selon Wayne Wiegand, la question n’est plus de « considérer l’usager dans la vie de la bibliothèque, mais de repenser la bibliothèque dans la vie de l’usager. »

En conséquence, de nouveaux modes de lecture font leur apparition, tel que le « browsing » ou survol, qui est  une méthode possible pour récolter l’information. Au lieu de prendre connaissance d’un seul ouvrage à conseiller au public, le bibliothécaire va consulter une « liste » susceptible d’alimenter le choix de l’usager. Ce procédé s’inscrit dans la logique des Digital Humanities : la présentation d’un service complet, et différent. Les bibliothèques se doivent de suivre le concept du « Screwmeneutical Imperative » i.e, le maximum de ressources proposables/ explorables à/par l’usager. Les bibliothèques sont garantes de cette production, de création de données, contrairement aux projets menés par les Digital Humanities, qui eux, se focalisent sur un seul sujet de recherche. Micah Vandegrif énumère ensuite une série de conseils à suivre par les bibliothécaires, comme par exemple, les nouveaux mode d’investissement personnels et professionnels (utilisation des médias sociaux) dont doivent faire preuve les bibliothécaires. Ceux ci doivent entre autre se tenir au courant des recherches en cours dans le domaine des Humanités Digitales (via Twitter, THTATCamp), les outils utilisés aujourd’hui, etc. L’auteur défend l’idée d’un nouveau modèle de bibliothèque : une bibliothèque hybride, lieu d’innovation, allié au champ des humanités digitales. Ceci ne va pas sans inquiéter les bibliothécaires les plus traditionnels, mais pourrait cependant constituer  l’occasion d’un nouvel enthousiasme pour la profession. Un nouveau statut, celui d' »hybrarians« , des bibliothécaires au profil technologique, découle de l’évolution des pratiques et des usages du numérique par les professionnels. Les humanités digitales entraînent un changement radical sur l’auto-perception des bibliothécaires, ainsi que sur leur manière d’être perçu. Selon l’auteur, les compétences que ces derniers acquièrent dans l’évolution de la profession rejoint l’essence même du profil du bibliothécaire, originellement « curieux, adaptable, et intelligent ».

Focus sur l’auteur : Micah Vandegrif

blog : http://micahvandegrift.wordpress.com/

Micah Vandegrif est un professionnel de l’information. Ses compétences recouvrent plusieurs disciplines : droit, gestion, communication, rédaction. Intéressé par plusieurs champs liés à la technologie : digital humanities, open access, archivisme des sous domaines de la culture,  éducation IS, publication numérique des savoirs académiques), il est également passionné de  musique, et de cinéma. Il est responsable de la communication entre professionnels, des services d’entreprises, du rayonnement de l’accès libre et de l’éducation. Il a commencé sa carrière en tant que bibliothécaire à l’université de Floride. Son intérêt se tourne également vers le domaine des études académiques et de la culture populaire. C’est un des fondateurs et membre du blog  Hack Library School  dédiés aux ressources numériques de la bibliothèque de l’université Floride , fondé par et pour les étudiants. Membre du THATCamp Cuncil, il entretient des liens forts avec la Library Publishing Coalition. Il agit en tant que coordinateur au Comité de COAPI (Coalition of Open Access Policy Institution), et est éditeur pour « In the Library with the Lead Pipe » et pour le « Journal Of Librarianship and Scholarly Communication ».

 

 

Digital Humanities : un nouvel engagement pour les bibliothécaires

Compte rendu  de l’article suivant Rockenbach, Barbara, Digital Humanities in Librairies : New models for scholarly Engagement ,  Journal of Library Administration,vol53, issue 1, 2013 (article introductif au numéro)

Nous entrons dans ce que nous pourrions nommer « le temps des bibliothèques digitales » en référence à l’essai de Mathew Gold « The digital Humanities moment » présent dans l’ouvrage Debates in Digital Humanities. De nombreuses bibliothèques intègrent les humanités digitales dans leurs services. Si l’on devait établir une définition des humanités digitales, elles désigneraient le point nodal entre le champ de la recherche, de la technologie et des bibliothèques.

Les humanités digitales pourraient permettre une redéfinition des rôles des bibliothécaires. A cet égard, ce numéro du Journal of Library Administration comporte plusieurs articles, dont les auteurs viennent d’univers différents (recherche universitaire, recherche privée, bibliothèques publiques). Ceci prouve a quel point les Digital Humanities brassent un large panorama de domaines. Ces articles, commentés par l’auteur projettent au centre du débat, bibliothèques et bibliothécaires, au lieu de les mettre à la marge. Certains aspects doivent donc être pris en compte au regard de ce changement. Tout d’abord, le contexte général entourant les humanités digitales dans les bibliothèques et le soutien des bibliothèques dans ces activités  parait primordial notamment pour mieux appréhender  les ressources humaines et les relations qui en découlent,  au-delà même de la technologie qui se trouve être au cœur du champ des humanités digitales. Mais rien n’est simple du fait de la tension entre la perception traditionnelle de la bibliothèque et les nouveaux utilisateurs de ses services,.Enfin, il apparaît que les humanités digitales sont un champ qui a grandi plus vite que les structures pouvant les accueillir. Le champ des humanités digitales et les bibliothèques partagent la valeur commune d’une création plus approfondie, de l’accessibilité et de la préservation du savoir.

Chris Allen Sula, dans Digital Humanities and Libraries : a conceptual model souligne que la nature changeante de la bibliothèque (par essence, interdisciplinaire et neutre) situe les bibliothécaires en position favorable pour soutenir de nouvelles tendances telles que les humanités digitales. Dans les articles du Journal of Library Administration, tous les auteurs soutiennent l’idée d’une prise de conscience nécessaire concernant l’opportunité que représente le champ des humanités digitales, indépendamment de leurs structures institutionnelles, des personnes recrutées en leur sein, et de leurs ressources. Quant aux chercheurs, ceux-ci doivent changer de comportement en préconisant un travail collaboratif et interdisciplinaire, en utilisant des matériaux numériques performants, de nouveaux outils et de nouvelles méthodes. Les auteurs réaffirment le fait que les compétences des bibliothécaires sont le terreau des projets en humanités digitales.

Mettre en place des études afin de cibler les services à améliorer en bibliothèques, l’élargissement des compétences du métier (les outils des chercheurs devenant ceux des bibliothécaires), les formations, ou encore les tuteurs pour les assurer, sont autant de sujets à considérer pour intégrer et adapter le mouvement aux modèles existants. Il semblerait pourtant, selon les exemples des Universités du Nebraska et du Maryland, que les bibliothécaires soient attachés à leurs compétences « soft » faisant d’eux de simples partisans, « partenaires »  ou « consultants » des humanités digitales, au lieu d’en être de véritables acteurs. Comment adapter alors les professions des bibliothèques au champ des humanités digitales ?

La relation « chercheur-bibliothécaire » est elle même en train de changer, puisque jusqu’à maintenant, ce dernier servait littéralement la cause du chercheur, en tant que collaborateur ou partenaire. La tendance revient parfois à affirmer qu’une trop forte présence du bibliothécaire pourrait détourner le chercheur de son but premier, comme l’énonce par exemple Bethany Nowviskie. La question à été débattue à l’occasion de la Conférence de la Fédération des Bibliothèques Numériques, en 2012.  Mais les humanités digitales ont non seulement besoin de de soutiens, mais aussi des collaborateurs que sont les bibliothécaires, amenés de plus en plus à « faire », à « construire » les humanités digitales plus qu’a les soutenir de manière superficielle. Ces résolutions rencontrent certains obstacles : formations et engagement institutionnel insuffisant, manque de temps,  infrastructures inflexibles… L’encouragement pour les projets dans les humanités digitales reste trop faible. L’heure est donc à une redéfinition du rôle des bibliothèques, en acceptant le fait que les structures et les perceptions traditionnelles doivent impérativement simplement changer.

Il est primordial qu’elles deviennent le centre d’une réflexion sur la redéfinition de ses services, de ses ressources humaines et techniques.

Focus sur l’auteur :

Barbara Rockenbach — @Wilderbach

Directrice du « Humanities and History Libraries » à l’Université de Colombia, elle dirige également un groupe expérimenté et entièrement dédié a l’exploration des chemins novateurs pour soutenir les poursuites d’études des étudiants et des universités, en élaborant des services inspirés de la recherche dans tous les domaines des humanités. Elle dirige le développement du Digital Humanities Center et occupe plusieurs rôles a l’Université de Yale, dont directeur de l’Undergraduate and Library Research Education, bibliothécaire aux services pédagogiques de la Bibliothèque des Arts.

 

 

How we think, Katherine Hayle dans la « technogenèse » contemporaine

Katherine Hayles fait partie de ses intellectuelles américaines qu’on retrouve régulièrement dans les travaux et débats autour des humanités numériques, de la littérature électronique, de la translittérie et de la littérature électronique. Impossible donc d’en faire l’impasse.

Son ouvrage, How we think, digital media and contemporary genesis, entreprend donc la tâche de décrire une métamorphose à l’œuvre avec les nouveaux médias numériques. Le titre est évidemment le même que celui de John Dewey mais avec une vision davantage contemporaine. Impossible aussi de ne pas songer à l’article de Vannevar Bush, as we may think qui entrevoyait déjà les potentialités de la lecture augmentée par des mécanismes hypertextuels. Les filiations sont nombreuses notamment au niveau de l’étude des médias. Katherine Hayles pose dès le premier chapitre l’importance des médias dans la constitution de la pensée. Mais l’objectif est de penser le changement que cela opère particulièrement pour les sciences humaines et sociales.

Face à ce « memex » numérique qui fait partie du quotidien du chercheur, katherine Hayles fait référence évidemment aux fameux texte de Nicholas Carr, the shallows, souvent critiqué mais qui est en fait une excellente réflexion sur les transformations et les pertes d’attentions et de capacité de lecture profonde qu’entraine la pratique assidue du web. Katherine Hayle rappelle que nos possibilités de lecture ne sont pas illimitées, ce qui ne peut que nous interroger dans notre production sans cesse grandissante d’articles. En effet, une grande partie des articles publiés en sciences humaines et sociales ne sont pas cités une seule fois. Leur fonction semble davantage orientée dans une logique de carrière plutôt que dans une réelle stratégie de communication scientifique.

De plus, les potentialités du numérique obligent et encouragent à de nouvelles logiques de création et de productions. Mais ce que note Hayles, c’est que cette logique oblige rapidement à la reconnaissance de ses propres limites; ce qui  en appelle nécessairement à un besoin de collaboration. Katherine Hayles ne se contente pas de sa propre expérience pour décrire ces mutations mais s’appuie sur des rencontres et entretiens avec des chercheurs (dont Alan Liu, Tara McPherson ou bien encore Jeffrey Schnapp) qui ont amorcé le même raisonnement et qui ont entrepris des projets collaboratifs.

Et une de leurs conclusions est la suivante :

« They clearly understand that digital techologies, in broad view, imply transformation not only of the humanities but of the entire educational system. They are also keenly aware of difficulties to be negotiated within the humanities as traditionaly print-based disciplines fracture into diverse contingents, with some scholar still firmly within the regime of print while others are racing into the digital domain. » (p.5)

Plusieurs difficultés sont mentionnées mais Hayles note que même chez les chercheurs demeurés orientés sur une logique de l’imprimé, la culture numérique s’est immiscée dans leurs pratiques car ils utilisent des outils numériques et distillent des fichiers et des articles sous cette forme. Cette technogenèse est en marche sous la forme d’un effet Baldwin (du nom du biologiste James Mark Baldwin qui avait démontré qu’un effet génétique peut s’accroitre lorsque les espèces modifient leur environnement pour faciliter davantage la mutation). On sent ici nettement les dialogues féconds entre Hayles et Alan Liu. Ce dernier décrit souvent les digital humanities comme un alien.

Intéressante aussi est la manière (la définition) que nous donne Hayles des digital humanities :

« Digital humanities are not a monolithic field but rather a collection of dynamic evolving practices, with internal disputes, an emerging set of theoretical concerns interwoven with diverse practices, and contextual solutions to specific institutional configurations. »(p.10)

Hayles considère que le numérique entraîne des bouleversements de type neurogénétique notamment chez les plus jeunes. Mais ce sont surtout les aspects autour de l’accroissement des besoins en littératie qui sont soulignés par l’auteur. Elle déplore aussi qu’il demeure toujours une césure entre les compétences acquises dans la sphère domestique et le peu de réinvestissements possibles parfois dans la sphère académique et vice-versa. Cet enjeu intéresse particulièrement le projet Humanlit. Les formes « d’enclosures literaciques » méritent d’être étudiées de façon plus précises car c’est bien l’enjeu de la transmission qui est interrogée. Il nous semble aussi que les humanités numériques auront à s’interroger sur les compétences qu’elles nécessitent et comment parvenir à produire des formes accessibles, mais aussi intéresser un public plus large que celui des seuls chercheurs.

Difficile de résumer un tel ouvrage, si ce n’est que la partie sur les transformations neurologiques nous a  moins intéressé, bien qu’il faille apprécier l’effort de la chercheuse de réaliser ici un effort de vulgarisation et une tentative de prendre en compte des transformations à l’œuvre pour mieux en appréhender les conséquences actuelles et futures sur le monde de la recherche et de l’enseignement. On a parfois l’impression d’assister à la genèse d’un nouvel individu enseignant-chercheur. Il faut dire que Simondon mais aussi Bernard Stiegler sont régulièrement cités tout comme Bruno Latour parmi les chercheurs français.

L’ouvrage répond et met en scène un grand nombre de débats autour des humanités numériques. On y retrouve aussi un ton positif et enjoué dans la mesure où katherine Hayles semble avoir déjà bien vécu cette évolution. Incontestablement, l’ouvrage incite les sciences sociales et humaines à se saisir de nouvelles opportunités et à ne pas dénigrer des mutations qui peuvent apparaitre parfois inquiétantes notamment la question des attentions partagées voire dégradées. Nous ne sommes peut-être qu’au début d’une métamorphose.

Humanlit. Invitation séminaire à Québec

Retour sur mon intervention à Québec dans le séminaire des étudiants et doctorants de Milad Doueihi, titulaire de la chaire en culture numérique de l’Université Laval.
Beaucoup d’échanges intéressants à cette occasion.

Je mets à disposition le support de mon intervention qui reprend un trame qui accompagne le projet Humanlit depuis sa genèse.