L’évolution de l’article scientifique : vers le modèle de l’API parmi les biens communs de la science

Le projet Humanlit cherche à montrer les compétences nouvelles à développer pour les chercheurs notamment dans les projets en humanités numériques. Mais il est impossible de réaliser ce travail sans s’interroger sur l’évolution des pratiques et des méthodes de production scientifique.
On le sait déjà, mais l’article dans sa forme classique a vécu. Il est dorénavant insuffisant et suit des logiques anciennes qui sont celles du circuit du livre ou des revues. L’article papier est donc à des kilomètres des perspectives offertes par le numérique. Mais les productions numériques sont donc encore loin des exigences qu’on pourrait espérer à l’avenir.
Olivier Ertzscheid avait tracé la perspective de l’API ouverte :

Et puis littéralement, l’article du futur sera une API. Une interface de programmation (voir le remarquable article d’InternetActu), rendant différentes applications possibles. Un vrai boulot d’éditeur que de réfléchir à ce que seront ces API. Que l’on regarde ce qui se passe du côté du livre numérique. L’édition savante va devoir faire rapidement la preuve de son érudition informatique et logicielle. A moins qu’elle ne préfère réinventer la roue ou l’article d’hier en l’appelant celui de demain.

C’est en effet une des pistes les plus séduisantes. Il reste à s’interroger sur les compétences requises pour les chercheurs notamment au niveau de la capacité en culture numérique pour s’inscrire dans cette nouvelle logique éditoriale qui requiert une connaissance ou tout moins une compréhension des codes et des langages de publication web. Il faudra sans doute encore faire évoluer les outils comme revues.org et les interfacer avec d’autres projets de conservation et de description de données. L’avenir est donc à l’interface de revues.org, d’archivesic, d’hypothèses, d’Isidore… et d’un futur réseau social de la recherche !

Je crois qu’il s’agit aussi d’en profiter pour repositionner le successeur de l’article autour de plusieurs axes autour d’une hiérarchie des actions visées (scientifiques, sociales et pédagogiques). Il est impensable que les humanités numériques ne saisissent pas l’opportunité non pas de seulement de penser ou de comprendre le monde, mais bien de le faire changer…
Autre point, la production scientifique qui ne cesse de croître doit désormais clairement se positionner dans une lignée qui est celle de l’héritage documentaire pour s’inscrire dans un espace de biens communs des savoirs et de la science. Plus simplement, il s’agit d’imaginer :

  • Une science ouverte pour les pairs
  • Une science ouverte sur le monde
  • Une science ouverte pour la transmission

Voici le schéma en cours de réalisation et qui évoluera en fonction de vos remarques sur cette hybride en train de naître, « l’article scientifique transmedia ».

Article transmedia. Humanlit. 2012. v.1 Licence CC by nc

On s’aperçoit que sur le schéma que j’ai réalisé, il y a beaucoup de travail encore à faire pour parvenir à un tel objectif car il s’agit surtout de permettre une diversité de lectures = autant humaines que par les machines. Il s’agit aussi autant de permettre la lecture attentive que des lectures sociales et plus spécifiques.
Cela suppose autant un nouveau design éditorial, qu’une nouvelle économie et la nécessité de former de nouvelles expertises. De là à dire qu’il faut des HUMANLIT LABS, il n’y a qu’un pas.
J’en appelle d’ailleurs à vos commentaires pour l’améliorer.

La double transformation : une formation trans(versale) et une transformation en marche

Le projet humanlit est parti d’une hypothèse : celle que les humanités numériques constituent une double transformation, ou une transformation à deux visages voire en deux temps.

La première transformation est clairement celui d’une trans-formation en tant que formation interdisciplinaire et vraisemblablement d’ailleurs transdisciplinaire (voir billet précédent). Il reste à savoir à quel niveau placer désormais des modules de formation afin de développer des compétences pour la mise en place de projets en humanités numériques dans les universités. Une propédeutique doctorale apparaît un minimum, le niveau master pouvant présenter également des atouts.

Mais ce n’est sans doute pas suffisant tant les humanités numériques apparaissent comme une transformation non seulement de la recherche, mais également de la pédagogie mais aussi des universités dans leur ensemble.

trans-formations
Les transformations impactées par les humanités numériques

C’est donc bien plus tôt qu’il faut envisager la formation. On abordera dans d’autres billets et au travers d’expérimentations de nouvelles pistes à ce sujet à des échelons bien plus larges. Mais dans un premier temps, il parait plus qu’urgent d’opérer ce basculement pédagogique de façon bien plus précoce dans le cursus notamment pour développer de nouvelles littératies, c’est-à-dire aussi de nouvelles façons de lire et d’analyser des corpus.

La lecture analytique (close reading) mérite d’être associée plus étroitement à d’autres modes comme des lectures transcorpus et transmedia (hyperreading). Katherine Hayles évoque la nécessité de développer et de former également à ce nouveau type de lecture. On peut ainsi imaginer des comparaisons sur des usages d’un même mot ou d’un même concept au travers des écrits de plusieurs auteurs en littérature comparative. On peut également encourager les étudiants à produire de nouvelles formes de données ré-exploitables et valorisables. Pourquoi se contenter en effet des traditionnels exposés oraux alors qu’il pourrait être intéressant d’exiger pour chaque travail un rendu numérique de l’exposé sous forme de bases de données, d’infographies, de documents à valeur pédagogique, etc.

Il y a tout une philosophie de l’enseignement et de la recherche à modifier. Cela aurait le mérite d’élargir la somme des compétences à transmettre et à acquérir, mais aussi de s’inscrire bien plus tôt dans des démarches collaboratives et d’intelligence collective. C’est aussi le moyen de placer cette production de données, d’images, de textes et de documents enrichis dans une perspective type open data ou sous l’égide de biens communs de la connaissance.

On a souvent évoqué régulièrement l’opportunité d’utiliser wikipédia dans ce cadre. En effet, des projets de productions type exposé mériteraient d’avoir leur version « wikipédiatisée ». Trop souvent c’est l’inverse, les étudiants utilisent wikipédia. Ils seraient bons qu’ils soient incités à enrichir le projet de leur côté.

Cette transformation portée par les humanités numériques ne s’arrêtera donc pas au niveau de la recherche. Pour reprendre la métaphore d’Alan Liu, l’alien est en place et il continuera à se développer en modifiant l’ensemble de son écosystème. Dans son ADN, il apparaît clairement qu’une des premières  étapes est celle de la réconciliation entre numératie et littératie.

De toute manière, ces transformations sont aussi les lieux de reformation qui vont impacter beaucoup d’autres domaines.

On en reparlera ici.

Références :

Hayles, N. K. (2012). How We Think: Digital Media and Contemporary Technogenesis. University of Chicago Press.
 Hayles, N.K. (2007, November 26). Hyper and Deep Attention: The Generational Divide in Cognitive Modes. research-article. Retrieved March 28, 2009, from http://www.mlajournals.org/doi/abs/10.1632/prof.2007.2007.1.187?journalCode=prof

Liu A., 2009, “Digital Humanities and Academic Change” “English Language Notes”, 47, (Spring-Summer 2009), Spring-Summer 2009, 17-35.

 

Pour citer ce billet : Le Deuff, Olivier « La double transformation : une formation trans(versale) et une transformation en marche », Humanlit, 5 décembre 2012. [En ligne] http://humanlit.hypotheses.org/21