How we think, Katherine Hayle dans la « technogenèse » contemporaine

Katherine Hayles fait partie de ses intellectuelles américaines qu’on retrouve régulièrement dans les travaux et débats autour des humanités numériques, de la littérature électronique, de la translittérie et de la littérature électronique. Impossible donc d’en faire l’impasse.

Son ouvrage, How we think, digital media and contemporary genesis, entreprend donc la tâche de décrire une métamorphose à l’œuvre avec les nouveaux médias numériques. Le titre est évidemment le même que celui de John Dewey mais avec une vision davantage contemporaine. Impossible aussi de ne pas songer à l’article de Vannevar Bush, as we may think qui entrevoyait déjà les potentialités de la lecture augmentée par des mécanismes hypertextuels. Les filiations sont nombreuses notamment au niveau de l’étude des médias. Katherine Hayles pose dès le premier chapitre l’importance des médias dans la constitution de la pensée. Mais l’objectif est de penser le changement que cela opère particulièrement pour les sciences humaines et sociales.

Face à ce « memex » numérique qui fait partie du quotidien du chercheur, katherine Hayles fait référence évidemment aux fameux texte de Nicholas Carr, the shallows, souvent critiqué mais qui est en fait une excellente réflexion sur les transformations et les pertes d’attentions et de capacité de lecture profonde qu’entraine la pratique assidue du web. Katherine Hayle rappelle que nos possibilités de lecture ne sont pas illimitées, ce qui ne peut que nous interroger dans notre production sans cesse grandissante d’articles. En effet, une grande partie des articles publiés en sciences humaines et sociales ne sont pas cités une seule fois. Leur fonction semble davantage orientée dans une logique de carrière plutôt que dans une réelle stratégie de communication scientifique.

De plus, les potentialités du numérique obligent et encouragent à de nouvelles logiques de création et de productions. Mais ce que note Hayles, c’est que cette logique oblige rapidement à la reconnaissance de ses propres limites; ce qui  en appelle nécessairement à un besoin de collaboration. Katherine Hayles ne se contente pas de sa propre expérience pour décrire ces mutations mais s’appuie sur des rencontres et entretiens avec des chercheurs (dont Alan Liu, Tara McPherson ou bien encore Jeffrey Schnapp) qui ont amorcé le même raisonnement et qui ont entrepris des projets collaboratifs.

Et une de leurs conclusions est la suivante :

« They clearly understand that digital techologies, in broad view, imply transformation not only of the humanities but of the entire educational system. They are also keenly aware of difficulties to be negotiated within the humanities as traditionaly print-based disciplines fracture into diverse contingents, with some scholar still firmly within the regime of print while others are racing into the digital domain. » (p.5)

Plusieurs difficultés sont mentionnées mais Hayles note que même chez les chercheurs demeurés orientés sur une logique de l’imprimé, la culture numérique s’est immiscée dans leurs pratiques car ils utilisent des outils numériques et distillent des fichiers et des articles sous cette forme. Cette technogenèse est en marche sous la forme d’un effet Baldwin (du nom du biologiste James Mark Baldwin qui avait démontré qu’un effet génétique peut s’accroitre lorsque les espèces modifient leur environnement pour faciliter davantage la mutation). On sent ici nettement les dialogues féconds entre Hayles et Alan Liu. Ce dernier décrit souvent les digital humanities comme un alien.

Intéressante aussi est la manière (la définition) que nous donne Hayles des digital humanities :

« Digital humanities are not a monolithic field but rather a collection of dynamic evolving practices, with internal disputes, an emerging set of theoretical concerns interwoven with diverse practices, and contextual solutions to specific institutional configurations. »(p.10)

Hayles considère que le numérique entraîne des bouleversements de type neurogénétique notamment chez les plus jeunes. Mais ce sont surtout les aspects autour de l’accroissement des besoins en littératie qui sont soulignés par l’auteur. Elle déplore aussi qu’il demeure toujours une césure entre les compétences acquises dans la sphère domestique et le peu de réinvestissements possibles parfois dans la sphère académique et vice-versa. Cet enjeu intéresse particulièrement le projet Humanlit. Les formes « d’enclosures literaciques » méritent d’être étudiées de façon plus précises car c’est bien l’enjeu de la transmission qui est interrogée. Il nous semble aussi que les humanités numériques auront à s’interroger sur les compétences qu’elles nécessitent et comment parvenir à produire des formes accessibles, mais aussi intéresser un public plus large que celui des seuls chercheurs.

Difficile de résumer un tel ouvrage, si ce n’est que la partie sur les transformations neurologiques nous a  moins intéressé, bien qu’il faille apprécier l’effort de la chercheuse de réaliser ici un effort de vulgarisation et une tentative de prendre en compte des transformations à l’œuvre pour mieux en appréhender les conséquences actuelles et futures sur le monde de la recherche et de l’enseignement. On a parfois l’impression d’assister à la genèse d’un nouvel individu enseignant-chercheur. Il faut dire que Simondon mais aussi Bernard Stiegler sont régulièrement cités tout comme Bruno Latour parmi les chercheurs français.

L’ouvrage répond et met en scène un grand nombre de débats autour des humanités numériques. On y retrouve aussi un ton positif et enjoué dans la mesure où katherine Hayles semble avoir déjà bien vécu cette évolution. Incontestablement, l’ouvrage incite les sciences sociales et humaines à se saisir de nouvelles opportunités et à ne pas dénigrer des mutations qui peuvent apparaitre parfois inquiétantes notamment la question des attentions partagées voire dégradées. Nous ne sommes peut-être qu’au début d’une métamorphose.