Transmedia,translittératie et transdiscipline

Avec beaucoup de retard, je mets en ligne le support de mon intervention à Lausanne dont voici le résumé :

Transmedia et translittératie : quelles compétences pour de nouvelles productions « délivrées » ?

Notre proposition s’appuie sur plusieurs projets menés actuellement. Le premier cherche à distinguer les compétences et les littératies mobilisées par les chercheurs dans les projets en humanités  digitales. A cet effet, nous présentons  quelques résultats d’une enquête menée en mai et juin 2013 et nous expliquerons une cartographie des littératies mobilisées. Notre intervention vise à montrer en quoi ses nouvelles compétences notamment informationnelles et numériques s’exercent sur une variété de médias et de supports (la translittératie) et qu’elles impliquent une évolution de la production scientifique et des formes de communication. La production transmedia de nouvelles formes scientifiques nous mobilise au sein d’un nouveau projet qui vise à étudier et à imaginer les nouvelles potentialités de communication scientifique.

En effet, l’article dans sa forme traditionnelle issue du papier évolue dans son passage au numérique mais la marque de cette « délivrance » tarde à se faire sentir pleinement. Tandis que des formes issues de l’édition papier au travers de format pdf sont encore dominantes, de nouvelles potentialités voient le jour au travers de dispositifs comme ceux de revues.org.

Notre proposition cherche donc à étudier et analyser toutes les potentialités numériques de la publication à travers l’examen du concept de transmedia (Jenkins, 2006). Le transmedia consiste en l’enrichissement et en la diffusion d’une narration en la déployant sur plusieurs plateformes médiatiques. Dans un contexte où les humanités numériques interrogent nos modes de production scientifique, il convient de saisir les enjeux d’une nécessaire évolution de l’article scientifique vers des formes numériques plus évoluées et notamment augmentées par d’autres écritures, notamment audiovisuelles. Cela implique nécessairement le développement de nouvelles compétences et nouvelles littératies, notamment la translittératie qui désigne , « l’habileté à lire, écrire et interagir par le biais d’une variété de plateformes(…) » (Thomas, 2006).

Une des hypothèses serait la possible évolution de l’article scientifique vers une forme d’API (Application Programm Interface) qui agrégerait différents types de données et offrirait un cadre de diffusion de la connaissance élargie au travers notamment des vidéos, des images, de la visualisation et des graphes interactifs. L’article scientifique ne profite pas pleinement des possibilités d’une convergence numérique. Pourtant, comment exprimer toutes les facettes d’une recherche qui utilisent de plus en plus des moyens et des médias numériques ?

Jenkins Henry (2006) Convergence Culture. Where old and new media collide, New York University Press.

Le Deuff, Olivier (2012) Humanisme numérique et littératies, Semen n° 34p.117-134.

Thomas, Sue et al. «Transliteracy: Crossing divides. » First Monday, Volume 12 Number 12 – 3 December 2007, disp. Sur :<http://firstmonday.org/htbin/cgiwrap/bin/ojs/index.php/fm/article/viewArticle/2060/1908>

 

Le support.