Ateliers « Humanités Digitales », première séance le 12 décembre

J’ai le plaisir d’animer avec Franck Cormerais des ateliers sur les humanités digitales à l’université Bordeaux 3, qu’il convient désormais d’appeler Université Bordeaux Montaigne. Plusieurs séances vont ainsi s’étalonner autour de présentations, travaux sur textes et discussions. Vous êtes évidemment les bienvenus. Ces ateliers font partie de l’offre de formation de l’école doctorale de l’Université de  Bordeaux Montaigne.

La première séance introductive tentera de poser les jalons définitionnels autour des humanités digitales ou/ et numériques.

Dans la lignée des travaux précédents et notamment des journées d’études sur les humanités digitales, nous avons gardé la formule d’accoler le digital aux humanités. On procédera donc aussi par petites doses dans la logique du pharmakon pour que le digital soit curatif.

Il s’agit également de toucher du doigt et de désigner ce qu’il convient de comprendre autour de ces enjeux. C’est pourquoi la formule est celle d’ateliers dans la mesure où les participants sont amenés aussi à pouvoir participer aux discussions. Un corpus de documents…imprimés sera distribué pour faciliter la prise en main, mais aussi de fait l’entrée dans des domaines parfois peu connus ou totalement nouveaux. L’atelier se veut en cela autant une initiation qu’une démystification, comme une main tendue qu’il convient de saisir.

Au menu de la première séance, on s’attachera inévitablement à décortiquer les enjeux portés par le manifeste des Digital Humanities , dont on rappellera à dessein le contexte « thatcamp ». Les participants découvriront en avant-première un extrait de chapitre d’un ouvrage sur les humanités digitales qui va sortir en 2014. Un extrait de Pour un Humanisme numérique sera également dégusté.

Autant que possible, on essaiera d’assurer un livetweet et surtout une captation audio en mode débrouillardise sera effectuée.  Quelque part,  on essaiera d’insuffler l’esprit thatcamp porté par la vague malouine du dernier Thatcamp chez Michel de Montaigne. Le hashtag sera #abhd (pour ateliers bordeaux humanités digitales)

L’intitulé exact de la séance :

·        « Introduction aux humanités digitales  et à la culture numérique »

 

Objectif : Approcher des Humanités Digitales en relation avec les  « cultures numériques » et les sciences  humaines et sociales. Définir les HD dans une  acception large et une acception restreinte. Territorialiser les émergences et l’évolution des mots  « humanités » et  «  culture ».  Deux approches complémentaires  des HD seront  ainsi abordées : le  point de vue  internaliste  et le  point  de  vue externaliste pour  apprécier les modifications  des sciences des SHS.

 Lieu des réjouissances :

Université Bordeaux Montaigne. Pessac. (ex Bordeaux 3)

Tram B. (arrêt Montaigne)

Salle E202 à 17H, le jeudi 12 décembre

Transmedia,translittératie et transdiscipline

Avec beaucoup de retard, je mets en ligne le support de mon intervention à Lausanne dont voici le résumé :

Transmedia et translittératie : quelles compétences pour de nouvelles productions « délivrées » ?

Notre proposition s’appuie sur plusieurs projets menés actuellement. Le premier cherche à distinguer les compétences et les littératies mobilisées par les chercheurs dans les projets en humanités  digitales. A cet effet, nous présentons  quelques résultats d’une enquête menée en mai et juin 2013 et nous expliquerons une cartographie des littératies mobilisées. Notre intervention vise à montrer en quoi ses nouvelles compétences notamment informationnelles et numériques s’exercent sur une variété de médias et de supports (la translittératie) et qu’elles impliquent une évolution de la production scientifique et des formes de communication. La production transmedia de nouvelles formes scientifiques nous mobilise au sein d’un nouveau projet qui vise à étudier et à imaginer les nouvelles potentialités de communication scientifique.

En effet, l’article dans sa forme traditionnelle issue du papier évolue dans son passage au numérique mais la marque de cette « délivrance » tarde à se faire sentir pleinement. Tandis que des formes issues de l’édition papier au travers de format pdf sont encore dominantes, de nouvelles potentialités voient le jour au travers de dispositifs comme ceux de revues.org.

Notre proposition cherche donc à étudier et analyser toutes les potentialités numériques de la publication à travers l’examen du concept de transmedia (Jenkins, 2006). Le transmedia consiste en l’enrichissement et en la diffusion d’une narration en la déployant sur plusieurs plateformes médiatiques. Dans un contexte où les humanités numériques interrogent nos modes de production scientifique, il convient de saisir les enjeux d’une nécessaire évolution de l’article scientifique vers des formes numériques plus évoluées et notamment augmentées par d’autres écritures, notamment audiovisuelles. Cela implique nécessairement le développement de nouvelles compétences et nouvelles littératies, notamment la translittératie qui désigne , « l’habileté à lire, écrire et interagir par le biais d’une variété de plateformes(…) » (Thomas, 2006).

Une des hypothèses serait la possible évolution de l’article scientifique vers une forme d’API (Application Programm Interface) qui agrégerait différents types de données et offrirait un cadre de diffusion de la connaissance élargie au travers notamment des vidéos, des images, de la visualisation et des graphes interactifs. L’article scientifique ne profite pas pleinement des possibilités d’une convergence numérique. Pourtant, comment exprimer toutes les facettes d’une recherche qui utilisent de plus en plus des moyens et des médias numériques ?

Jenkins Henry (2006) Convergence Culture. Where old and new media collide, New York University Press.

Le Deuff, Olivier (2012) Humanisme numérique et littératies, Semen n° 34p.117-134.

Thomas, Sue et al. «Transliteracy: Crossing divides. » First Monday, Volume 12 Number 12 – 3 December 2007, disp. Sur :<http://firstmonday.org/htbin/cgiwrap/bin/ojs/index.php/fm/article/viewArticle/2060/1908>

 

Le support.

Enquête : on prolonge. Survey on DH and literacies

Vous avez encore jusqu’à septembre pour répondre à l’enquête sur les DH et les littératies… faites circuler l’information

Le questionnaire dans sa version française :

http://www.megatopie.info/limesurvey/index.php/998655/lang-fr

Et dans sa version anglaise :

http://www.megatopie.info/limesurvey/index.php/998655/lang-en

Survey about digital humanities and literacies

Following the results of the survey « Who are you digital humanists ? », it’s time to announce that our survey is online now. The survey is conducted in the context of the research project Humanlit (Digital Humanities and Literacies) funded by the ISCC.

You have one month to answer. The survey will be closed at 3rd of July.

Our goal is to examine the literacies and the skills needed in digital humanities project.

The results will be published on license CC0.

This survey is for scholars. Another survey is planned for librarians.

The survey in English version :

http://www.megatopie.info/limesurvey/index.php/998655/lang-en

And in French :


http://www.megatopie.info/limesurvey/index.php/998655/lang-fr


 

Enquête sur les DH

Après les premiers résultats de l’enquête menée notamment par Marin Dacos sur « Qui sont les Digital Humanists ?», il est temps pour nous dans le cadre du projet Humanlit d’enchainer sur notre enquête sur les compétences et littératies nécessaires ou en émergence chez les chercheurs impliqués dans les DH. Il s’agit de mieux percevoir les changements et transformations en cours, les besoins en matière de formation qui émergent et les tendances qui semblent se dégager dans les pratiques des chercheurs.

Vous avez un mois pour répondre. L’enquête se termine début juillet. Elle ne concerne que les chercheurs ou personnes qui effectuent des activités de recherche. Une autre enquête sera réalisée en ce qui concerne les bibliothécaires et sans doute plus tard les enseignants et les questions pédagogiques. Les résultats seront disponibles sous licence CC0. Les données seront également largement réutilisables par d’autres chercheurs et projets.

Le questionnaire dans sa version française :

http://www.megatopie.info/limesurvey/index.php/998655/lang-fr

Et dans sa version anglaise :

http://www.megatopie.info/limesurvey/index.php/998655/lang-en

 

How we think, Katherine Hayle dans la « technogenèse » contemporaine

Katherine Hayles fait partie de ses intellectuelles américaines qu’on retrouve régulièrement dans les travaux et débats autour des humanités numériques, de la littérature électronique, de la translittérie et de la littérature électronique. Impossible donc d’en faire l’impasse.

Son ouvrage, How we think, digital media and contemporary genesis, entreprend donc la tâche de décrire une métamorphose à l’œuvre avec les nouveaux médias numériques. Le titre est évidemment le même que celui de John Dewey mais avec une vision davantage contemporaine. Impossible aussi de ne pas songer à l’article de Vannevar Bush, as we may think qui entrevoyait déjà les potentialités de la lecture augmentée par des mécanismes hypertextuels. Les filiations sont nombreuses notamment au niveau de l’étude des médias. Katherine Hayles pose dès le premier chapitre l’importance des médias dans la constitution de la pensée. Mais l’objectif est de penser le changement que cela opère particulièrement pour les sciences humaines et sociales.

Face à ce « memex » numérique qui fait partie du quotidien du chercheur, katherine Hayles fait référence évidemment aux fameux texte de Nicholas Carr, the shallows, souvent critiqué mais qui est en fait une excellente réflexion sur les transformations et les pertes d’attentions et de capacité de lecture profonde qu’entraine la pratique assidue du web. Katherine Hayle rappelle que nos possibilités de lecture ne sont pas illimitées, ce qui ne peut que nous interroger dans notre production sans cesse grandissante d’articles. En effet, une grande partie des articles publiés en sciences humaines et sociales ne sont pas cités une seule fois. Leur fonction semble davantage orientée dans une logique de carrière plutôt que dans une réelle stratégie de communication scientifique.

De plus, les potentialités du numérique obligent et encouragent à de nouvelles logiques de création et de productions. Mais ce que note Hayles, c’est que cette logique oblige rapidement à la reconnaissance de ses propres limites; ce qui  en appelle nécessairement à un besoin de collaboration. Katherine Hayles ne se contente pas de sa propre expérience pour décrire ces mutations mais s’appuie sur des rencontres et entretiens avec des chercheurs (dont Alan Liu, Tara McPherson ou bien encore Jeffrey Schnapp) qui ont amorcé le même raisonnement et qui ont entrepris des projets collaboratifs.

Et une de leurs conclusions est la suivante :

« They clearly understand that digital techologies, in broad view, imply transformation not only of the humanities but of the entire educational system. They are also keenly aware of difficulties to be negotiated within the humanities as traditionaly print-based disciplines fracture into diverse contingents, with some scholar still firmly within the regime of print while others are racing into the digital domain. » (p.5)

Plusieurs difficultés sont mentionnées mais Hayles note que même chez les chercheurs demeurés orientés sur une logique de l’imprimé, la culture numérique s’est immiscée dans leurs pratiques car ils utilisent des outils numériques et distillent des fichiers et des articles sous cette forme. Cette technogenèse est en marche sous la forme d’un effet Baldwin (du nom du biologiste James Mark Baldwin qui avait démontré qu’un effet génétique peut s’accroitre lorsque les espèces modifient leur environnement pour faciliter davantage la mutation). On sent ici nettement les dialogues féconds entre Hayles et Alan Liu. Ce dernier décrit souvent les digital humanities comme un alien.

Intéressante aussi est la manière (la définition) que nous donne Hayles des digital humanities :

« Digital humanities are not a monolithic field but rather a collection of dynamic evolving practices, with internal disputes, an emerging set of theoretical concerns interwoven with diverse practices, and contextual solutions to specific institutional configurations. »(p.10)

Hayles considère que le numérique entraîne des bouleversements de type neurogénétique notamment chez les plus jeunes. Mais ce sont surtout les aspects autour de l’accroissement des besoins en littératie qui sont soulignés par l’auteur. Elle déplore aussi qu’il demeure toujours une césure entre les compétences acquises dans la sphère domestique et le peu de réinvestissements possibles parfois dans la sphère académique et vice-versa. Cet enjeu intéresse particulièrement le projet Humanlit. Les formes « d’enclosures literaciques » méritent d’être étudiées de façon plus précises car c’est bien l’enjeu de la transmission qui est interrogée. Il nous semble aussi que les humanités numériques auront à s’interroger sur les compétences qu’elles nécessitent et comment parvenir à produire des formes accessibles, mais aussi intéresser un public plus large que celui des seuls chercheurs.

Difficile de résumer un tel ouvrage, si ce n’est que la partie sur les transformations neurologiques nous a  moins intéressé, bien qu’il faille apprécier l’effort de la chercheuse de réaliser ici un effort de vulgarisation et une tentative de prendre en compte des transformations à l’œuvre pour mieux en appréhender les conséquences actuelles et futures sur le monde de la recherche et de l’enseignement. On a parfois l’impression d’assister à la genèse d’un nouvel individu enseignant-chercheur. Il faut dire que Simondon mais aussi Bernard Stiegler sont régulièrement cités tout comme Bruno Latour parmi les chercheurs français.

L’ouvrage répond et met en scène un grand nombre de débats autour des humanités numériques. On y retrouve aussi un ton positif et enjoué dans la mesure où katherine Hayles semble avoir déjà bien vécu cette évolution. Incontestablement, l’ouvrage incite les sciences sociales et humaines à se saisir de nouvelles opportunités et à ne pas dénigrer des mutations qui peuvent apparaitre parfois inquiétantes notamment la question des attentions partagées voire dégradées. Nous ne sommes peut-être qu’au début d’une métamorphose.

Humanlit. Invitation séminaire à Québec

Retour sur mon intervention à Québec dans le séminaire des étudiants et doctorants de Milad Doueihi, titulaire de la chaire en culture numérique de l’Université Laval.
Beaucoup d’échanges intéressants à cette occasion.

Je mets à disposition le support de mon intervention qui reprend un trame qui accompagne le projet Humanlit depuis sa genèse.

Humanlit aux journées des humanités digitales de Bordeaux : Jean-Christophe Plantin et Nicolas Thély

Les troisièmes journées des humanités digitales de Bordeaux se sont déroulées les 3 et 4 avril 2013. En attendant, les vidéos de cet événement, nous mettons en ligne deux courtes interviews de deux protagonistes sur des questions qui nous intéressent particulièrement dans le projet Humanlit : les problèmes définitionnels et les questions des compétences.

Nous avons interrogé tout d’abord, Jean Christophe Plantin, docteur en sciences de l’information et de la communication et auteur du carnet de recherche cartonomics

Puis nous avons interrogé, Nicolas Thély, professeur à l’université de Rennes 2 en n art, esthétique et humanités numériques.

On retrouvera aussi ces deux intervenants dans un ouvrage à paraître en fin d’année sur la question des humanités digitales.

J’en profite pour lancer un appel à tous ceux qui voudraient se faire interviewer dans ce cadre en live ou par skype.

Journées d’études « Des images pour les humanités digitales » à Bordeaux les 3 et 4 avril #JHD13

Nous avons le plaisir de vous convier aux troisièmes journées d’études des humanités digitales de Bordeaux dont la thématique 2013 sera « des images pour les humanités digitales ». L’équipe du projet Humanlit fait partie du comité d’organisation de ces journées d’études.

Par conséquent, nous mettrons en ligne à l’occasion des comptes rendus, des réactions, des interviews notamment au sujet des compétences et des littératies requises dans les humanités numériques. On en profitera pour faire un focus justement sur les littératies visuelles qui sont en plein développement.

Vous pouvez diffuser l’information sur les réseaux. Le hashtag sera #jhd13. Sinon, pour ce qui a rapport avec Humanlit, c’est #humanlit.

Pour en savoir plus, c’est ici.
Pour vous inscrire, c’est ici.

Journées humanités numériques
Journées Dh

L’évolution de l’article scientifique : vers le modèle de l’API parmi les biens communs de la science

Le projet Humanlit cherche à montrer les compétences nouvelles à développer pour les chercheurs notamment dans les projets en humanités numériques. Mais il est impossible de réaliser ce travail sans s’interroger sur l’évolution des pratiques et des méthodes de production scientifique.
On le sait déjà, mais l’article dans sa forme classique a vécu. Il est dorénavant insuffisant et suit des logiques anciennes qui sont celles du circuit du livre ou des revues. L’article papier est donc à des kilomètres des perspectives offertes par le numérique. Mais les productions numériques sont donc encore loin des exigences qu’on pourrait espérer à l’avenir.
Olivier Ertzscheid avait tracé la perspective de l’API ouverte :

Et puis littéralement, l’article du futur sera une API. Une interface de programmation (voir le remarquable article d’InternetActu), rendant différentes applications possibles. Un vrai boulot d’éditeur que de réfléchir à ce que seront ces API. Que l’on regarde ce qui se passe du côté du livre numérique. L’édition savante va devoir faire rapidement la preuve de son érudition informatique et logicielle. A moins qu’elle ne préfère réinventer la roue ou l’article d’hier en l’appelant celui de demain.

C’est en effet une des pistes les plus séduisantes. Il reste à s’interroger sur les compétences requises pour les chercheurs notamment au niveau de la capacité en culture numérique pour s’inscrire dans cette nouvelle logique éditoriale qui requiert une connaissance ou tout moins une compréhension des codes et des langages de publication web. Il faudra sans doute encore faire évoluer les outils comme revues.org et les interfacer avec d’autres projets de conservation et de description de données. L’avenir est donc à l’interface de revues.org, d’archivesic, d’hypothèses, d’Isidore… et d’un futur réseau social de la recherche !

Je crois qu’il s’agit aussi d’en profiter pour repositionner le successeur de l’article autour de plusieurs axes autour d’une hiérarchie des actions visées (scientifiques, sociales et pédagogiques). Il est impensable que les humanités numériques ne saisissent pas l’opportunité non pas de seulement de penser ou de comprendre le monde, mais bien de le faire changer…
Autre point, la production scientifique qui ne cesse de croître doit désormais clairement se positionner dans une lignée qui est celle de l’héritage documentaire pour s’inscrire dans un espace de biens communs des savoirs et de la science. Plus simplement, il s’agit d’imaginer :

  • Une science ouverte pour les pairs
  • Une science ouverte sur le monde
  • Une science ouverte pour la transmission

Voici le schéma en cours de réalisation et qui évoluera en fonction de vos remarques sur cette hybride en train de naître, « l’article scientifique transmedia ».

Article transmedia. Humanlit. 2012. v.1 Licence CC by nc

On s’aperçoit que sur le schéma que j’ai réalisé, il y a beaucoup de travail encore à faire pour parvenir à un tel objectif car il s’agit surtout de permettre une diversité de lectures = autant humaines que par les machines. Il s’agit aussi autant de permettre la lecture attentive que des lectures sociales et plus spécifiques.
Cela suppose autant un nouveau design éditorial, qu’une nouvelle économie et la nécessité de former de nouvelles expertises. De là à dire qu’il faut des HUMANLIT LABS, il n’y a qu’un pas.
J’en appelle d’ailleurs à vos commentaires pour l’améliorer.

La double transformation : une formation trans(versale) et une transformation en marche

Le projet humanlit est parti d’une hypothèse : celle que les humanités numériques constituent une double transformation, ou une transformation à deux visages voire en deux temps.

La première transformation est clairement celui d’une trans-formation en tant que formation interdisciplinaire et vraisemblablement d’ailleurs transdisciplinaire (voir billet précédent). Il reste à savoir à quel niveau placer désormais des modules de formation afin de développer des compétences pour la mise en place de projets en humanités numériques dans les universités. Une propédeutique doctorale apparaît un minimum, le niveau master pouvant présenter également des atouts.

Mais ce n’est sans doute pas suffisant tant les humanités numériques apparaissent comme une transformation non seulement de la recherche, mais également de la pédagogie mais aussi des universités dans leur ensemble.

trans-formations
Les transformations impactées par les humanités numériques

C’est donc bien plus tôt qu’il faut envisager la formation. On abordera dans d’autres billets et au travers d’expérimentations de nouvelles pistes à ce sujet à des échelons bien plus larges. Mais dans un premier temps, il parait plus qu’urgent d’opérer ce basculement pédagogique de façon bien plus précoce dans le cursus notamment pour développer de nouvelles littératies, c’est-à-dire aussi de nouvelles façons de lire et d’analyser des corpus.

La lecture analytique (close reading) mérite d’être associée plus étroitement à d’autres modes comme des lectures transcorpus et transmedia (hyperreading). Katherine Hayles évoque la nécessité de développer et de former également à ce nouveau type de lecture. On peut ainsi imaginer des comparaisons sur des usages d’un même mot ou d’un même concept au travers des écrits de plusieurs auteurs en littérature comparative. On peut également encourager les étudiants à produire de nouvelles formes de données ré-exploitables et valorisables. Pourquoi se contenter en effet des traditionnels exposés oraux alors qu’il pourrait être intéressant d’exiger pour chaque travail un rendu numérique de l’exposé sous forme de bases de données, d’infographies, de documents à valeur pédagogique, etc.

Il y a tout une philosophie de l’enseignement et de la recherche à modifier. Cela aurait le mérite d’élargir la somme des compétences à transmettre et à acquérir, mais aussi de s’inscrire bien plus tôt dans des démarches collaboratives et d’intelligence collective. C’est aussi le moyen de placer cette production de données, d’images, de textes et de documents enrichis dans une perspective type open data ou sous l’égide de biens communs de la connaissance.

On a souvent évoqué régulièrement l’opportunité d’utiliser wikipédia dans ce cadre. En effet, des projets de productions type exposé mériteraient d’avoir leur version « wikipédiatisée ». Trop souvent c’est l’inverse, les étudiants utilisent wikipédia. Ils seraient bons qu’ils soient incités à enrichir le projet de leur côté.

Cette transformation portée par les humanités numériques ne s’arrêtera donc pas au niveau de la recherche. Pour reprendre la métaphore d’Alan Liu, l’alien est en place et il continuera à se développer en modifiant l’ensemble de son écosystème. Dans son ADN, il apparaît clairement qu’une des premières  étapes est celle de la réconciliation entre numératie et littératie.

De toute manière, ces transformations sont aussi les lieux de reformation qui vont impacter beaucoup d’autres domaines.

On en reparlera ici.

Références :

Hayles, N. K. (2012). How We Think: Digital Media and Contemporary Technogenesis. University of Chicago Press.
 Hayles, N.K. (2007, November 26). Hyper and Deep Attention: The Generational Divide in Cognitive Modes. research-article. Retrieved March 28, 2009, from http://www.mlajournals.org/doi/abs/10.1632/prof.2007.2007.1.187?journalCode=prof

Liu A., 2009, “Digital Humanities and Academic Change” “English Language Notes”, 47, (Spring-Summer 2009), Spring-Summer 2009, 17-35.

 

Pour citer ce billet : Le Deuff, Olivier « La double transformation : une formation trans(versale) et une transformation en marche », Humanlit, 5 décembre 2012. [En ligne] http://humanlit.hypotheses.org/21

 

Un contexte scientifique interdisciplinaire : Transdiscipline et translittératie

 

1.Définir les humanités numériques comme une transdiscipline ?

Le manifeste du That (The Humanities and Technologies) camp proposait le cadre d’analyse suivant :

« 1. Le tournant numérique pris par la société modifie et interroge les conditions de production et de diffusion des savoirs.

2. Pour nous, les digital humanities concernent l’ensemble des Sciences humaines et sociales, des Arts et des Lettres. Les digital humanities ne font pas table rase du passé. Elles s’appuient, au contraire, sur l’ensemble des paradigmes, savoir-faire et connaissances propres à ces disciplines, tout en mobilisant les outils et les perspectives singulières du champ du numérique.

3. Les digital humanities désignent une transdiscipline, porteuse des méthodes, des dispositifs et des perspectives heuristiques liés au numérique dans le domaine des Sciences humaines et sociales. »[1]

C’est justement cet espace commun entre les sciences humaines et sociales que peut réaliser cette transdiscipline en devenir que se propose d’examiner le projet en mettant l’accent sur les compétences (en tant que  savoirs et savoir-faire). Il s’agit aussi d’examiner les parallèles avec  les littératies qui elles aussi convergent vers une translittératie liée aux environnements numériques. (Thomas, 2007)

 

Davidson (Davidson, 2010) développe une approche similaire en considérant que les humanités numériques doivent opérer non pas en multidisciplinarité ou en interdisciplinarité mais davantage en transdisciplinarité. Il reste à comprendre de quelle transdiscipline il s’agit. Faut-il d’ailleurs concevoir les savoirs, compétences en son sein comme des méta-compétences et non seulement des compétences transversales ?  S’agit-il d’une discipline de type propédeutique pour les chercheurs ? Dans ce cas, elle pose la question des territoires communs et celles des concepts, méthodes et familles d’outils qui mériteraient une formation. Les humanités numériques pourraient alors constituer un élément d’ingénierie qui pourrait s’inscrire dans les cursus doctoraux.

2. Nouvelles compétences = nouveaux chercheurs

Le chercheur se transforme peu à peu au contact des humanités numériques. Cette métamorphose du chercheur liée à la technique revient dans plusieurs textes sur les humanités numériques. C’est Alan Liu (Liu, 2004 et 2009) qui l’exprime sans doute le mieux en considérant les humanités numériques comme un alien qui évolue dans le milieu qu’il a colonisé et donc en modifiant également le chercheur. Cette extension des littératies numériques touche de plus en plus les chercheurs dont les activités et pratiques sont de plus en plus numériques que ce soit dans leurs dispositifs de collectes ou de traitement de données mais aussi en ce qui concerne la rédaction de documents et d’articles scientifiques ainsi que pour les mécanismes de diffusion de leurs travaux.  Dès lors, les chercheurs sont particulièrement concernés par la convergence numérique décrite par Jenkins.

Nous sommes face à des disparités colossales en termes de pratiques entre chercheurs. Vraisemblablement, cette disparité va au-delà de  la césure entre sciences humaines et sociales et les sciences. La question de l’émergence de chercheurs 2.0 (Gallezot, 2009) a déjà été posée et montrait la prise en compte de nouveaux moyens et outils issus du web 2.0 par des chercheurs qui amélioraient ainsi leurs méthodes de traitement de l’information. En effet, une césure se constitue entre ceux qui disposent des moyens et méthodes pour utiliser cet arsenal d’outils et ceux qui s’en sont écartés, jugeant la technique néfaste ou non noble et faisant le choix de la délégation.

La récente enquête menée par l’Urfist de Nice[2] sur les pratiques numériques des chercheurs démontraient d’ailleurs un faible taux d’expertise et de pratique sur les bases de données en ligne et sur les outils de traitement et d’organisation des données et des articles scientifiques. Ce faible niveau devient préoccupant pour des investissements d’ampleur dans des projets numériques qui vont réclamer sans cesse des compétences de plus en plus pointues. En effet, l’implication dans les humanités numériques signifient pour le chercheur qu’il doit faire plus que de publier des articles et que son action de recherche est plus large et plus vaste et qu’elle peut donc être mesurée et valorisée bien plus tôt. Cela signifie aussi, notamment pour les chercheurs en sciences humaines et sociales qu’il s’agit de plus en plus de s’inscrire dans des formes collectives ou tout au moins « sociales » voire davantage collaboratives (Deegan, 2012) dans le sens où les données produites et les analyses effectuées peuvent être facilement citées, réutilisées, critiquées, etc.

Toutefois le discours des humanités numériques n’est pas celui de l’exclusion mais plutôt celui de l’adhésion (Little, 2011), puisqu’il n’y a pas de sélection ou de discipline clairement consacrée.

 

Eléments bibliographiques :

 

○    Davidson, Cathy. (2010) “Humanities and Technology in the Information Age” in Frodeman, Robert, Julie Thompson Klein, and Carl Mitcham, (sous la dir. de). The Oxford Handbook of Interdisciplinarity. Oxford University Press, USA

○    Deegan, Marilyn, McCarty, Willard. (2012) Collaborative Research in the Digital Humanities. Ashgate Publishing Limited

○    Gallezot, Gabriel, Le Deuff, Olivier Chercheurs 2.0 ?  In : SCHÖPFEL Joachim (dir.) Communication scientifique : Les nouveau enjeux. Les Cahiers du Numérique, vol. 5, n° 2, 2009, pp. 15-31

○    Jenkins, Henry. (2006) Convergence Culture: Where Old and New Media Collide. New York University Press

○  Little, Geoffrey. (2011)“We Are All Digital Humanists Now”  The Journal of Academic Librarianship, Volume 37, Issue 4, July 2011, Pages 352–354

○    Liu, Alan. (2004b) “Transcendental Data: Toward a Cultural History and Aesthetics of the New Encoded Discourse”, Critical Inquiry, Vol. 31, No. 1 (Autumn 2004), pp. 49-84

○    Liu, Alan. (2009) “Digital Humanities and Academic Change” “EnglishLanguage Notes”, 47, (Spring-Summer 2009), Spring-Summer 2009, p.17-35

○    Thomas, Sue et al. (2007) «Transliteracy: Crossing divides. » First Monday, Volume 12 Number 12 – 3 December 2007, disp. sur  : <http://firstmonday.org/htbin/cgiwrap/bin/ojs/index.php/fm/article/viewArticle/2060/1908>



[1] Dacos, Marin. « Manifeste des Digital humanities ». ThatCamp Paris 2010, mars 26, 2011. <http://tcp.hypotheses.org/318>.

[2] « Enquête sur les Pratiques Informationnelles des Chercheurs : Quelques Résultats ». URFIST Info, mars 4, 2011. http://urfistinfo.hypotheses.org/1901.

HUMANLIT

Le carnet accompagne le projet Humanlit sur les littératies et compétences en humanités numériques. Ce projet a reçu une subvention de l’ISCC.
Le projet a pour but l’identification des compétences, des savoirs et des concepts qui sont nécessaires aux chercheurs dans l’utilisation et l’exploitation de plateformes numériques à vocation scientifique. Il s’agit de tenter d’identifier les littératies indispensables dans le cadre de projets de types humanités numériques afin d’envisager les contenus transdisciplinaires d’une éventuelle ingénierie ou propédeutique doctorale. Ce travail d’identification se base sur l’analyse des corpus ayant trait aux articles scientifiques ainsi que sur les projets ayant été menés dans ce domaine. Le carnet a pour but de relayer les études et les résultats du projet.
Une enquête qualitative sur des personnes impliquées dans des projets d’humanités numériques sera effectué en parallèle afin d’établir les besoins en compétences exprimés et celles qui ont été mobilisées avec efficacité. Le carnet sera lieu de dépôt des résultats et d’analyse de cette enquête.

Littératies et humanités numériques