Archives par mot-clé : digital humanities

Digital Humanities en bibliothèque : un vrai défi?

Compte-rendu synthétique de l’article : Posner, Miriam, No Half Measures : Overcoming common challenges to Doing Digital Humanities in the Library, Vol53, p43-52, Journal of Library Administration, CrossRef, 2013

Les  aspects administratifs et institutionnels en ce qui concerne le champ des humanités digitales  semblent insuffisamment pris en considération. Cela constitue une des sources de  frustration pour les professionnels des bibliothèques. En effet, tout l’enjeu réside dans le fait de cerner les nouveaux rôles de la bibliothèque, dont les métiers doivent être repensés avec l’arrivée du numérique. L’introduction des humanités digitales au sein de ces structures implique l’appropriation de nouvelles compétences par les professionnels. De plus, il s’agit également de se concentrer sur  les moyens techniques ainsi que les infrastructures à démarcher pour assumer un tel bouleversement.

De nombreuses initiatives dans le but d’introduire les humanités digitales en bibliothèques sont encore au stade de développement. Certains résultats intéressants sont issus de la bonne volonté de certaines bibliothèques, qui parviennent à dépasser les contraintes internes, comme la délégation de programmes en humanités digitale à un seul professionnel, dont les compétences ne sont pas adaptées au projet. En effet, les discussions se concentrent trop souvent sur ce que les bibliothécaires peuvent apporter de façon individuelle, au lieu de prendre en compte les soutiens institutionnels indispensables à l’aboutissement des projets en humanités digitales.

Les bibliothèques doivent fournir l’infrastructure (accès aux outils de numérisation et serveurs, par exemple) à l’appui des humanités digitales, en faisant des bibliothécaires de véritables collaborateurs du mouvement, plus que de simples partisans.  La TEI est d’ailleurs issue d’un programme d’édition électronique qui est né en bibliothèque. De plus, L’enjeu consisterait davantage à faire valoir les besoins des professionnels, c’est à dire, que leur travail soit considéré comme un travail intellectuel, en démontrant que leurs efforts au sein des incubateurs de la bibliothèque (ou « skunkworks ») peuvent offrir des opportunités inestimables pour la communauté universitaire dans son ensemble, grâce à un « transfert de technologie ». Encore faudrait-il que cet apport soit reconnu et récompensé au sein des structures.

L’objectif est donc double, et pour le moins paradoxal, car on assiste à la fois à un problème d’uniformisation, notamment en terme de formation, mais également de différenciation des compétences, dans la répartition des tâches à effectuer par chacun. Aujourd’hui, les bibliothécaires sont dépassés par le nombres de compétences à acquérir et d’outils à connaitre. Quels sont ceux qu’il est urgent de maîtriser? L’autoformation est-elle envisageable sur de tels aspects ? Car pour diriger et mener à bien un projet dans les humanités digitales, il faut non seulement posséder des qualités de réflexion – compétences dites « soft »-  mais aussi des compétences techniques, ou « hard ».  Il faut également changer les mentalités des professionnels des bibliothèques, plus attentifs à ce qui est strictement bénéfique pour l’infrastructure, contrairement au champ des humanités numériques, dont la philosophie propose simplement de répondre de façon pertinente à une question intéressante sans se fixer d’objectifs restrictifs.

Les Humanités Digitales demandent donc la (ré)invention, l’identification des compétences afin de les repartir au mieux et éviter le sentiment de « surcharge » éprouvé par les professionnels. En revanche,  qui sera à même de diriger les projets en Humanités Digitales en bibliothèque ? Entamer une discussion sur l’autorité, ainsi que sur l’ouverture plus flexible des infrastructures est à entamer. Le fait que les projets dans les humanités digitales soient encore balbutiant est dû au manque de bénéfices pour les bibliothécaires eux-mêmes. Cet absence de bénéfice est lié au fait qu’il n’existe pas d’équité entre professeurs membres de la faculté, autorisés à publier des ouvrages de recherche, et bibliothécaires, qui eux, doivent obtenir l’autorisation d’un supérieur, ou d’un département juridique. Autre entrave à la difficile implantation des humanités digitales : les relations entre bibliothèques et universités, souvent trop hermétiques.

 La bibliothèque est encore trop perçue comme un simple »service » à disposition du professeur universitaire. Changer le mode opératoire des bibliothèques, c’est également  harmoniser ces relations, les rendre cohérentes, avec des professeurs formés et aptes à apporter une aide concrète aux bibliothèques. Michael Furlough pose tout de même la question : la recherche représente-t-elle le cœur des prérogatives des bibliothèques ? Sont-elles destinées a quitter un mode de fonctionnement traditionnel pour prendre le « risque » d’intégrer les humanités digitales? Souhaitent-elles véritablement emprunter cette voie? Quelques exemples prouvent que oui.

L’Université de Maryland à permis à ses bibliothécaires de participer à un semestre dédié aux humanités digitales. Grâce à une longue série d’ateliers consacré au développement de la recherche, ceux-ci ont eu l’occasion de manipuler des données, participer au développement de projets et à la rédaction de propositions de financement. Le centre de recherche dans les Humanités Digitales de l’Université de Nebraska, en partenariat avec l’université Nebraska-Lincoln, entretient des liens forts avec les bibliothèques, tout en maintenant sa stricte indépendance. Le Scholar Labs de l’Université de Virginie travaille davantage sur des projets de longue durée, sans fonder son processus de recherche sur l’obtention de résultats probants. Enfin, le  Library Labs d’Harvard met en oeuvre des projets innovants qui contribuent à l’amélioration des services en bibliothèques (les universités, les élèves sont invités à être force d’initiatives). Les projets, s’ils sont validés, bénéficient d’un financement de trois mois ou plus, tout dépend des résultats applicables par la suite (Cf: Projet Highbrow textual Browser and Spectacle). Les Humanités digitales en bibliothèques sont donc envisageables : mais difficiles à mettre en place.

Précisions sur l’auteur de l’article

Miriam Posner – @miriamkp

Issue de l’université de Yale, Miriam Posner est coordinatrice et enseignante à l’UCLA‘s Digital Humanities Program. Lorsqu’elle n’enseigne pas, elle aide le développement du programme, travaille avec les étudiants, tout en continuant d’écrire un livre sur les effets bénéfiques des films pour l’univers de la médecine.

 

 

 

 

Support du premier atelier sur les humanités digitales

En attendant une future mise en ligne des vidéos et des supports audios, voici le support que j’ai utilisé hier soir.

Sans pour autant prendre parti définitivement, j’ai néanmoins défendu l’intérêt de l’expression d’humanités digitales au delà de la perception qui n’y voit qu’un anglicisme. Paradoxalement, on s’est plutôt interrogé si par un retour historique et notamment au latin, on ne se situait pas à l’inverse dans une position européenne.

J’ai fait notamment référence au manifeste du thatcamp Paris 2010, mais aussi à d’autres textes.

Ateliers « Humanités Digitales », première séance le 12 décembre

J’ai le plaisir d’animer avec Franck Cormerais des ateliers sur les humanités digitales à l’université Bordeaux 3, qu’il convient désormais d’appeler Université Bordeaux Montaigne. Plusieurs séances vont ainsi s’étalonner autour de présentations, travaux sur textes et discussions. Vous êtes évidemment les bienvenus. Ces ateliers font partie de l’offre de formation de l’école doctorale de l’Université de  Bordeaux Montaigne.

La première séance introductive tentera de poser les jalons définitionnels autour des humanités digitales ou/ et numériques.

Dans la lignée des travaux précédents et notamment des journées d’études sur les humanités digitales, nous avons gardé la formule d’accoler le digital aux humanités. On procédera donc aussi par petites doses dans la logique du pharmakon pour que le digital soit curatif.

Il s’agit également de toucher du doigt et de désigner ce qu’il convient de comprendre autour de ces enjeux. C’est pourquoi la formule est celle d’ateliers dans la mesure où les participants sont amenés aussi à pouvoir participer aux discussions. Un corpus de documents…imprimés sera distribué pour faciliter la prise en main, mais aussi de fait l’entrée dans des domaines parfois peu connus ou totalement nouveaux. L’atelier se veut en cela autant une initiation qu’une démystification, comme une main tendue qu’il convient de saisir.

Au menu de la première séance, on s’attachera inévitablement à décortiquer les enjeux portés par le manifeste des Digital Humanities , dont on rappellera à dessein le contexte « thatcamp ». Les participants découvriront en avant-première un extrait de chapitre d’un ouvrage sur les humanités digitales qui va sortir en 2014. Un extrait de Pour un Humanisme numérique sera également dégusté.

Autant que possible, on essaiera d’assurer un livetweet et surtout une captation audio en mode débrouillardise sera effectuée.  Quelque part,  on essaiera d’insuffler l’esprit thatcamp porté par la vague malouine du dernier Thatcamp chez Michel de Montaigne. Le hashtag sera #abhd (pour ateliers bordeaux humanités digitales)

L’intitulé exact de la séance :

·        « Introduction aux humanités digitales  et à la culture numérique »

 

Objectif : Approcher des Humanités Digitales en relation avec les  « cultures numériques » et les sciences  humaines et sociales. Définir les HD dans une  acception large et une acception restreinte. Territorialiser les émergences et l’évolution des mots  « humanités » et  «  culture ».  Deux approches complémentaires  des HD seront  ainsi abordées : le  point de vue  internaliste  et le  point  de  vue externaliste pour  apprécier les modifications  des sciences des SHS.

 Lieu des réjouissances :

Université Bordeaux Montaigne. Pessac. (ex Bordeaux 3)

Tram B. (arrêt Montaigne)

Salle E202 à 17H, le jeudi 12 décembre

How we think, Katherine Hayle dans la « technogenèse » contemporaine

Katherine Hayles fait partie de ses intellectuelles américaines qu’on retrouve régulièrement dans les travaux et débats autour des humanités numériques, de la littérature électronique, de la translittérie et de la littérature électronique. Impossible donc d’en faire l’impasse.

Son ouvrage, How we think, digital media and contemporary genesis, entreprend donc la tâche de décrire une métamorphose à l’œuvre avec les nouveaux médias numériques. Le titre est évidemment le même que celui de John Dewey mais avec une vision davantage contemporaine. Impossible aussi de ne pas songer à l’article de Vannevar Bush, as we may think qui entrevoyait déjà les potentialités de la lecture augmentée par des mécanismes hypertextuels. Les filiations sont nombreuses notamment au niveau de l’étude des médias. Katherine Hayles pose dès le premier chapitre l’importance des médias dans la constitution de la pensée. Mais l’objectif est de penser le changement que cela opère particulièrement pour les sciences humaines et sociales.

Face à ce « memex » numérique qui fait partie du quotidien du chercheur, katherine Hayles fait référence évidemment aux fameux texte de Nicholas Carr, the shallows, souvent critiqué mais qui est en fait une excellente réflexion sur les transformations et les pertes d’attentions et de capacité de lecture profonde qu’entraine la pratique assidue du web. Katherine Hayle rappelle que nos possibilités de lecture ne sont pas illimitées, ce qui ne peut que nous interroger dans notre production sans cesse grandissante d’articles. En effet, une grande partie des articles publiés en sciences humaines et sociales ne sont pas cités une seule fois. Leur fonction semble davantage orientée dans une logique de carrière plutôt que dans une réelle stratégie de communication scientifique.

De plus, les potentialités du numérique obligent et encouragent à de nouvelles logiques de création et de productions. Mais ce que note Hayles, c’est que cette logique oblige rapidement à la reconnaissance de ses propres limites; ce qui  en appelle nécessairement à un besoin de collaboration. Katherine Hayles ne se contente pas de sa propre expérience pour décrire ces mutations mais s’appuie sur des rencontres et entretiens avec des chercheurs (dont Alan Liu, Tara McPherson ou bien encore Jeffrey Schnapp) qui ont amorcé le même raisonnement et qui ont entrepris des projets collaboratifs.

Et une de leurs conclusions est la suivante :

« They clearly understand that digital techologies, in broad view, imply transformation not only of the humanities but of the entire educational system. They are also keenly aware of difficulties to be negotiated within the humanities as traditionaly print-based disciplines fracture into diverse contingents, with some scholar still firmly within the regime of print while others are racing into the digital domain. » (p.5)

Plusieurs difficultés sont mentionnées mais Hayles note que même chez les chercheurs demeurés orientés sur une logique de l’imprimé, la culture numérique s’est immiscée dans leurs pratiques car ils utilisent des outils numériques et distillent des fichiers et des articles sous cette forme. Cette technogenèse est en marche sous la forme d’un effet Baldwin (du nom du biologiste James Mark Baldwin qui avait démontré qu’un effet génétique peut s’accroitre lorsque les espèces modifient leur environnement pour faciliter davantage la mutation). On sent ici nettement les dialogues féconds entre Hayles et Alan Liu. Ce dernier décrit souvent les digital humanities comme un alien.

Intéressante aussi est la manière (la définition) que nous donne Hayles des digital humanities :

« Digital humanities are not a monolithic field but rather a collection of dynamic evolving practices, with internal disputes, an emerging set of theoretical concerns interwoven with diverse practices, and contextual solutions to specific institutional configurations. »(p.10)

Hayles considère que le numérique entraîne des bouleversements de type neurogénétique notamment chez les plus jeunes. Mais ce sont surtout les aspects autour de l’accroissement des besoins en littératie qui sont soulignés par l’auteur. Elle déplore aussi qu’il demeure toujours une césure entre les compétences acquises dans la sphère domestique et le peu de réinvestissements possibles parfois dans la sphère académique et vice-versa. Cet enjeu intéresse particulièrement le projet Humanlit. Les formes « d’enclosures literaciques » méritent d’être étudiées de façon plus précises car c’est bien l’enjeu de la transmission qui est interrogée. Il nous semble aussi que les humanités numériques auront à s’interroger sur les compétences qu’elles nécessitent et comment parvenir à produire des formes accessibles, mais aussi intéresser un public plus large que celui des seuls chercheurs.

Difficile de résumer un tel ouvrage, si ce n’est que la partie sur les transformations neurologiques nous a  moins intéressé, bien qu’il faille apprécier l’effort de la chercheuse de réaliser ici un effort de vulgarisation et une tentative de prendre en compte des transformations à l’œuvre pour mieux en appréhender les conséquences actuelles et futures sur le monde de la recherche et de l’enseignement. On a parfois l’impression d’assister à la genèse d’un nouvel individu enseignant-chercheur. Il faut dire que Simondon mais aussi Bernard Stiegler sont régulièrement cités tout comme Bruno Latour parmi les chercheurs français.

L’ouvrage répond et met en scène un grand nombre de débats autour des humanités numériques. On y retrouve aussi un ton positif et enjoué dans la mesure où katherine Hayles semble avoir déjà bien vécu cette évolution. Incontestablement, l’ouvrage incite les sciences sociales et humaines à se saisir de nouvelles opportunités et à ne pas dénigrer des mutations qui peuvent apparaitre parfois inquiétantes notamment la question des attentions partagées voire dégradées. Nous ne sommes peut-être qu’au début d’une métamorphose.

Humanlit aux journées des humanités digitales de Bordeaux : Jean-Christophe Plantin et Nicolas Thély

Les troisièmes journées des humanités digitales de Bordeaux se sont déroulées les 3 et 4 avril 2013. En attendant, les vidéos de cet événement, nous mettons en ligne deux courtes interviews de deux protagonistes sur des questions qui nous intéressent particulièrement dans le projet Humanlit : les problèmes définitionnels et les questions des compétences.

Nous avons interrogé tout d’abord, Jean Christophe Plantin, docteur en sciences de l’information et de la communication et auteur du carnet de recherche cartonomics

Puis nous avons interrogé, Nicolas Thély, professeur à l’université de Rennes 2 en n art, esthétique et humanités numériques.

On retrouvera aussi ces deux intervenants dans un ouvrage à paraître en fin d’année sur la question des humanités digitales.

J’en profite pour lancer un appel à tous ceux qui voudraient se faire interviewer dans ce cadre en live ou par skype.

La double transformation : une formation trans(versale) et une transformation en marche

Le projet humanlit est parti d’une hypothèse : celle que les humanités numériques constituent une double transformation, ou une transformation à deux visages voire en deux temps.

La première transformation est clairement celui d’une trans-formation en tant que formation interdisciplinaire et vraisemblablement d’ailleurs transdisciplinaire (voir billet précédent). Il reste à savoir à quel niveau placer désormais des modules de formation afin de développer des compétences pour la mise en place de projets en humanités numériques dans les universités. Une propédeutique doctorale apparaît un minimum, le niveau master pouvant présenter également des atouts.

Mais ce n’est sans doute pas suffisant tant les humanités numériques apparaissent comme une transformation non seulement de la recherche, mais également de la pédagogie mais aussi des universités dans leur ensemble.

trans-formations
Les transformations impactées par les humanités numériques

C’est donc bien plus tôt qu’il faut envisager la formation. On abordera dans d’autres billets et au travers d’expérimentations de nouvelles pistes à ce sujet à des échelons bien plus larges. Mais dans un premier temps, il parait plus qu’urgent d’opérer ce basculement pédagogique de façon bien plus précoce dans le cursus notamment pour développer de nouvelles littératies, c’est-à-dire aussi de nouvelles façons de lire et d’analyser des corpus.

La lecture analytique (close reading) mérite d’être associée plus étroitement à d’autres modes comme des lectures transcorpus et transmedia (hyperreading). Katherine Hayles évoque la nécessité de développer et de former également à ce nouveau type de lecture. On peut ainsi imaginer des comparaisons sur des usages d’un même mot ou d’un même concept au travers des écrits de plusieurs auteurs en littérature comparative. On peut également encourager les étudiants à produire de nouvelles formes de données ré-exploitables et valorisables. Pourquoi se contenter en effet des traditionnels exposés oraux alors qu’il pourrait être intéressant d’exiger pour chaque travail un rendu numérique de l’exposé sous forme de bases de données, d’infographies, de documents à valeur pédagogique, etc.

Il y a tout une philosophie de l’enseignement et de la recherche à modifier. Cela aurait le mérite d’élargir la somme des compétences à transmettre et à acquérir, mais aussi de s’inscrire bien plus tôt dans des démarches collaboratives et d’intelligence collective. C’est aussi le moyen de placer cette production de données, d’images, de textes et de documents enrichis dans une perspective type open data ou sous l’égide de biens communs de la connaissance.

On a souvent évoqué régulièrement l’opportunité d’utiliser wikipédia dans ce cadre. En effet, des projets de productions type exposé mériteraient d’avoir leur version « wikipédiatisée ». Trop souvent c’est l’inverse, les étudiants utilisent wikipédia. Ils seraient bons qu’ils soient incités à enrichir le projet de leur côté.

Cette transformation portée par les humanités numériques ne s’arrêtera donc pas au niveau de la recherche. Pour reprendre la métaphore d’Alan Liu, l’alien est en place et il continuera à se développer en modifiant l’ensemble de son écosystème. Dans son ADN, il apparaît clairement qu’une des premières  étapes est celle de la réconciliation entre numératie et littératie.

De toute manière, ces transformations sont aussi les lieux de reformation qui vont impacter beaucoup d’autres domaines.

On en reparlera ici.

Références :

Hayles, N. K. (2012). How We Think: Digital Media and Contemporary Technogenesis. University of Chicago Press.
 Hayles, N.K. (2007, November 26). Hyper and Deep Attention: The Generational Divide in Cognitive Modes. research-article. Retrieved March 28, 2009, from http://www.mlajournals.org/doi/abs/10.1632/prof.2007.2007.1.187?journalCode=prof

Liu A., 2009, “Digital Humanities and Academic Change” “English Language Notes”, 47, (Spring-Summer 2009), Spring-Summer 2009, 17-35.

 

Pour citer ce billet : Le Deuff, Olivier « La double transformation : une formation trans(versale) et une transformation en marche », Humanlit, 5 décembre 2012. [En ligne] http://humanlit.hypotheses.org/21

 

Un contexte scientifique interdisciplinaire : Transdiscipline et translittératie

 

1.Définir les humanités numériques comme une transdiscipline ?

Le manifeste du That (The Humanities and Technologies) camp proposait le cadre d’analyse suivant :

« 1. Le tournant numérique pris par la société modifie et interroge les conditions de production et de diffusion des savoirs.

2. Pour nous, les digital humanities concernent l’ensemble des Sciences humaines et sociales, des Arts et des Lettres. Les digital humanities ne font pas table rase du passé. Elles s’appuient, au contraire, sur l’ensemble des paradigmes, savoir-faire et connaissances propres à ces disciplines, tout en mobilisant les outils et les perspectives singulières du champ du numérique.

3. Les digital humanities désignent une transdiscipline, porteuse des méthodes, des dispositifs et des perspectives heuristiques liés au numérique dans le domaine des Sciences humaines et sociales. »[1]

C’est justement cet espace commun entre les sciences humaines et sociales que peut réaliser cette transdiscipline en devenir que se propose d’examiner le projet en mettant l’accent sur les compétences (en tant que  savoirs et savoir-faire). Il s’agit aussi d’examiner les parallèles avec  les littératies qui elles aussi convergent vers une translittératie liée aux environnements numériques. (Thomas, 2007)

 

Davidson (Davidson, 2010) développe une approche similaire en considérant que les humanités numériques doivent opérer non pas en multidisciplinarité ou en interdisciplinarité mais davantage en transdisciplinarité. Il reste à comprendre de quelle transdiscipline il s’agit. Faut-il d’ailleurs concevoir les savoirs, compétences en son sein comme des méta-compétences et non seulement des compétences transversales ?  S’agit-il d’une discipline de type propédeutique pour les chercheurs ? Dans ce cas, elle pose la question des territoires communs et celles des concepts, méthodes et familles d’outils qui mériteraient une formation. Les humanités numériques pourraient alors constituer un élément d’ingénierie qui pourrait s’inscrire dans les cursus doctoraux.

2. Nouvelles compétences = nouveaux chercheurs

Le chercheur se transforme peu à peu au contact des humanités numériques. Cette métamorphose du chercheur liée à la technique revient dans plusieurs textes sur les humanités numériques. C’est Alan Liu (Liu, 2004 et 2009) qui l’exprime sans doute le mieux en considérant les humanités numériques comme un alien qui évolue dans le milieu qu’il a colonisé et donc en modifiant également le chercheur. Cette extension des littératies numériques touche de plus en plus les chercheurs dont les activités et pratiques sont de plus en plus numériques que ce soit dans leurs dispositifs de collectes ou de traitement de données mais aussi en ce qui concerne la rédaction de documents et d’articles scientifiques ainsi que pour les mécanismes de diffusion de leurs travaux.  Dès lors, les chercheurs sont particulièrement concernés par la convergence numérique décrite par Jenkins.

Nous sommes face à des disparités colossales en termes de pratiques entre chercheurs. Vraisemblablement, cette disparité va au-delà de  la césure entre sciences humaines et sociales et les sciences. La question de l’émergence de chercheurs 2.0 (Gallezot, 2009) a déjà été posée et montrait la prise en compte de nouveaux moyens et outils issus du web 2.0 par des chercheurs qui amélioraient ainsi leurs méthodes de traitement de l’information. En effet, une césure se constitue entre ceux qui disposent des moyens et méthodes pour utiliser cet arsenal d’outils et ceux qui s’en sont écartés, jugeant la technique néfaste ou non noble et faisant le choix de la délégation.

La récente enquête menée par l’Urfist de Nice[2] sur les pratiques numériques des chercheurs démontraient d’ailleurs un faible taux d’expertise et de pratique sur les bases de données en ligne et sur les outils de traitement et d’organisation des données et des articles scientifiques. Ce faible niveau devient préoccupant pour des investissements d’ampleur dans des projets numériques qui vont réclamer sans cesse des compétences de plus en plus pointues. En effet, l’implication dans les humanités numériques signifient pour le chercheur qu’il doit faire plus que de publier des articles et que son action de recherche est plus large et plus vaste et qu’elle peut donc être mesurée et valorisée bien plus tôt. Cela signifie aussi, notamment pour les chercheurs en sciences humaines et sociales qu’il s’agit de plus en plus de s’inscrire dans des formes collectives ou tout au moins « sociales » voire davantage collaboratives (Deegan, 2012) dans le sens où les données produites et les analyses effectuées peuvent être facilement citées, réutilisées, critiquées, etc.

Toutefois le discours des humanités numériques n’est pas celui de l’exclusion mais plutôt celui de l’adhésion (Little, 2011), puisqu’il n’y a pas de sélection ou de discipline clairement consacrée.

 

Eléments bibliographiques :

 

○    Davidson, Cathy. (2010) “Humanities and Technology in the Information Age” in Frodeman, Robert, Julie Thompson Klein, and Carl Mitcham, (sous la dir. de). The Oxford Handbook of Interdisciplinarity. Oxford University Press, USA

○    Deegan, Marilyn, McCarty, Willard. (2012) Collaborative Research in the Digital Humanities. Ashgate Publishing Limited

○    Gallezot, Gabriel, Le Deuff, Olivier Chercheurs 2.0 ?  In : SCHÖPFEL Joachim (dir.) Communication scientifique : Les nouveau enjeux. Les Cahiers du Numérique, vol. 5, n° 2, 2009, pp. 15-31

○    Jenkins, Henry. (2006) Convergence Culture: Where Old and New Media Collide. New York University Press

○  Little, Geoffrey. (2011)“We Are All Digital Humanists Now”  The Journal of Academic Librarianship, Volume 37, Issue 4, July 2011, Pages 352–354

○    Liu, Alan. (2004b) “Transcendental Data: Toward a Cultural History and Aesthetics of the New Encoded Discourse”, Critical Inquiry, Vol. 31, No. 1 (Autumn 2004), pp. 49-84

○    Liu, Alan. (2009) “Digital Humanities and Academic Change” “EnglishLanguage Notes”, 47, (Spring-Summer 2009), Spring-Summer 2009, p.17-35

○    Thomas, Sue et al. (2007) «Transliteracy: Crossing divides. » First Monday, Volume 12 Number 12 – 3 December 2007, disp. sur  : <http://firstmonday.org/htbin/cgiwrap/bin/ojs/index.php/fm/article/viewArticle/2060/1908>



[1] Dacos, Marin. « Manifeste des Digital humanities ». ThatCamp Paris 2010, mars 26, 2011. <http://tcp.hypotheses.org/318>.

[2] « Enquête sur les Pratiques Informationnelles des Chercheurs : Quelques Résultats ». URFIST Info, mars 4, 2011. http://urfistinfo.hypotheses.org/1901.