Archives par mot-clé : humanités digitales

Résultats de l’enquête Hubic

Voici les résultats de l’enquête Hubic. Vous pouvez consulter à cet effet le document en pdf qui présente l’essentiel des résultats sous forme de tableaux.

Les résultats sont librement réutilisables. Un Fichier Hubic anonymisé est  disponible. Des analyses plus poussées seront faites sur le carnet de recherche et sous forme de publications que nous ne manquerons pas de vous signaler.
Pour les plus pressés, une infographie sur piktochart a été réalisée. La version en anglais sera disponible en septembre.

Le fichier de l’infographie en une image téléchargeable.Humanités digitales et bibliothèquesrésultatshubic

Lancement de l’enquête HUBIC

Après plusieurs mois de corrections et de divers contretemps, nous sommes enfin en mesure de lancer l’enquête qui concerne les bibliothèques et les professionnels de l’information dans les humanités digitales.

Les résultats seront disponibles dans quelques mois et comme d’habitude sous une licence creative commons. Probablement, la CC0 pour permettre toutes les réutilisations possibles.

L’objectif est bien évidemment de mieux cerner ce qui se joue en ce moment dans les humanités digitales pour les bibliothèques et donc d’envisager par la suite des formations mieux ciblées et surtout de mieux faire connaître l’importance des bibliothèques, des archives et de toutes les compétences des professionnels de l’information dans ce type de projets et d’expériences. A lire également, ce billet qui évoque certaines pistes de réflexions et qui fait écho à certains aspects que nous avons évoqués dans le temps des humanités digitales. La thématique est également abordée par Elydia Barret dans un billet sur le site de l’Enssib, qui est d’ailleurs partenaire du projet.

J’invite donc les professionnels de l’information, des bibliothèques, de la documentation et des archives à répondre à cette enquête.

La version française est ici :

http://www.megatopie.info/limesurvey/index.php/survey/index/sid/932826/newtest/Y/lang/fr

La version anglaise ici :

http://www.megatopie.info/limesurvey/index.php/survey/index/sid/932826/newtest/Y/lang/en

N’hésitez pas à faire circuler l’information. Les résultats seront publiés avant juillet.

 

Transdiscipline et littératies

Je mets en ligne le support que j’ai utilisé durant la table ronde consacré aux compétences dans les humanités digitales durant la quatrième journée des humanités digitales de Bordeaux.

 

J’en ai profité pour rajouter mon couplet sur l’enjeu d’envisager l’article scientifique sous forme d’API. Quelques résultats de l’enquête humanlit sont également proposés.

Support du premier atelier sur les humanités digitales

En attendant une future mise en ligne des vidéos et des supports audios, voici le support que j’ai utilisé hier soir.

Sans pour autant prendre parti définitivement, j’ai néanmoins défendu l’intérêt de l’expression d’humanités digitales au delà de la perception qui n’y voit qu’un anglicisme. Paradoxalement, on s’est plutôt interrogé si par un retour historique et notamment au latin, on ne se situait pas à l’inverse dans une position européenne.

J’ai fait notamment référence au manifeste du thatcamp Paris 2010, mais aussi à d’autres textes.

Ateliers « Humanités Digitales », première séance le 12 décembre

J’ai le plaisir d’animer avec Franck Cormerais des ateliers sur les humanités digitales à l’université Bordeaux 3, qu’il convient désormais d’appeler Université Bordeaux Montaigne. Plusieurs séances vont ainsi s’étalonner autour de présentations, travaux sur textes et discussions. Vous êtes évidemment les bienvenus. Ces ateliers font partie de l’offre de formation de l’école doctorale de l’Université de  Bordeaux Montaigne.

La première séance introductive tentera de poser les jalons définitionnels autour des humanités digitales ou/ et numériques.

Dans la lignée des travaux précédents et notamment des journées d’études sur les humanités digitales, nous avons gardé la formule d’accoler le digital aux humanités. On procédera donc aussi par petites doses dans la logique du pharmakon pour que le digital soit curatif.

Il s’agit également de toucher du doigt et de désigner ce qu’il convient de comprendre autour de ces enjeux. C’est pourquoi la formule est celle d’ateliers dans la mesure où les participants sont amenés aussi à pouvoir participer aux discussions. Un corpus de documents…imprimés sera distribué pour faciliter la prise en main, mais aussi de fait l’entrée dans des domaines parfois peu connus ou totalement nouveaux. L’atelier se veut en cela autant une initiation qu’une démystification, comme une main tendue qu’il convient de saisir.

Au menu de la première séance, on s’attachera inévitablement à décortiquer les enjeux portés par le manifeste des Digital Humanities , dont on rappellera à dessein le contexte « thatcamp ». Les participants découvriront en avant-première un extrait de chapitre d’un ouvrage sur les humanités digitales qui va sortir en 2014. Un extrait de Pour un Humanisme numérique sera également dégusté.

Autant que possible, on essaiera d’assurer un livetweet et surtout une captation audio en mode débrouillardise sera effectuée.  Quelque part,  on essaiera d’insuffler l’esprit thatcamp porté par la vague malouine du dernier Thatcamp chez Michel de Montaigne. Le hashtag sera #abhd (pour ateliers bordeaux humanités digitales)

L’intitulé exact de la séance :

·        « Introduction aux humanités digitales  et à la culture numérique »

 

Objectif : Approcher des Humanités Digitales en relation avec les  « cultures numériques » et les sciences  humaines et sociales. Définir les HD dans une  acception large et une acception restreinte. Territorialiser les émergences et l’évolution des mots  « humanités » et  «  culture ».  Deux approches complémentaires  des HD seront  ainsi abordées : le  point de vue  internaliste  et le  point  de  vue externaliste pour  apprécier les modifications  des sciences des SHS.

 Lieu des réjouissances :

Université Bordeaux Montaigne. Pessac. (ex Bordeaux 3)

Tram B. (arrêt Montaigne)

Salle E202 à 17H, le jeudi 12 décembre

Journées d’études « Des images pour les humanités digitales » à Bordeaux les 3 et 4 avril #JHD13

Nous avons le plaisir de vous convier aux troisièmes journées d’études des humanités digitales de Bordeaux dont la thématique 2013 sera « des images pour les humanités digitales ». L’équipe du projet Humanlit fait partie du comité d’organisation de ces journées d’études.

Par conséquent, nous mettrons en ligne à l’occasion des comptes rendus, des réactions, des interviews notamment au sujet des compétences et des littératies requises dans les humanités numériques. On en profitera pour faire un focus justement sur les littératies visuelles qui sont en plein développement.

Vous pouvez diffuser l’information sur les réseaux. Le hashtag sera #jhd13. Sinon, pour ce qui a rapport avec Humanlit, c’est #humanlit.

Pour en savoir plus, c’est ici.
Pour vous inscrire, c’est ici.

Journées humanités numériques
Journées Dh

La double transformation : une formation trans(versale) et une transformation en marche

Le projet humanlit est parti d’une hypothèse : celle que les humanités numériques constituent une double transformation, ou une transformation à deux visages voire en deux temps.

La première transformation est clairement celui d’une trans-formation en tant que formation interdisciplinaire et vraisemblablement d’ailleurs transdisciplinaire (voir billet précédent). Il reste à savoir à quel niveau placer désormais des modules de formation afin de développer des compétences pour la mise en place de projets en humanités numériques dans les universités. Une propédeutique doctorale apparaît un minimum, le niveau master pouvant présenter également des atouts.

Mais ce n’est sans doute pas suffisant tant les humanités numériques apparaissent comme une transformation non seulement de la recherche, mais également de la pédagogie mais aussi des universités dans leur ensemble.

trans-formations
Les transformations impactées par les humanités numériques

C’est donc bien plus tôt qu’il faut envisager la formation. On abordera dans d’autres billets et au travers d’expérimentations de nouvelles pistes à ce sujet à des échelons bien plus larges. Mais dans un premier temps, il parait plus qu’urgent d’opérer ce basculement pédagogique de façon bien plus précoce dans le cursus notamment pour développer de nouvelles littératies, c’est-à-dire aussi de nouvelles façons de lire et d’analyser des corpus.

La lecture analytique (close reading) mérite d’être associée plus étroitement à d’autres modes comme des lectures transcorpus et transmedia (hyperreading). Katherine Hayles évoque la nécessité de développer et de former également à ce nouveau type de lecture. On peut ainsi imaginer des comparaisons sur des usages d’un même mot ou d’un même concept au travers des écrits de plusieurs auteurs en littérature comparative. On peut également encourager les étudiants à produire de nouvelles formes de données ré-exploitables et valorisables. Pourquoi se contenter en effet des traditionnels exposés oraux alors qu’il pourrait être intéressant d’exiger pour chaque travail un rendu numérique de l’exposé sous forme de bases de données, d’infographies, de documents à valeur pédagogique, etc.

Il y a tout une philosophie de l’enseignement et de la recherche à modifier. Cela aurait le mérite d’élargir la somme des compétences à transmettre et à acquérir, mais aussi de s’inscrire bien plus tôt dans des démarches collaboratives et d’intelligence collective. C’est aussi le moyen de placer cette production de données, d’images, de textes et de documents enrichis dans une perspective type open data ou sous l’égide de biens communs de la connaissance.

On a souvent évoqué régulièrement l’opportunité d’utiliser wikipédia dans ce cadre. En effet, des projets de productions type exposé mériteraient d’avoir leur version « wikipédiatisée ». Trop souvent c’est l’inverse, les étudiants utilisent wikipédia. Ils seraient bons qu’ils soient incités à enrichir le projet de leur côté.

Cette transformation portée par les humanités numériques ne s’arrêtera donc pas au niveau de la recherche. Pour reprendre la métaphore d’Alan Liu, l’alien est en place et il continuera à se développer en modifiant l’ensemble de son écosystème. Dans son ADN, il apparaît clairement qu’une des premières  étapes est celle de la réconciliation entre numératie et littératie.

De toute manière, ces transformations sont aussi les lieux de reformation qui vont impacter beaucoup d’autres domaines.

On en reparlera ici.

Références :

Hayles, N. K. (2012). How We Think: Digital Media and Contemporary Technogenesis. University of Chicago Press.
 Hayles, N.K. (2007, November 26). Hyper and Deep Attention: The Generational Divide in Cognitive Modes. research-article. Retrieved March 28, 2009, from http://www.mlajournals.org/doi/abs/10.1632/prof.2007.2007.1.187?journalCode=prof

Liu A., 2009, “Digital Humanities and Academic Change” “English Language Notes”, 47, (Spring-Summer 2009), Spring-Summer 2009, 17-35.

 

Pour citer ce billet : Le Deuff, Olivier « La double transformation : une formation trans(versale) et une transformation en marche », Humanlit, 5 décembre 2012. [En ligne] http://humanlit.hypotheses.org/21

 

Un contexte scientifique interdisciplinaire : Transdiscipline et translittératie

 

1.Définir les humanités numériques comme une transdiscipline ?

Le manifeste du That (The Humanities and Technologies) camp proposait le cadre d’analyse suivant :

« 1. Le tournant numérique pris par la société modifie et interroge les conditions de production et de diffusion des savoirs.

2. Pour nous, les digital humanities concernent l’ensemble des Sciences humaines et sociales, des Arts et des Lettres. Les digital humanities ne font pas table rase du passé. Elles s’appuient, au contraire, sur l’ensemble des paradigmes, savoir-faire et connaissances propres à ces disciplines, tout en mobilisant les outils et les perspectives singulières du champ du numérique.

3. Les digital humanities désignent une transdiscipline, porteuse des méthodes, des dispositifs et des perspectives heuristiques liés au numérique dans le domaine des Sciences humaines et sociales. »[1]

C’est justement cet espace commun entre les sciences humaines et sociales que peut réaliser cette transdiscipline en devenir que se propose d’examiner le projet en mettant l’accent sur les compétences (en tant que  savoirs et savoir-faire). Il s’agit aussi d’examiner les parallèles avec  les littératies qui elles aussi convergent vers une translittératie liée aux environnements numériques. (Thomas, 2007)

 

Davidson (Davidson, 2010) développe une approche similaire en considérant que les humanités numériques doivent opérer non pas en multidisciplinarité ou en interdisciplinarité mais davantage en transdisciplinarité. Il reste à comprendre de quelle transdiscipline il s’agit. Faut-il d’ailleurs concevoir les savoirs, compétences en son sein comme des méta-compétences et non seulement des compétences transversales ?  S’agit-il d’une discipline de type propédeutique pour les chercheurs ? Dans ce cas, elle pose la question des territoires communs et celles des concepts, méthodes et familles d’outils qui mériteraient une formation. Les humanités numériques pourraient alors constituer un élément d’ingénierie qui pourrait s’inscrire dans les cursus doctoraux.

2. Nouvelles compétences = nouveaux chercheurs

Le chercheur se transforme peu à peu au contact des humanités numériques. Cette métamorphose du chercheur liée à la technique revient dans plusieurs textes sur les humanités numériques. C’est Alan Liu (Liu, 2004 et 2009) qui l’exprime sans doute le mieux en considérant les humanités numériques comme un alien qui évolue dans le milieu qu’il a colonisé et donc en modifiant également le chercheur. Cette extension des littératies numériques touche de plus en plus les chercheurs dont les activités et pratiques sont de plus en plus numériques que ce soit dans leurs dispositifs de collectes ou de traitement de données mais aussi en ce qui concerne la rédaction de documents et d’articles scientifiques ainsi que pour les mécanismes de diffusion de leurs travaux.  Dès lors, les chercheurs sont particulièrement concernés par la convergence numérique décrite par Jenkins.

Nous sommes face à des disparités colossales en termes de pratiques entre chercheurs. Vraisemblablement, cette disparité va au-delà de  la césure entre sciences humaines et sociales et les sciences. La question de l’émergence de chercheurs 2.0 (Gallezot, 2009) a déjà été posée et montrait la prise en compte de nouveaux moyens et outils issus du web 2.0 par des chercheurs qui amélioraient ainsi leurs méthodes de traitement de l’information. En effet, une césure se constitue entre ceux qui disposent des moyens et méthodes pour utiliser cet arsenal d’outils et ceux qui s’en sont écartés, jugeant la technique néfaste ou non noble et faisant le choix de la délégation.

La récente enquête menée par l’Urfist de Nice[2] sur les pratiques numériques des chercheurs démontraient d’ailleurs un faible taux d’expertise et de pratique sur les bases de données en ligne et sur les outils de traitement et d’organisation des données et des articles scientifiques. Ce faible niveau devient préoccupant pour des investissements d’ampleur dans des projets numériques qui vont réclamer sans cesse des compétences de plus en plus pointues. En effet, l’implication dans les humanités numériques signifient pour le chercheur qu’il doit faire plus que de publier des articles et que son action de recherche est plus large et plus vaste et qu’elle peut donc être mesurée et valorisée bien plus tôt. Cela signifie aussi, notamment pour les chercheurs en sciences humaines et sociales qu’il s’agit de plus en plus de s’inscrire dans des formes collectives ou tout au moins « sociales » voire davantage collaboratives (Deegan, 2012) dans le sens où les données produites et les analyses effectuées peuvent être facilement citées, réutilisées, critiquées, etc.

Toutefois le discours des humanités numériques n’est pas celui de l’exclusion mais plutôt celui de l’adhésion (Little, 2011), puisqu’il n’y a pas de sélection ou de discipline clairement consacrée.

 

Eléments bibliographiques :

 

○    Davidson, Cathy. (2010) “Humanities and Technology in the Information Age” in Frodeman, Robert, Julie Thompson Klein, and Carl Mitcham, (sous la dir. de). The Oxford Handbook of Interdisciplinarity. Oxford University Press, USA

○    Deegan, Marilyn, McCarty, Willard. (2012) Collaborative Research in the Digital Humanities. Ashgate Publishing Limited

○    Gallezot, Gabriel, Le Deuff, Olivier Chercheurs 2.0 ?  In : SCHÖPFEL Joachim (dir.) Communication scientifique : Les nouveau enjeux. Les Cahiers du Numérique, vol. 5, n° 2, 2009, pp. 15-31

○    Jenkins, Henry. (2006) Convergence Culture: Where Old and New Media Collide. New York University Press

○  Little, Geoffrey. (2011)“We Are All Digital Humanists Now”  The Journal of Academic Librarianship, Volume 37, Issue 4, July 2011, Pages 352–354

○    Liu, Alan. (2004b) “Transcendental Data: Toward a Cultural History and Aesthetics of the New Encoded Discourse”, Critical Inquiry, Vol. 31, No. 1 (Autumn 2004), pp. 49-84

○    Liu, Alan. (2009) “Digital Humanities and Academic Change” “EnglishLanguage Notes”, 47, (Spring-Summer 2009), Spring-Summer 2009, p.17-35

○    Thomas, Sue et al. (2007) «Transliteracy: Crossing divides. » First Monday, Volume 12 Number 12 – 3 December 2007, disp. sur  : <http://firstmonday.org/htbin/cgiwrap/bin/ojs/index.php/fm/article/viewArticle/2060/1908>



[1] Dacos, Marin. « Manifeste des Digital humanities ». ThatCamp Paris 2010, mars 26, 2011. <http://tcp.hypotheses.org/318>.

[2] « Enquête sur les Pratiques Informationnelles des Chercheurs : Quelques Résultats ». URFIST Info, mars 4, 2011. http://urfistinfo.hypotheses.org/1901.