Archives par mot-clé : métier

Digital Humanities : un nouvel engagement pour les bibliothécaires

Compte rendu  de l’article suivant Rockenbach, Barbara, Digital Humanities in Librairies : New models for scholarly Engagement ,  Journal of Library Administration,vol53, issue 1, 2013 (article introductif au numéro)

Nous entrons dans ce que nous pourrions nommer « le temps des bibliothèques digitales » en référence à l’essai de Mathew Gold « The digital Humanities moment » présent dans l’ouvrage Debates in Digital Humanities. De nombreuses bibliothèques intègrent les humanités digitales dans leurs services. Si l’on devait établir une définition des humanités digitales, elles désigneraient le point nodal entre le champ de la recherche, de la technologie et des bibliothèques.

Les humanités digitales pourraient permettre une redéfinition des rôles des bibliothécaires. A cet égard, ce numéro du Journal of Library Administration comporte plusieurs articles, dont les auteurs viennent d’univers différents (recherche universitaire, recherche privée, bibliothèques publiques). Ceci prouve a quel point les Digital Humanities brassent un large panorama de domaines. Ces articles, commentés par l’auteur projettent au centre du débat, bibliothèques et bibliothécaires, au lieu de les mettre à la marge. Certains aspects doivent donc être pris en compte au regard de ce changement. Tout d’abord, le contexte général entourant les humanités digitales dans les bibliothèques et le soutien des bibliothèques dans ces activités  parait primordial notamment pour mieux appréhender  les ressources humaines et les relations qui en découlent,  au-delà même de la technologie qui se trouve être au cœur du champ des humanités digitales. Mais rien n’est simple du fait de la tension entre la perception traditionnelle de la bibliothèque et les nouveaux utilisateurs de ses services,.Enfin, il apparaît que les humanités digitales sont un champ qui a grandi plus vite que les structures pouvant les accueillir. Le champ des humanités digitales et les bibliothèques partagent la valeur commune d’une création plus approfondie, de l’accessibilité et de la préservation du savoir.

Chris Allen Sula, dans Digital Humanities and Libraries : a conceptual model souligne que la nature changeante de la bibliothèque (par essence, interdisciplinaire et neutre) situe les bibliothécaires en position favorable pour soutenir de nouvelles tendances telles que les humanités digitales. Dans les articles du Journal of Library Administration, tous les auteurs soutiennent l’idée d’une prise de conscience nécessaire concernant l’opportunité que représente le champ des humanités digitales, indépendamment de leurs structures institutionnelles, des personnes recrutées en leur sein, et de leurs ressources. Quant aux chercheurs, ceux-ci doivent changer de comportement en préconisant un travail collaboratif et interdisciplinaire, en utilisant des matériaux numériques performants, de nouveaux outils et de nouvelles méthodes. Les auteurs réaffirment le fait que les compétences des bibliothécaires sont le terreau des projets en humanités digitales.

Mettre en place des études afin de cibler les services à améliorer en bibliothèques, l’élargissement des compétences du métier (les outils des chercheurs devenant ceux des bibliothécaires), les formations, ou encore les tuteurs pour les assurer, sont autant de sujets à considérer pour intégrer et adapter le mouvement aux modèles existants. Il semblerait pourtant, selon les exemples des Universités du Nebraska et du Maryland, que les bibliothécaires soient attachés à leurs compétences « soft » faisant d’eux de simples partisans, « partenaires »  ou « consultants » des humanités digitales, au lieu d’en être de véritables acteurs. Comment adapter alors les professions des bibliothèques au champ des humanités digitales ?

La relation « chercheur-bibliothécaire » est elle même en train de changer, puisque jusqu’à maintenant, ce dernier servait littéralement la cause du chercheur, en tant que collaborateur ou partenaire. La tendance revient parfois à affirmer qu’une trop forte présence du bibliothécaire pourrait détourner le chercheur de son but premier, comme l’énonce par exemple Bethany Nowviskie. La question à été débattue à l’occasion de la Conférence de la Fédération des Bibliothèques Numériques, en 2012.  Mais les humanités digitales ont non seulement besoin de de soutiens, mais aussi des collaborateurs que sont les bibliothécaires, amenés de plus en plus à « faire », à « construire » les humanités digitales plus qu’a les soutenir de manière superficielle. Ces résolutions rencontrent certains obstacles : formations et engagement institutionnel insuffisant, manque de temps,  infrastructures inflexibles… L’encouragement pour les projets dans les humanités digitales reste trop faible. L’heure est donc à une redéfinition du rôle des bibliothèques, en acceptant le fait que les structures et les perceptions traditionnelles doivent impérativement simplement changer.

Il est primordial qu’elles deviennent le centre d’une réflexion sur la redéfinition de ses services, de ses ressources humaines et techniques.

Focus sur l’auteur :

Barbara Rockenbach — @Wilderbach

Directrice du « Humanities and History Libraries » à l’Université de Colombia, elle dirige également un groupe expérimenté et entièrement dédié a l’exploration des chemins novateurs pour soutenir les poursuites d’études des étudiants et des universités, en élaborant des services inspirés de la recherche dans tous les domaines des humanités. Elle dirige le développement du Digital Humanities Center et occupe plusieurs rôles a l’Université de Yale, dont directeur de l’Undergraduate and Library Research Education, bibliothécaire aux services pédagogiques de la Bibliothèque des Arts.