Archives par mot-clé : numérisation

L’exemple du New York Public Library Labs : des projets innovants

Compte-rendu de l’article : Vershbown, Ben :  NYPL Labs ; Hacking the Library, in Journal of Library AdministrationRoutledge Taylor and Francis Group, 2013, 53: p 79–96.

L’article est un résumé détaillé des récents projets mis en place par la New York Public Library (NYPL). En effet, un des projet mis en place par le NYPL Labs entre 2000 et 2008 fut le « DLP » (Digital Library Program), dont l’objectif était de créer une équipe de curation, scan des données  et de développement de logiciels. A travers ce programme,  l’équipe a numérisé une large portion de ses matériaux de visualisation et a mis en ligne les collections les plus prisées de la NYPL, en accès-libre. Huit cent mille images sont a disposition du public, un des plus grand héritage de culture du genre affichées sur un site qui n’a pas tellement changé pour l’occasion. De fait, le programme DLP songe à aller encore plus loin en alliant ses efforts avec la Digital Gallery, selon qui la NYPL représente le plus grand effort vers l’accès de la culture pour tous.  

Un autre projet a vu le jour : celui du »Map Warper« , lancé par un bibliothécaire intéressé par le domaine géospatial. Ayant nécessité la formation d’une équipe spécialisée, il a rendu possible  l’exploration d’une interface graphique représentant une carte, dont les évolutions sont observables à travers le temps. Cette visualisation obéit au principe du « go back in time », mais n’est pas assimilable avec le service de localisation/visualisation numérique Google Maps. Une fois la carte scannée, les usagers peuvent superposer une carte récente sur une ancienne, en alignant les pixels, afin de les comparer. Ce procédé, nommé « rubbersheeting », crée de nouvelles données de recherche. Après avoir récolter leurs cartes, les usagers peuvent les assembler selon un assemblage de couches cohérentes, produisant en somme un filtre unique. Cette visualisation est une nouvelle donnée pour la bibliothèque, qui pourra ensuite être téléchargé et exploré avec d’autres programmes comme Google Earth ou Quantum GIS. Développé par la firme géospatiale externe Topomancy, l’outil Map Warper est un logiciel open-source. Il représente ainsi une alternative afin de lutter contre les logiciels payants tel qu’ArcGIS, utilisé pour récolter, créer et analyser les données.  Désormais le New York Public Library Labs et Topomancy travaillent de concert afin de réaliser un index-géographique de l’histoire de New-York, nommé « NYC Chronology of Place »  et qui prend appui sur plusieurs logiciels. Les laboratoires de recherche doivent cependant intensifier leurs efforts pour rendre cet index encore plus accessible.

Issu d’une donation de données privées, le « Menu Archive » est un autre projet mis en place en accès libre. Celui-ci contient plus de 45 mille articles, allant de 1840 au 20ème siècle. Ressource privilégiée, il est utilisé par des historiens – qui le consulte dans le but d’obtenir des détails sur une période –  des cuisiniers – souhaitant faire revivre les préférences gastronomique du passé – ou encore par des écrivains. L‘OCR est un des outils les plus utilisé pour conserver toutes ces données, cependant,  la plupart des articles écrit à la main sont quasiment impossible à digitaliser. L’objectif serait de mettre a disposition du public un menu structuré, dont le plus gros du travail serait effectué par les médias sociaux. C’est ainsi que le projet « What’s on the menu? » a pris forme. Son accès ne nécessite pas d’inscription, contrairement a Map Warper.

Le projet « Stereogranimator » inventé par l’artiste Joshua Heineman, a également pu être développé au sein de la  NYPL. Il propose une immersion dans une image (issu d’un domaine quelconque),  suivant le principe du Gif animé. Sa mise en ligne par la NYPL a obtenue un large succès et profite d’améliorations, d’idées nouvelles grâce à une plateforme cloud, dans l’esprit, encore une fois, d’ouvrir l’accès à la culture  en contournant les lois. La NYPL souhaiterait mettre en place une bibliothèque virtuelle, où des projets tels que ceux présentés ci-dessus seraient alimenté par le public, par le biais d’un dashboard commun.  D’autres projets sont en cours au sein du NYPL Labs : plateforme d’archives ouvertes, applications collaboratives, plateformes vidéos…  en partenariat avec d’autres infrastructures, comme la Library Dance Division

A propos de l’auteur de l’article commenté :

Ben Vershbow @subsublibrary

Ben Vershbow est le fondateur et le manager du NYPL Labs. Il s’agit d’une unité d’innovation numérique associée à NYPL,  largement impliquée dans l’idée de mettre en ligne les documents historiques et les archives. Le Labs fonctionne comme une entité technologique a part entière (sorte de « startup »), et  travaille en collaboration avec des bibliothécaires et des curateurs dans la mise en place des projets alliant de nouveaux modes d’interactions afin de mieux exploiter les collections des bibliothèques. Il fait également appel à l’aide du public pour obtenir des informations rares, de vieux documents, susceptibles de créer  de nouvelles données, et d’inspirer de nouveaux outils d’exploitation et de visualisation. Avant d’arriver à la NYPL, Ben Vershbow a travaillé quatre ans avec Bob Stein, fondateur de l’Institut pour le futur du livre à New York. Il a également étudié le théâtre à l’Université de Yale. Membre du « Group Theory« , c’est aussi un écrivain, un directeur et un artiste original dont l’activité s’étend au-delà de New York.