Archives par mot-clé : transdiscipline

Humanlit survey’s results

It’s my pleasure to present to you the results of the Humanlit’s survey, which has been conducted in 2013, between June, 3rd and October, 30th. These results kept you waiting but here they are.

 I would like to take this opportunity to thank Coline Blot for making this publication possible!  The results are available in a document under CC license, which brings this survey closer to the public domain.

The report with the main results tables can be downloaded in pdf format. We have conducted a French and an English version.

You can download these results under CC0 licence, Excel or csv format. I can provide other formats from limesurvey, if necessary.

As for the impatient ones, the main results are available in the form of an infography (for a better resolution, go on Piktochart.)

 Presenta board report Copy (5)

Résultats de l’enquête Humanlit

C’est avec plaisir que j’annonce les résultats de l’enquête Humanlit qui s’est déroulée l’été dernier. Les résultats se sont faits attendre, mais ils sont là.

J’en profite pour remercier Coline Blot sans qui les résultats ne seraient pas encore publiés! Les résultats sont disponibles dans un document sous licence CC zéro ce qui la rapproche le plus du domaine public. Cette licence avait été annoncée aux participants de l’enquête, nous restons donc sur notre position initiale.

Le compte rendu avec les principaux tableaux de résultats est téléchargeable sous format pdf. Nous avons réalisé une version française ici et une version anglaise humanlitresults.

Les résultats sont téléchargeables sous licence CC0 sous format excel ou csv. je peux vous fournir d’autres formats si besoin à partir de Limesurvey.

Pour les plus pressés, les principaux résultats sont consultables sous la forme d’une infographie. (Pour une meilleure résolution, il faut aller sur Piktochart)

Humanlit
résultats de l’enquête Humanlit

Transdiscipline et littératies

Je mets en ligne le support que j’ai utilisé durant la table ronde consacré aux compétences dans les humanités digitales durant la quatrième journée des humanités digitales de Bordeaux.

 

J’en ai profité pour rajouter mon couplet sur l’enjeu d’envisager l’article scientifique sous forme d’API. Quelques résultats de l’enquête humanlit sont également proposés.

Transmedia,translittératie et transdiscipline

Avec beaucoup de retard, je mets en ligne le support de mon intervention à Lausanne dont voici le résumé :

Transmedia et translittératie : quelles compétences pour de nouvelles productions « délivrées » ?

Notre proposition s’appuie sur plusieurs projets menés actuellement. Le premier cherche à distinguer les compétences et les littératies mobilisées par les chercheurs dans les projets en humanités  digitales. A cet effet, nous présentons  quelques résultats d’une enquête menée en mai et juin 2013 et nous expliquerons une cartographie des littératies mobilisées. Notre intervention vise à montrer en quoi ses nouvelles compétences notamment informationnelles et numériques s’exercent sur une variété de médias et de supports (la translittératie) et qu’elles impliquent une évolution de la production scientifique et des formes de communication. La production transmedia de nouvelles formes scientifiques nous mobilise au sein d’un nouveau projet qui vise à étudier et à imaginer les nouvelles potentialités de communication scientifique.

En effet, l’article dans sa forme traditionnelle issue du papier évolue dans son passage au numérique mais la marque de cette « délivrance » tarde à se faire sentir pleinement. Tandis que des formes issues de l’édition papier au travers de format pdf sont encore dominantes, de nouvelles potentialités voient le jour au travers de dispositifs comme ceux de revues.org.

Notre proposition cherche donc à étudier et analyser toutes les potentialités numériques de la publication à travers l’examen du concept de transmedia (Jenkins, 2006). Le transmedia consiste en l’enrichissement et en la diffusion d’une narration en la déployant sur plusieurs plateformes médiatiques. Dans un contexte où les humanités numériques interrogent nos modes de production scientifique, il convient de saisir les enjeux d’une nécessaire évolution de l’article scientifique vers des formes numériques plus évoluées et notamment augmentées par d’autres écritures, notamment audiovisuelles. Cela implique nécessairement le développement de nouvelles compétences et nouvelles littératies, notamment la translittératie qui désigne , « l’habileté à lire, écrire et interagir par le biais d’une variété de plateformes(…) » (Thomas, 2006).

Une des hypothèses serait la possible évolution de l’article scientifique vers une forme d’API (Application Programm Interface) qui agrégerait différents types de données et offrirait un cadre de diffusion de la connaissance élargie au travers notamment des vidéos, des images, de la visualisation et des graphes interactifs. L’article scientifique ne profite pas pleinement des possibilités d’une convergence numérique. Pourtant, comment exprimer toutes les facettes d’une recherche qui utilisent de plus en plus des moyens et des médias numériques ?

Jenkins Henry (2006) Convergence Culture. Where old and new media collide, New York University Press.

Le Deuff, Olivier (2012) Humanisme numérique et littératies, Semen n° 34p.117-134.

Thomas, Sue et al. «Transliteracy: Crossing divides. » First Monday, Volume 12 Number 12 – 3 December 2007, disp. Sur :<http://firstmonday.org/htbin/cgiwrap/bin/ojs/index.php/fm/article/viewArticle/2060/1908>

 

Le support.

Un contexte scientifique interdisciplinaire : Transdiscipline et translittératie

 

1.Définir les humanités numériques comme une transdiscipline ?

Le manifeste du That (The Humanities and Technologies) camp proposait le cadre d’analyse suivant :

« 1. Le tournant numérique pris par la société modifie et interroge les conditions de production et de diffusion des savoirs.

2. Pour nous, les digital humanities concernent l’ensemble des Sciences humaines et sociales, des Arts et des Lettres. Les digital humanities ne font pas table rase du passé. Elles s’appuient, au contraire, sur l’ensemble des paradigmes, savoir-faire et connaissances propres à ces disciplines, tout en mobilisant les outils et les perspectives singulières du champ du numérique.

3. Les digital humanities désignent une transdiscipline, porteuse des méthodes, des dispositifs et des perspectives heuristiques liés au numérique dans le domaine des Sciences humaines et sociales. »[1]

C’est justement cet espace commun entre les sciences humaines et sociales que peut réaliser cette transdiscipline en devenir que se propose d’examiner le projet en mettant l’accent sur les compétences (en tant que  savoirs et savoir-faire). Il s’agit aussi d’examiner les parallèles avec  les littératies qui elles aussi convergent vers une translittératie liée aux environnements numériques. (Thomas, 2007)

 

Davidson (Davidson, 2010) développe une approche similaire en considérant que les humanités numériques doivent opérer non pas en multidisciplinarité ou en interdisciplinarité mais davantage en transdisciplinarité. Il reste à comprendre de quelle transdiscipline il s’agit. Faut-il d’ailleurs concevoir les savoirs, compétences en son sein comme des méta-compétences et non seulement des compétences transversales ?  S’agit-il d’une discipline de type propédeutique pour les chercheurs ? Dans ce cas, elle pose la question des territoires communs et celles des concepts, méthodes et familles d’outils qui mériteraient une formation. Les humanités numériques pourraient alors constituer un élément d’ingénierie qui pourrait s’inscrire dans les cursus doctoraux.

2. Nouvelles compétences = nouveaux chercheurs

Le chercheur se transforme peu à peu au contact des humanités numériques. Cette métamorphose du chercheur liée à la technique revient dans plusieurs textes sur les humanités numériques. C’est Alan Liu (Liu, 2004 et 2009) qui l’exprime sans doute le mieux en considérant les humanités numériques comme un alien qui évolue dans le milieu qu’il a colonisé et donc en modifiant également le chercheur. Cette extension des littératies numériques touche de plus en plus les chercheurs dont les activités et pratiques sont de plus en plus numériques que ce soit dans leurs dispositifs de collectes ou de traitement de données mais aussi en ce qui concerne la rédaction de documents et d’articles scientifiques ainsi que pour les mécanismes de diffusion de leurs travaux.  Dès lors, les chercheurs sont particulièrement concernés par la convergence numérique décrite par Jenkins.

Nous sommes face à des disparités colossales en termes de pratiques entre chercheurs. Vraisemblablement, cette disparité va au-delà de  la césure entre sciences humaines et sociales et les sciences. La question de l’émergence de chercheurs 2.0 (Gallezot, 2009) a déjà été posée et montrait la prise en compte de nouveaux moyens et outils issus du web 2.0 par des chercheurs qui amélioraient ainsi leurs méthodes de traitement de l’information. En effet, une césure se constitue entre ceux qui disposent des moyens et méthodes pour utiliser cet arsenal d’outils et ceux qui s’en sont écartés, jugeant la technique néfaste ou non noble et faisant le choix de la délégation.

La récente enquête menée par l’Urfist de Nice[2] sur les pratiques numériques des chercheurs démontraient d’ailleurs un faible taux d’expertise et de pratique sur les bases de données en ligne et sur les outils de traitement et d’organisation des données et des articles scientifiques. Ce faible niveau devient préoccupant pour des investissements d’ampleur dans des projets numériques qui vont réclamer sans cesse des compétences de plus en plus pointues. En effet, l’implication dans les humanités numériques signifient pour le chercheur qu’il doit faire plus que de publier des articles et que son action de recherche est plus large et plus vaste et qu’elle peut donc être mesurée et valorisée bien plus tôt. Cela signifie aussi, notamment pour les chercheurs en sciences humaines et sociales qu’il s’agit de plus en plus de s’inscrire dans des formes collectives ou tout au moins « sociales » voire davantage collaboratives (Deegan, 2012) dans le sens où les données produites et les analyses effectuées peuvent être facilement citées, réutilisées, critiquées, etc.

Toutefois le discours des humanités numériques n’est pas celui de l’exclusion mais plutôt celui de l’adhésion (Little, 2011), puisqu’il n’y a pas de sélection ou de discipline clairement consacrée.

 

Eléments bibliographiques :

 

○    Davidson, Cathy. (2010) “Humanities and Technology in the Information Age” in Frodeman, Robert, Julie Thompson Klein, and Carl Mitcham, (sous la dir. de). The Oxford Handbook of Interdisciplinarity. Oxford University Press, USA

○    Deegan, Marilyn, McCarty, Willard. (2012) Collaborative Research in the Digital Humanities. Ashgate Publishing Limited

○    Gallezot, Gabriel, Le Deuff, Olivier Chercheurs 2.0 ?  In : SCHÖPFEL Joachim (dir.) Communication scientifique : Les nouveau enjeux. Les Cahiers du Numérique, vol. 5, n° 2, 2009, pp. 15-31

○    Jenkins, Henry. (2006) Convergence Culture: Where Old and New Media Collide. New York University Press

○  Little, Geoffrey. (2011)“We Are All Digital Humanists Now”  The Journal of Academic Librarianship, Volume 37, Issue 4, July 2011, Pages 352–354

○    Liu, Alan. (2004b) “Transcendental Data: Toward a Cultural History and Aesthetics of the New Encoded Discourse”, Critical Inquiry, Vol. 31, No. 1 (Autumn 2004), pp. 49-84

○    Liu, Alan. (2009) “Digital Humanities and Academic Change” “EnglishLanguage Notes”, 47, (Spring-Summer 2009), Spring-Summer 2009, p.17-35

○    Thomas, Sue et al. (2007) «Transliteracy: Crossing divides. » First Monday, Volume 12 Number 12 – 3 December 2007, disp. sur  : <http://firstmonday.org/htbin/cgiwrap/bin/ojs/index.php/fm/article/viewArticle/2060/1908>



[1] Dacos, Marin. « Manifeste des Digital humanities ». ThatCamp Paris 2010, mars 26, 2011. <http://tcp.hypotheses.org/318>.

[2] « Enquête sur les Pratiques Informationnelles des Chercheurs : Quelques Résultats ». URFIST Info, mars 4, 2011. http://urfistinfo.hypotheses.org/1901.